Le diabète de type 2 n’est plus une maladie incurable. La recherche montre qu’il est aujourd’hui possible de le renverser et d’induire une rémission.

Plus de 422 millions d’adultes dans le monde sont atteints de diabète. Un Canadien sur trois souffre de diabète ou de prédiabète. Au Québec, cette maladie affecte près de 900 000 personnes. Le nombre ne cesse de croître. Les personnes touchées sont de plus en plus jeunes, en raison notamment de l’augmentation de l’obésité. Le diabète de type 2 augmente beaucoup le risque de maladies coronariennes et peut entraîner d’autres conséquences graves comme la perte de la vue et l’insuffisance rénale. Bref, on doit s’en occuper.  

Une maladie réversible 

La bonne nouvelle? «Des études récentes démontrent que l’adoption de saines habitudes de vie permet de contrôler et même de renverser le diabète de type 2», confie le Dr Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention à l’Institut de Cardiologie de Montréal. Jusqu’à récemment, on pensait qu’on ne pouvait pas guérir du diabète de type 2. 

Le Dr Juneau supervise la Clinique de prévention du diabète Sun Life de l’Institut de Cardiologie de Montréal. Il a de bonnes nouvelles pour ceux qui craignent le diabète de type 2. «Il a été prouvé qu’on peut éliminer complètement le développement de ce diabète grâce à:

  • une perte de poids de 5 %;  
  • une alimentation de type méditerranéenne;  
  • et 30 minutes d’exercice par jour. »  

Modifier ses habitudes de vie  

Encore faut-il arriver à les changer, ces habitudes! Et c’est là que la Clinique de prévention du diabète Sun Life de l’Institut de Cardiologie de Montréal entre en scène. Inaugurée en 2018 grâce à un don de 450 000 $ de la Sun Life, la Clinique offre un programme de modification intensive des habitudes de vie, unique au pays. 

Depuis son ouverture, la Clinique au Centre ÉPIC a :  

  • reçu 368 patients;
  • tenu plus de 17 000 séances d’entraînement;
  • et proposé 1950 rencontres individuelles.  

Et les résultats sont impressionnants :  

  • 60% des participants ont réduit leur tour de taille, de 5 cm en moyenne; 
  • la plupart des patients ont réussi  à améliorer leurs résultats sanguins, dont leur glycémie;  
  • et 20 % des candidats ont obtenu une rémission complète! 

 

Une approche multidisciplinaire et personnalisée 

«Le but est de prendre les gens en main et leur offrir un programme intensif pour ramener la glycémie à des niveaux normaux. Et, ultimement, ne plus donner de médicaments», explique le Dr Juneau.  

Pour y arriver, les patients sont accompagnés pendant un an par une équipe composée d’une infirmière, d’un kinésiologue, d’une nutritionniste, et du personnel médical.  

Quand il s’est inscrit à la Clinique en juillet 2020, Gilles Beaulieu pesait 223 livres. Aujourd’hui, il en pèse 167 et compte à son actif 416 séances de vélo stationnaire de 45 minutes! « Ma femme, elle, marche 60 minutes par jour sur son tapis roulant. On s’encourage mutuellement. » 

Monsieur Beaulieu était déjà actif physiquement. Il est inscrit au Centre ÉPIC depuis 1999. Il a vu sa participation à la Clinique comme un défi. «Je suis un gars de défi», précise le sympathique retraité. Il a beaucoup apprécié le programme, dont ses rencontres avec Élise Latour, la diététiste-nutritionniste. «Elle m’a donné de bons conseils. Même s’il y a des choses que je savais déjà, ça fait du bien de se faire rafraîchir la mémoire!»  

Et qu’a-t-il changé dans son alimentation? «Je ne suis pas un amateur de hamburgers ni de pizza, mais j’ai la dent sucrée. Je mangeais beaucoup de bonbons avant de rencontrer Élise (nutritioniste de la clinique). J’en mange beaucoup moins maintenant, et ça a eu un effet positif sur mon diabète.»

Il a ajouté les noix en collation, mais confie que les graines de chia lui donnent parfois du fil à retordre! «J’ai aussi diminué ma consommation de fromage gras. Je mange des cretons de temps en temps, mais sans finir le plat. Depuis mes rencontres avec Élise, il y a comme une lumière qui s’allume quand je veux faire un “mauvais coup” alimentaire», dit-il en riant. 

  • Le saviez-vous? Vous pouvez trouver un nutritionniste dans votre région grâce à l’outil Trouver un professionnel de Lumino Santé. Ce site est accessible à tous et donne accès à diverses ressources utiles.  

Trouver sa motivation 

La plupart des patients reçus à la Clinique sont motivés, selon Élise Latour. Certains patients ne font pas encore de diabète, mais sont à risque d’en faire. Ils se montrent parfois plus réticents à changer leurs habitudes, puisqu’ils n’ont pas de symptômes. «Je leur réponds que justement, on ne veut pas qu’ils en développent! C’est comme s’il y avait un petit drapeau jaune qui s’agite. On n’attend pas qu’il soit rouge avant d’agir», explique-t-elle.

«Un médecin avec qui j’ai travaillé disait que le diabète, c’est comme avoir le cancer du bout des cheveux jusqu’au bout des orteils», raconte-t-elle. Une maladie d’autant plus sournoise qu'un patient peut vivre avec plusieurs années avant de développer des symptômes. «C’est pourquoi la prévention est si importante!» s’exclame la diététiste-nutritionniste.  

Monsieur Beaulieu est d’accord. «Il faut savoir pourquoi on fait tout ça, dit-il sérieusement. Ma femme et moi sommes mariés depuis 43 ans. Ma priorité, c’est de m’assurer que ma conjointe ne manque de rien. Je veux être en forme le plus longtemps possible pour ne pas devenir un fardeau pour elle.»  

Un patient à la fois, une habitude à la fois 

La Clinique de prévention du diabète a connu une année 2020 pleine de défis à cause de la pandémie. Une partie de son personnel a été mobilisée pour travailler à l’hôpital. Son gymnase a dû fermer ses portes. Les patients ont pu bénéficier d’un suivi personnalisé régulier par téléphone. On a créé des capsules vidéo d’activité physique à la maison. Ces vidéos vous intéressent? Plusieurs sont disponibles ici : 

Et maintenant que les choses sont revenues à la normale? Le Dr Juneau souhaiterait offrir à ses patients un accès à un psychologue spécialiste en modification des habitudes. «Le soutien psychologique compte beaucoup dans une démarche comme celle-ci. Il permet de mieux outiller les gens pour atteindre leurs objectifs et de consolider leurs acquis.» 

Il aimerait aussi que la Clinique puisse accueillir davantage de patients. D’ici là, toute l’équipe de la Clinique de prévention du diabète Sun Life de l’Institut de Cardiologie de Montréal continuera à faire reculer le diabète. Un patient à la fois. Une habitude à la fois.