Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Action diabète

05 novembre 2018

Le diabète gestationnel : le défi

Votre grossesse se déroule bien et vous êtes en pleine forme. Et pourtant, votre médecin vous annonce que vous souffrez de diabète gestationnel.

La vie est pleine de rebondissements, comme dans la série Boomerang! Vous souhaitez atteindre le bien-être financier? C’est possible! Nous pouvons vous aider à mieux gérer vos finances et votre santé. Consultez régulièrement nos idées et outils sur notre page Boomerang

Qu’est-ce que le diabète gestationnel?

Lorsque la nourriture est digérée, les hydrates de carbone qu’elle contient sont transformés en sucres simples, ou glucose. Le pancréas produit de l’insuline pour transformer le glucose en énergie. Cependant, de la 20e à la 24e semaine de grossesse, les hormones placentaires produites par le corps élèvent le niveau de sucre dans le sang, et les femmes atteintes de diabète de grossesse ne produisent pas assez d’insuline pour transformer tout ce glucose. Le bébé est alors exposé à de plus hauts niveaux de glucose, ce qui peut mener à une augmentation de son poids et avoir des conséquences néfastes.

Selon les Lignes directrices de pratique clinique 2018 de l’Association canadienne du diabète, les facteurs de risque du diabète gestationnel incluent :

  • Être âgée de 35 ans et plus
  • Faire partie d’un groupe ethnique à plus haut risque (origine africaine, arabe, asiatique, autochtone, latino-américaine),
  • Prendre des corticostéroïdes
  • Avoir un surplus de poids (IMC de 30 ou plus)
  • Être atteinte de prédiabète
  • Avoir déjà été atteinte de diabète gestationnel durant une grossesse précédente
  • Avoir donné naissance à un bébé de plus de 4 kg
  • Avoir un parent, un frère ou une sœur atteints de diabète de type 2
  • Être atteinte du syndrome des ovaires polykystiques ou de dystrophie papillaire et pigmentaire

Cependant, comme le diabète gestationnel peut être asymptomatique et touche souvent les femmes qui ne présentent aucun facteur de risque, les femmes subissent systématiquement un test de dépistage du diabète entre la 24e et la 28e semaine d’aménorrhée. Si vous présentez plusieurs facteurs de risque, il est possible que votre médecin suggère de faire le test tôt dans la grossesse. Cela permet de commencer le traitement plusieurs mois avant la date à laquelle les tests sont faits habituellement.

Effets du diabète gestationnel sur la mère et le bébé

Lorsqu’il n’est pas traité, le diabète gestationnel peut mener à des complications liées à la naissance d’un bébé d’un poids élevé et augmenter les risques d’éclampsie et d’accouchement par césarienne. C’est pourquoi, lorsque le diagnostic est établi, le poids du bébé est évalué durant le reste de la grossesse. Il est possible que le médecin traitant propose même de déclencher l’accouchement avant 40 semaines de grossesse, mais la décision dépend d’une multitude de facteurs.

La bonne nouvelle, c’est que, dans la plupart des cas, le taux de glycémie de la mère revient à la normale après la naissance du bébé. Une femme qui a souffert de diabète gestationnel court un plus grand risque d’en être atteinte lors de grossesses subséquentes. Selon une étude publiée en 2012 dans l’International Journal of Endocrinology, les femmes atteintes de diabète gestationnel présentent aussi un risque accru de développer un diabète de type 2 plus tard. Ce risque est important, précise la Dre Maxime Lacerte, obstétricienne-gynécologue à l’hôpital Cité de la Santé de Laval, et il ne faut en aucun cas négliger le suivi post-grossesse du diabète.

Un diabète bien contrôlé permet de réduire les risques pour le bébé. L’accouchement peut être difficile pour ce dernier (s’il a un poids élevé compte tenu de son âge gestationnel) et il risque davantage d’être atteint de certaines maladies plus tard dans sa vie, comme le diabète et l’obésité. Certains nouveau-nés peuvent souffrir d’hypoglycémie néonatale, ce qui peut affecter le cerveau. Il existe aussi un risque accru de jaunisse, affection habituellement traitée par photothérapie.

Traitement du diabète gestationnel

Après avoir reçu le diagnostic, la future maman sera dirigée vers un centre d’information sur le diabète. Elle sera également suivie par une nutritionniste et une infirmière qui lui expliqueront les changements importants à apporter à son alimentation et comment mesurer sa glycémie. Elle recevra de l’information sur le diabète gestationnel, sur les aliments qu’elle doit éviter de consommer, sur la façon de mesurer son taux de glucose sanguin, de se créer un horaire et de le respecter, de faire le suivi de sa consommation alimentaire et de se faire des injections d’insuline plusieurs fois par jour, au besoin. Cette dernière méthode de traitement n’est envisagée que si la méthode privilégiant un régime alimentaire restrictif et de l’exercice modéré ne suffisent pas à maintenir le taux de sucre dans le sang au niveau souhaité. Les médicaments oraux contre le diabète ne sont pas recommandés pour les femmes enceintes. « C’est intimidant! raconte Anne-Marie, 38 ans, enceinte de 36 semaines et atteinte de diabète gestationnel. Je me considère comme une personne allumée et bien éduquée, mais ce n’est pas évident de changer son alimentation du tout au tout, de compter ses glucides, de manger à heures fixes (surtout au bureau) et de mesurer sa glycémie quatre fois par jour, en plus d’apprendre à se faire des injections d’insuline. Dans le fond, c’est comme changer de vie! »

Comme l’explique Anne-Marie, le contrôle du diabète de grossesse par son régime alimentaire requiert beaucoup de discipline. Les repas doivent être prévus, la taille des portions, mesurée et la composition de chaque repas, surveillée. « Je me sens beaucoup mieux depuis que ma glycémie est revenue à la normale, raconte Anne-Marie. J’avais de grosses périodes de fatigue, surtout après avoir mangé. Maintenant, mon énergie est plus stable. Et surtout, je sais que c’est temporaire. Je pense avant tout à mon bébé, à sa santé et à vivre un bel accouchement. C’est pour la bonne cause! »

Prévention du diabète gestationnel

Une bonne alimentation et de l’exercice sont les éléments clés d’un style de vie sain. Dans son Guide pour un mode de vie sain après le diabète gestationnel, l’Association canadienne du diabète recommande de maintenir un poids santé en mangeant bien et en faisant de l’exercice avec modération pour réduire le risque de diabète gestationnel et le risque de développer un diabète de type 2 par la suite. Après une grossesse, les femmes devraient vérifier leurs niveaux de glucose sanguin périodiquement. Le suivi post-accouchement est impératif pour aider à prévenir un diabète de type 2 plus tard dans la vie. Les femmes atteintes de diabète gestationnel sont vivement encouragées à allaiter, si possible immédiatement après la naissance et pendant au moins 4 mois. Cela aidera à prévenir l’hypoglycémie chez le bébé, l’obésité plus tard dans sa vie et le diabète de type 2 pour maman et bébé.

La Financière Sun Life s’implique pour la santé des femmes

Afin de prévenir le diabète de type 2 chez les femmes après la naissance de leur enfant, la Financière Sun Life versera 750 000 $ au Sinai Health System pour le lancement du Programme Financière Sun Life de prévention du diabète chez les femmes. Ce programme aidera les spécialistes du diabète du Sinai Health System à élaborer des outils de prévention du diabète de type 2 chez les femmes.

Merci à la Dre Maxime Lacerte, obstétricienne-gynécologue à la Cité de la Santé.

À lire aussi :

Articles Connexes