Devenir mère change une vie. C’est un événement magnifique, qu’on surnomme parfois la « bulle de bébé ». Avec la COVID-19, le mot « bulle » a pris un tout autre sens. Le quotidien des nouveaux parents est souvent très loin des moments Instagram parfaits. C’est une période parfois éprouvante. L’isolement lié à la pandémie n’a fait qu’ajouter aux difficultés. 

Selon Statistique Canada, près d’une mère canadienne sur quatre rapporte être aux prises avec une dépression postpartum et de l’anxiété. Depuis la COVID-19, les consultations en santé mentale ont augmenté de 30 %1 chez les nouvelles mères. 

Vous êtes une nouvelle maman et vous éprouvez des symptômes d’anxiété ou de dépression postpartum? Ressentez-vous des sautes d’humeur, de la tristesse, de l’irritabilité et de la fatigue? Beaucoup de femmes rapportent aussi s’être senties seules lors des rendez-vous sans leur conjoint. Il n’y a pas que vous dans cette situation. 

Qu’est-ce que la dépression postpartum? 

Selon le Centre de toxicomanie et de santé mentale, la dépression postpartum est plus grave que le « baby blues ». C’est une dépression sévère qui dure. Elle se manifeste souvent dans les premiers mois après l’accouchement. Les nouvelles mamans demeurent toutefois à risque jusqu’à un an après avoir donné naissance. Voici quelques signes de la dépression postpartum 

  • Humeur dépressive ou anxiété 
  • Perte d’intérêt pour des choses que vous aimez habituellement 
  • Gain ou perte de poids et d’appétit 
  • Agitation, inquiétude et nervosité 
  • Sentiment de culpabilité ou d’inutilité, ou les deux 
  • Difficulté à se concentrer 

Le stress et l’anxiété peuvent être lourds à porter. Surtout à un moment où vous devriez être au comble du bonheur. La distanciation physique a également des effets sur la santé mentale. C’est pourquoi il est important que les nouvelles mères veillent à leur santé mentale après l’accouchement. 

Voici quelques conseils pour commencer : 

1. Fixez-vous de petits objectifs 

Lorsque bébé dort, il est possible que vous ressentiez le besoin d’être productive. Que vous pensiez à prendre une douche rapide, à faire la vaisselle et à plier des vêtements. Essayez de résister à l’envie d’accomplir une multitude de tâches avec le peu d’énergie dont vous disposez.  

Fixez-vous plutôt des objectifs simples et réalisables. Par exemple, commencez par laver la vaisselle. Puis, préparez-vous une tasse de thé et regardez la télévision, appelez des amis ou feuilletez une revue. Ainsi, vous verrez des résultats concrets au lieu de vous sentir dépassée, et c’est excellent pour le moral. 

Soyez indulgente envers vous-même, surtout pendant les premiers jours. Selon la revue de l’Association médicale canadienne, le risque de la dépression postpartum est plus grand dans les trois premiers mois suivant l’accouchement

2. Sommeil, alimentation et exercice : maintenez vos saines habitudes 

D’après une étude récente2 , les parents perdent en moyenne l’équivalent de 6 mois de sommeil durant les 24 premiers mois du nouveau-né. Rien qui n’étonne un nouveau parent jusqu’ici. Le manque de sommeil peut provoquer des symptômes qui s’apparentent à ceux de la dépression postpartum, dont l’irritabilité et le sentiment d’être dépassée. Un programme d’exercice modéré peut améliorer votre santé mentale. Le fait de bouger réduit les risques de dépression et favorise des sentiments positifs en plus d’être bon pour le sommeil.  

Pour stimuler votre corps et votre esprit, privilégiez des activités douces comme : 

  • Le yoga,  
  • Les poids  
  • La marche  

Et avant de commencer, parlez à votre médecin. La plupart recommandent d’attendre six semaines après la naissance de bébé pour reprendre l’exercice. 

Tâchez de maintenir une alimentation saine. L’un des symptômes de la dépression postpartum est la fluctuation du poids et de l’appétit. Cela peut vouloir dire une perte ou un gain de poids important. En étant plus à l’écoute de votre corps, vous saurez mieux détecter les signes de la dépression postpartum. 

3. Demandez de l’aide et bâtissez des relations positives

Pendant la grossesse et les premières années, tout le monde a besoin de soutien. Il peut être difficile pour certaines personnes d’accepter de l’aide. N’hésitez pas à en demander lorsque vous vous sentez dépassée.  

Essayez de nommer vos besoins. Voulez-vous… 

  • qu’on vous prépare un repas?  
  • qu’on vous conduise à l’épicerie? 
  • qu’on veille sur bébé pendant que vous prenez une douche? 

Votre conjoint, votre famille, vos amis ou vos voisins seront sûrement ravis de vous aider. En leur confiant des tâches, vous les aiderez eux aussi à se sentir utiles. 

Vous pourriez également avoir envie de vous joindre à un groupe de mamans. Si les réunions en personne sont impossibles pour le moment, il existe d’autres façons de se voir. Les réseaux sociaux regorgent d’options de soutien. Certains groupes se rencontrent au parc ou se rejoignent pour une promenade ou autre activité extérieure. Il est important d’entretenir des relations positives qui vous rappellent que vous n’êtes pas seule. Parler à des personnes qui comprennent ce que vous vivez vous amènera un peu de sérénité. 

Où trouver un groupe de mamans? Communiquez avec votre centre communautaire. Parlez-en à votre médecin ou thérapeute. Demandez à vos services de RH.  

Des idées de ressources :  

4. Optez pour un retour progressif au travail 

Revoyez vos attentes envers vous-même lorsque vous reprendrez le travail. Les réunions de quatre heures sur Zoom vous semblaient peut-être réalistes avant votre congé, mais vous avez moins d’énergie maintenant. Faites de votre mieux, mais ne négligez pas votre santé mentale. Entretenez une bonne communication et n’hésitez pas à demander l’aide de votre employeur si vous en ressentez le besoin. Il peut aussi vous faire profiter d’avantages sociaux pour vous et votre famille. 

5. Restez en contact avec votre médecin

Parlez ouvertement avec votre médecin, qui peut vous guider vers l’aide dont vous avez besoin. Il pourrait vous orienter vers un ou une thérapeute pour du soutien additionnel. 

L’outil de recherche de Lumino Santé vous aide à trouver des professionnels de la santé dans votre région, y compris des psychologues. 

Il existe des traitements pour la dépression postpartum. Reprenez les commandes et agissez; vous et votre famille ne vous en porterez que mieux. Sachez que vous faites un travail admirable et qu’il existe des ressources d’aide. 

 

En savoir plus