Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Prévention et soins

26 juillet 2012

Lutter contre le rhume des foins

Pour bien des gens, les belles journées d'été sont assombries par les désagréments du rhume des foins, mais il existe de nouvelles techniques et de nouveaux médicaments qui peuvent les aider.

Il y a cinq ans, Taylor Roberts ressentait une telle douleur et une telle pression dans sa tête qu'il croyait avoir une tumeur au cerveau. Tension cervicale, impression d'avoir la tête dans les nuages et douleur aiguë derrière les yeux lorsqu'il se penchait, tout le portait à croire qu'il était atteint d'une terrible maladie.

«Il m'était difficile de travailler», explique-t-il. «Je ne pouvais pas me concentrer. C'était angoissant.»

Selon le premier médecin qui l'a examiné, il s'agissait d'un problème musculaire. Il lui a donc fait passer une radiographie qui n'a rien révélé. Il a ensuite consulté un autre médecin généraliste qui a examiné ses oreilles et son nez et a détecté des signes de congestion. Ce médecin a donc rejeté immédiatement la théorie de la tumeur au cerveau. «Elle m'a dit que mes symptômes étaient probablement dus au rhume des foins», explique Taylor, directeur de bureau à Toronto. Il n'avait jamais pensé à cette allergie qui s'accompagne, pour tant de personnes, d'éternuements, de douleurs aux sinus et de larmoiements lorsque la saison du pollen et d'autres allergènes aéroportés provenant de plantes et de moisissures de toutes sortes bat son plein.

Il s'est alors rappelé qu'il avait eu les mêmes symptômes graves (qui n'affligent qu'une minorité des personnes souffrant du rhume des foins) au printemps précédent – et que c'était de nouveau le printemps. «Je n'avais pas fait le lien», dit-il.

Souffrez-vous du rhume des foins?

Le rhume des foins, qu'on appelle aussi rhinite allergique, est essentiellement une réaction excessive de l'organisme au pollen (des arbres, de l'herbe, de l'herbe à poux, etc.) et à la moisissure. Au Canada, les symptômes se manifestent habituellement au printemps, lorsque la quantité de pollen dans l'air est la plus élevée en raison des plantes qui fleurissent et des champignons qui dispersent leurs spores dans l'air.

Les personnes qui souffrent du rhume des foins peuvent en être incommodées plus tôt et plus tard dans la saison, par exemple aussi tôt qu'en mars en raison du pollen provenant des arbres, en mai et juin qui est la haute saison du pollen de l'herbe, au début d'août jusqu'au début septembre dans le cas de l'herbe à poux qui dure jusqu'au premier gel, et du début du printemps jusqu'en novembre pour les moisissures.

Cette année n'est pas une bonne année pour les personnes qui souffrent du rhume des foins, explique le docteur Harold Kim, allergologue à Kitchener (Ontario). «Le pollen des arbres est particulièrement incommodant», dit-il. C'est en raison d'un printemps anormalement chaud à peu près partout au Canada. Il dit voir des patients qui présentent des symptômes d'éternuements, d'inflammation des yeux et même d'asthme grave.

Les gens peuvent souffrir d'une forme bénigne du rhume des foins ou d'une forme grave, qui peut les empêcher de bien fonctionner au travail ou de participer à des activités sociales – en particulier celles qui se tiennent à l'extérieur. Dans certains cas, «cette allergie peut dégrader la qualité de la vie», explique M. Kim.

Les symptômes du rhume des foins comprennent :

  • Écoulement nasal ou congestion nasale
  • Gonflement des yeux, picotements des yeux, du nez et de la gorge
  • Éternuements
  • Maux de tête
  • Pression dans les sinus ou douleur au visage
  • Perte de l'odorat et du goût
  • Fatigue et problèmes de sommeil
  • Irritabilité

Comment obtenir l'aide dont vous avez besoin

Le premier problème qui se pose à vous est de faire en sorte que votre médecin prenne vos symptômes au sérieux. «Le traitement est souvent insuffisant pour ce problème», affirme le docteur Kim, «puisque personne ne meurt du rhume des foins». Il recommande, si vous souffrez réellement et que vos symptômes ne disparaissent pas après une semaine ou deux, d'insister auprès de votre médecin pour qu'il vous aide.

Il pourrait vous envoyer voir un allergologue qui pourra déterminer exactement à quoi vous êtes allergique en vous faisant subir un test cutané, et déceler aussi si vous avez d'autres allergies. Après en avoir discuté avec votre médecin, vous pouvez aussi essayer ce qui suit :

  • Des médicaments comme un antihistaminique non sédatif pour soulager vos symptômes
  • Des gouttes ophtalmiques pour soulager les picotements et réduire l'inflammation
  • Un décongestionnant nasal
  • Un stéroïde oral pour réduire l'inflammation des voies respiratoires
  • Du cromolyn sodique, un médicament qui est prescrit, mais qu'on trouve aussi en vente libre. Il réduit l'histamine, une substance chimique produite par l'organisme pendant une réaction allergique.
  • Rincer vos sinus en utilisant de l'eau stérile, bouillie ou distillée et un injecteur à poire ou avec une solution saline stérile et un pot de Neti, qui est un pot de céramique vendu en pharmacie et dans les magasins d'aliments naturels. Vous pouvez utiliser le pot de Neti pour verser la solution saline dans chaque narine, afin de déloger le mucus et de soulager les membranes irritées.
  • Des injections contre les allergies (immunothérapie) qui, lorsqu'elles sont données pendant une période de trois à cinq ans, peuvent souvent éliminer le rhume des foins en modifiant la réaction de l'organisme aux allergènes aéroportés.

Articles Connexes