Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Travail et retraite

20 août 2013

Occupation : retraité

Il est plus facile pour les personnes qui travaillent que pour celles qui sont à la retraite de donner une réponse satisfaisante à la question « Que faites-vous? ».

Si nous devions nous rencontrer un jour, vous pourriez me poser n'importe quelle question indiscrète, ou presque, telle que :

  • Quel âge avez-vous?
  • Quel est votre poids?
  • Pourquoi portez-vous ce chapeau?
  • Combien avez-vous payé pour votre voiture?

Ne vous inquiétez pas, cela ne me dérangerait pas. Mais si vous voulez me mettre mal à l'aise, il vous suffit de me demander : « Que faites-vous, Dave? ».

En réalité, je suis disposé à vous donner une réponse satisfaisante – je ne suis toutefois pas sûr que j'en sois capable. En tant que nouveau retraité, j'ai essayé de répondre à la question, mais j'ai toujours l'impression que ma réponse ne satisfait pas les gens.

J'ai essayé le truc de la « conversation d'ascenseur », où vous mémorisez quelques phrases pour impressionner les gens en quelques secondes seulement. Franchement, je n'ai pas eu beaucoup de succès avec cette tactique-là non plus.

Il est plus facile, bien entendu, pour les personnes qui travaillent que pour celles qui sont à leur retraite de donner une réponse satisfaisante à cette question. Si vous dites à un étranger que vous êtes une avocate ou une réceptionniste, que vous travaillez le soir à l'usine ABC ou que vous êtes « en informatique », les gens ont au moins une idée de ce à quoi ressemblent vos journées. Ils peuvent penser que vous êtes mieux payé qu'eux, que vous avez un emploi plus facile que le leur ou que votre travail est plus stressant que le leur.

Devrais-je vous envier ou avoir pitié de vous?

En écoutant la réponse à cette question, les gens peuvent commencer à évaluer s'ils seraient mieux dans vos souliers ou s'ils devraient être contents de ne pas y être.

Répondre à cette question en leur disant seulement « Je suis à la retraite » ne leur donne pas grand-chose à se mettre sous la dent. Êtes-vous à la retraite parce que vous le voulez? Je place ces personnes dans la catégorie « Plan A » parce qu'elles ont choisi d'être à leur retraite. Ou bien êtes-vous retraité pour des raisons de santé ou des problèmes sur le plan professionnel? Ces retraités font partie de la catégorie « Plan B » parce qu'ils ont dû s'adapter à la nécessité d'être retraités. Ils préféreraient travailler, mais ils n'en ont pas la possibilité.

Si vous dites à quelqu'un, de nos jours, que vous êtes à la retraite, il ne sait plus vraiment ce que cela signifie. Cette personne aura, au contraire, une meilleure idée de ce que vous faites si vous lui dites :

  • que vous êtes semi-retraité
  • que vous prenez votre retraite de façon progressive
  • que vous ne prendrez jamais votre retraite
  • que vous amorcez une deuxième (ou une troisième ou une quatrième) carrière
  • que vous réduisez vos heures de travail

J'ai dit à des gens que j'étais retraité et ils l'ont même contesté! Leur argument était le suivant : si Dave fait quelque travail que ce soit, contre rémunération, alors Dave n'est pas à la retraite. Selon cette façon binaire de voir les choses, je ne suis pas retraité parce que j'écris à l'occasion sur ce à quoi ressemble la retraite ces jours-ci. Ironique, n'est-ce pas?

En réalité, je passe à peu près autant de temps à me brosser les dents qu'à écrire au sujet de la retraite; je pense donc que la plupart des Canadiens considéreraient que ma situation correspond à l'idée qu'ils se font de la retraite.

Voici ce que je fais

  • Je fais ce que j'aime. J'évite de faire ce que je n'aime pas -- une jolie récompense pour des décennies de dur labeur.
  • Je profite de mes journées. La plupart du temps, c'est facile : j'ai un horaire et j'y inclus du temps pour des activités qui me plaisent et que je trouve enrichissantes. Certaines journées sont spéciales et nécessitent plus de préparation -- il faut alors planifier. Par exemple, pour le récent mariage de notre fille en Angleterre, mon épouse et moi avons établi un budget et commencé à épargner bien avant le mariage. Notre voyage a duré un mois et nous avons payé à l'avance nos billets d'avion, les hôtels et la location de la voiture. Nous avons profité d'un taux de change avantageux près d'un an avant de partir et nous sommes arrivés en Angleterre environ une semaine avant le mariage pour éviter de souffrir du décalage horaire pendant cette journée si spéciale. J'ai aussi passé beaucoup de temps à peaufiner mon discours du père de la mariée!
  • Je rattrape le temps perdu. Il n'est pas facile aujourd'hui de concilier de façon satisfaisante travail et vie personnelle. Depuis que je suis à la retraite, j'ai plus de temps pour faire de l'exercice physique, pour préparer des repas sains, pour lire et passer du temps avec ma famille et mes amis. Ma vie n'est peut-être pas trépidante, mais je ne passe pas mes journées à flâner non plus. Le secret, c'est d'avoir deux choses importantes : un but et un horaire.

Je suppose que ce que je fais à la retraite ne semble pas excitant ou valorisant aux yeux de certains, mais cela me satisfait pleinement.

Alors, qu'est-ce que je fais aujourd'hui?

Hum…laissez-moi vérifier auprès de mon épouse.

Articles Connexes