06 octobre 2021
Par L’équipe de la Sun Life

Temps de lecture : 6 minutes

Côté planification financière, il y a plusieurs façons de calculer la portion du salaire à mettre de côté pour être à l’aise à la retraite. Les recommandations vont de 40 % à 80 % du revenu gagné au cours d’une vie. Mais est-ce possible d’aborder la question sous un autre angle? Bien sûr.

Comme chaque cas est différent, l’estimation d’un pourcentage n’est qu’une des stratégies envisageables, il y en a d’autres.

Voici ce qu’il faut regarder :

  • Ce que la retraite signifie pour vous
  • À quoi ressembleront vos dépenses

Un conseiller pourra vous aider à évaluer combien vous aurez besoin et combien vous devrez mettre de côté. D’ici là, commencez par répondre à ces 10 questions pour vous faire une idée.

1. Quand avez-vous commencé à épargner pour la retraite?

« Plus vous attendez pour commencer à épargner, plus le pourcentage à mettre de côté sera élevé. C’est parce que vous avez perdu des années d’intérêts composés », explique Gordon Pape, auteur connu de nombreux ouvrages sur les finances personnelles. « Quelqu’un qui commence à 25 ans pourra probablement placer seulement 8 % à 10 % de son revenu annuel. À 45 ans, toutefois, cette proportion pourrait s’élever à 25 %. »

Bref, plus vous épargnez longtemps, plus votre bas de laine a des chances de se remplir. C’est parce que le rendement de vos placements peut faire fructifier le solde de votre compte.

Aurez-vous assez d’argent de côté pour la retraite?

Essayez ce calculateur d’épargne-retraite pour le savoir.

2. Quand pensez-vous prendre votre retraite?

Pensez-vous arrêter de travailler à 60 ans plutôt qu’à 65 ans? Si c’est le cas, vous devrez prévoir plus, puisque vous perdez cinq belles années de cotisation. Sans compter que vos économies devront durer plus longtemps.

Peut-être qu’au contraire, il serait préférable de repousser la date de votre retraite. Sachez qu’il y a d’autres personnes dans votre situation. En fait, en 2020, 21 % des répondants à un sondage on dit qu’ils pensaient le faire à cause de la pandémie de COVID-19*. Dans ce cas, une bonne stratégie intégrant épargne, revenu et soins de santé vous assurera un jour une retraite heureuse.

* Source : Étude 2020 sur la littératie financière au Canada

3. Jusqu’à quel âge vivrez-vous?

Personne ne connaît la date de son décès. Mais on sait qu’en général, les Canadiens vivent plus longtemps qu’avant. Selon un récent recensement de Statistique Canada, les enfants canadiens peuvent espérer vivre jusqu’à 82 ans. 

Réflexion faite, ce serait sage de planifier en fonction de la longévité, surtout si :

  • certains membres de votre famille ont vécu jusqu’à 95 ans,
  • vous êtes en santé.

Vous aimeriez connaître votre espérance de vie?

Regardez notre calculateur de l’espérance de vie.

4. Quels sont vos plans pour la retraite?

À quoi occuperez-vous vos journées à la retraite? Une retraite modeste pourrait vous coûter seulement la moitié de ce dont vous aviez besoin avant. Mais si vous planifiez une retraite active et des voyages, par exemple, visez au moins 70 % de ce que vous gagniez en travaillant.

Une chose est sûre : en général, on dépense moins à la retraite que lorsqu’on travaille à temps plein. Il y a tout un tas de dépenses qui disparaissent. Par exemple, plus besoin de transport jusqu’au travail, de lunch le midi ou d’une garde-robe élaborée.

En contrepartie, le type de dépenses évolue avec l’âge du retraité. Au moment de planifier, pensez à diviser votre retraite en trois phases :

  1. La première phase vient tout de suite après la vie active, normalement quand vous êtes en santé et que vous avez de l’argent pour voyager ou pratiquer d’autres loisirs.
  2. Ensuite, il y a la phase tranquille. Ici, il se peut que votre niveau d’énergie commence à baisser et que vous ayez envie de ralentir le rythme.
  3. Enfin, lorsque les problèmes de santé commenceront à se multiplier, vous risquez de dépenser des sommes considérables en soins de santé, notamment pour des soins de longue durée.

Tout ça est très personnel. Il n’y a pas deux retraites pareilles. Pour bien parer à toutes les éventualités, réfléchissez aux différentes options de revenu de retraite.

5. Toucherez-vous une rente de votre employeur?

Si votre employeur vous propose un REER ou un régime de retraite collectif et qu’il égale une partie ou la totalité de vos cotisations, ce boni annuel à impôt reporté peut réduire la somme que vous aurez à épargner par vous-même.

6. Quel sera le rendement de vos placements?

Pour calculer la somme qu’il vous faut pour atteindre vos objectifs, vous devrez estimer votre taux de rendement sur les placements. Bien qu’il soit difficile de savoir si les rendements seront constants, vous vous rendrez service en diversifiant votre portefeuille.

Un conseiller pourra vous aider à le faire et à sélectionner un nombre réaliste de placements pour vos projections.

Besoin d’aide pour planifier votre retraite?

Un conseiller Financière Sun Life peut vous aider. Trouvez-en un près de chez vous. 

7. Quel est le portrait de vos actifs?

L’un de vos principaux moyens d’épargne est probablement le régime enregistré. Et vous pouvez placer jusqu’à 18 % de vos gains dans :

Vos cotisations seront retenues à la source, et votre placement prendra de la valeur à l’abri de l’impôt. Si vous participez à un régime à prestations déterminées, vos droits de cotisation au REER seront réduits. La portion inutilisée de vos droits de cotisation peut être reportée aux années suivantes.

« J’encourage fortement les gens à placer le maximum permis dans leurs REER chaque année. Souvent, c’est loin d’être facile. Mais vous vous en féliciterez plus tard », indique le chroniquer financier Bruce Sellery. 

Au-delà des REER, vous avez peut-être d’autres actifs, comme :

Si la valeur de ces actifs vous le permet, vous pouvez peut-être placer moins d’argent dans votre régime d’employeur ou votre REER.

8. Retirerez-vous prématurément de l’argent de votre REER?

Lorsque vous retirez de l’argent d’un REER, il est imposé à votre taux marginal. Vous perdez aussi les droits de cotisation et l’argent de plus que vous apporteraient les intérêts composés avec le temps. La meilleure option est d’utiliser un CELI comme fonds d’urgence, puisque vous récupérez vos droits de cotisation l’année suivante.

9. Combien d’argent voulez-vous laisser à vos proches?

Voulez-vous dépenser tout votre argent pendant que vous êtes en vie? Ou bien laisser un héritage à vos enfants ou à une œuvre qui vous est chère? Cette décision influencera votre stratégie – et vos dépenses – de retraite.

Vous aimeriez laisser un héritage sous forme d’assurance-vie?

 Obtenez une soumission d’assurance-vie gratuite.

10. À quelle fréquence voulez-vous revoir votre régime d’épargne-retraite?

C’est une bonne idée de revoir votre régime d’épargne-retraite avec un conseiller :

  • tous les trois ans au moins; ou
  • lorsque survient un événement important (naissance d’un enfant, divorce, perte d’un conjoint, etc.).

Où que vous en soyez dans votre plan de retraite, il est probablement temps d’en parler à votre conseiller. Si vous n’avez pas de conseiller, trouvez-en un ici. Un conseiller Financière Sun Life peut vous aider à démêler toutes les options.

 

Besoin d’aide pour y voir plus clair?

Un conseiller peut vous aider à bâtir un plan solide pour atteindre vos objectifs.

Cet article ne vise qu’à fournir des renseignements d’ordre général. La Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie n’offre pas de conseils juridiques, comptables ou fiscaux ni d’autres conseils professionnels. Au besoin, veuillez consulter un professionnel spécialisé qui fera un examen approfondi de votre situation juridique, comptable et fiscale.