Un REER, c’est quoi?

Un régime enregistré d’épargne-retraite (REER), c’est un compte d’épargne conçu pour vous aider à mettre de l’argent de côté pour la retraite.

Son plus gros avantage : vous pouvez épargner et faire fructifier votre argent, tout en déduisant vos cotisations de votre revenu imposable.

Quand vous allez retirer votre argent à la retraite, vous paierez de l’impôt sur vos retraits, mais à un taux probablement bien plus bas qu’aujourd’hui.

Comment ça fonctionne?

Vos cotisations à un REER vous permettent de réduire votre revenu imposable. En effet, vous ne payez pas d’impôt sur vos cotisations ni sur les revenus des placements tant que vous ne retirez pas d’argent.

Dans la plupart des cas, le fait de retirer l’argent plus tard – vers 60 ou 70 ans – permet d’importantes économies d’impôt.

Pensez-y : vous serez sûrement dans une tranche d’imposition beaucoup moins élevée à la retraite, vers 60 ou 70 ans. Vous paierez donc moins d’impôt quand vous allez retirer l’argent de votre REER à cet âge. Et vous réduisez du même coup votre impôt aujourd’hui.

De plus, vous pouvez détenir une variété de placements dans votre REER :

  • Actions
  • Obligations
  • Fonds distincts
  • CPG
  • Fonds communs de placement

Quels sont les avantages?

À votre retraite, vous pourrez utiliser l’argent de votre REER pour toutes vos dépenses :

  • Frais liés à la santé (médicaments sur ordonnance, assurance-santé, etc.)
  • Lieu de résidence
  • Voyages et vacances
  • Passe-temps, et bien plus

La retraite, c’est le moment parfait pour penser à soi et profiter d’une vie tranquille. Mais elle a un prix. Un REER peut vous aider à payer les dépenses liées à la retraite.

Cotiser à un REER

Votre plafond de cotisation au REER pour 2021 s’établit à 18 % du revenu que vous avez indiqué dans votre déclaration de revenus de l’année précédente, jusqu’à un maximum de 27 830 $.

Ce plafond inclut aussi les droits de cotisation inutilisés que vous avez accumulés au fil des ans.

N’oubliez pas que l’argent que vous mettez dans un REER, selon votre plafond de cotisation, réduit votre revenu imposable pour l’année.

Votre plafond de cotisation au REER est calculé chaque année. Il figure sur l’avis de cotisation que vous recevez de l’Agence du revenu du Canada (ARC) après avoir produit votre déclaration de revenus. Vous pouvez aussi trouver votre avis de cotisation en ligne à la page Mon dossier pour les particuliers.

N’oubliez pas : ce sont les revenus de l’année précédente qui déterminent le montant que vous pouvez verser au REER. De plus, vos cotisations annuelles peuvent donner lieu à un remboursement d’impôt important que vous pouvez utiliser pour :

  • Faire un nouveau placement dans votre REER
  • Rembourser des dettes
  • Investir dans un autre produit à l’abri de l’impôt, comme le compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Toutes vos cotisations à un REER peuvent être déduites de votre revenu imposable. Vous pouvez ainsi diminuer votre revenu imposable. Prenons un revenu de 50 000 $ gagné l’an passé. Si vous déduisez 10 000 $ de ce revenu, vous paierez de l’impôt sur les 40 000 $ restants.

Vous pouvez verser de l’argent dans votre REER quand vous le voulez. Vous avez 60 jours après la fin d’une année pour cotiser à votre REER pour l’année précédente. La date tombe habituellement au début mars.

Pas de problème. Vos droits de cotisation inutilisés seront tout simplement reportés à l’année suivante. Vous pouvez adhérer et cotiser à un REER tout au long de l’année. Vous devez seulement veiller à ne pas dépasser votre plafond de cotisation.

Trouvez les réponses à vos questions sur les cotisations au REER.

Retraits du REER et impôt

Le REER vous permet d’épargner et de reporter l’impôt à payer. Autrement dit, vous ne payez pas d’impôt sur l’argent dans votre REER tant que vous ne le retirez pas.

Vous pouvez, mais vous paierez de l’impôt chaque fois que vous retirerez de l’argent de votre REER.

L’impôt à payer dépend du montant retiré et de votre tranche d’imposition.

Par exemple, disons que vous commencez à faire des retraits de votre REER à votre retraite, à 65 ans. Vous serez alors probablement dans une tranche d’imposition moins élevée qu’aujourd’hui. Vous paierez donc moins d’impôt que si vous aviez retiré l’argent à 30 ou 40 ans. C’est pourquoi on encourage souvent les gens à attendre leur retraite avant de retirer de l’argent de leur REER.

Les retraits anticipés du REER ont d’importantes conséquences :

  • Perte des avantages fiscaux liés à la capitalisation* des revenus
  • Retenues d’impôt
  • Perte définitive de droits de cotisation

En savoir plus sur le coût caché des retraits hâtifs du REER.

* Un compte à l’abri de l’impôt permet d’accumuler des intérêts sans être imposé jusqu’à ce qu’on fasse un retrait. La capitalisation, c’est quand les revenus de placements ou les intérêts s’ajoutent à votre cotisation de départ.

Mais, parfois, il peut être avantageux de retirer de l’argent d’un REER avant la retraite. Le gouvernement traite différemment les retraits faits pour acheter une première maison ou financer des études. On utilise alors le régime d’accession à la propriété ou le régime d’encouragement à l’éducation permanente. L’argent retiré dans le cadre de ces régimes n’est pas imposable si vous le remboursez dans votre REER dans les délais indiqués.

Lisez notre FAQ sur les REER pour en savoir plus.

REER : retraite, transferts et décès

Ça dépend de votre âge à la retraite. Vous devez transférer l’argent de votre REER avant le 31 décembre de l’année de vos 71 ans. Vous pouvez placer l’argent dans un autre compte enregistré, comme un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR), acheter une rente ou retirer votre argent. 

Ça dépend de la façon dont vos comptes enregistrés sont configurés. Ils peuvent être traités différemment lorsque vous décédez. En règle générale, au moment du décès, le titulaire du REER est réputé avoir encaissé l’argent.

Supposons que vous avez désigné votre conjoint comme bénéficiaire de votre REER. Dans ce cas, votre REER pourra lui être transféré après votre décès. La somme transférée ne sera pas imposable, et les retenues d’impôt seront reportées au moment des retraits. Votre conjoint n’a pas besoin de disposer de droits de cotisation supplémentaires pour que votre REER lui soit transféré. Parlez à un conseiller Sun Life pour en savoir plus.

Votre enfant recevra un montant équivalant à la valeur intégrale de votre REER. Il faudra aussi inclure ce montant dans le revenu imposable utilisé pour la déclaration de revenus faite en votre nom après votre décès. Veuillez noter qu’en général, votre succession est responsable de tout impôt à payer. Consultez un avocat ou un spécialiste des questions d’impôt pour mieux planifier en fonction de votre situation.

Non, il n’y a aucun moyen de transférer votre REER à quelqu’un d’autre. Vous ne pouvez pas non plus transférer de l’argent de votre REER au REER d’une autre personne.

Types de REER

Il y a trois types courants de REER : REER personnel, REER collectif et REER de conjoint.

REER personnel*

Qu’est-ce que c’est?

C’est un REER qui est enregistré à votre nom.

Qui peut y cotiser?

Seulement vous

Combien pouvez-vous verser?

18 % du revenu gagné, plus vos droits de cotisation inutilisés des années précédentes.

Les cotisations sont-elles déductibles du revenu imposable?

Oui

Qui peut faire des retraits?

Seulement vous

En savoir plus

 

Votre premier REER?

Voici ce que vous devez savoir.

 

Pour en savoir plus sur le REER personnel, parlez à un conseiller.

REER de conjoint*

Qu’est-ce que c’est?

C’est un REER qui est enregistré au nom d’un des conjoints.

 

Qui peut y cotiser?

Le conjoint dont le nom n’est pas sur le REER.

 

Ainsi, si vous enregistrez un REER de conjoint au nom de votre conjoint, vous serez le seul à pouvoir y cotiser.

 

Les cotisations que vous versez au REER de conjoint sont-elles prises en compte dans votre plafond de cotisation personnel?

 

Oui, vos cotisations au REER au nom de votre conjoint sont prises en compte dans votre plafond de cotisation personnel. Par contre, elles n’ont aucun impact sur le plafond de cotisation de votre conjoint.

 

Qui peut faire des retraits?

 

Le conjoint dont le nom est sur le REER.

Qui bénéficie de la déduction fiscale?

Le conjoint qui cotise au REER.

En savoir plus

 

Découvrez comment payer moins d’impôt avec un REER de conjoint.

 

Pour en savoir plus sur le REER de conjoint, parlez à un conseiller.

REER collectif*

Qu’est-ce que c’est?

C’est un REER qui est enregistré au nom d’un groupe (p. ex. les employés d’une entreprise ou les membres d’une organisation professionnelle).

Qui peut y cotiser?

Votre employeur et vous

Combien pouvez-vous verser?

18 % du revenu gagné, plus vos droits de cotisation inutilisés des années précédentes.

Pouvez-vous verser vos cotisations par retenues sur la paie?

Oui, ça vous permet d’investir toute l’année, mais vous devez respecter le plafond de cotisation.

Qui peut faire des retraits?

Seulement vous

 

Découvrez les allègements fiscaux offerts par le REER collectif

* Peu importe le type et le nombre de REER que vous détenez, vous devez quand même respecter le plafond de cotisation.

À part pour la retraite, à quoi peut servir un REER?

Si le REER est idéal pour l’épargne-retraite, il a aussi d’autres avantages. Vous pouvez l’utiliser pour acheter une maison ou faire des études :

 

Régime d’accession à la propriété (RAP)

Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP)

Combien pouvez-vous emprunter dans votre REER?

Jusqu’à 35 000 $ par personne

 

Vous pouvez retirer jusqu’à 10 000 $ de votre REER par année, pendant 4 ans (maximum 20 000 $).

Y a-t-il une pénalité fiscale pour ce type de retrait du REER?

Non

Non

Quand devez-vous rembourser l’emprunt?

Dans les 15 ans

Dans les 10 ans

Que faut-il à garder à l’esprit?

Ni vous ni votre conjoint ne pouvez avoir été propriétaires d’une maison dans les 5 dernières années.

L’argent peut servir à financer vos études ou celles de votre conjoint (mais pas celles de vos enfants).

 

En savoir plus

 

Utilisez votre REER pour acheter une maison.

 

En savoir plus sur le REEP.

REER et CELI

Si vous avez déjà utilisé tous vos droits de cotisation à un REER, vous n’êtes pas à court d’options. Pensez à cotiser dans un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) pour augmenter votre épargne.

L’argent que vous mettez dans un CELI a déjà été imposé (vous avez déjà payé de l’impôt sur cet argent). Vous n’avez donc pas à en payer quand vous faites des retraits. Vous ne payez pas non plus d’impôt sur les revenus des placements dans le CELI.

On croit souvent que le REER est bon à long terme (retraite) et que le CELI convient mieux à court terme (maison, voiture). Mais les deux peuvent vous permettre d’accumuler et de faire fructifier votre patrimoine au fil du temps.

Voyez la différence entre le CELI et le REER.

Pensez alors à investir dans un compte non enregistré. Ce type de compte imposable vous permet de faire toutes sortes de placements – sans limite de cotisation.

Comme pour les REER, les revenus de placement dans un compte non enregistré sont imposables.

Comment ouvrir un REER

Vous voulez commencer à mettre de l’argent de côté? Nos conseillers se feront un plaisir de vous aider à ouvrir un REER. Ils vous aideront aussi à prendre des décisions financières éclairées et à maximiser votre épargne. Ils sauront répondre à toutes vos questions.

Découvrez comment le REER peut s’inscrire dans votre avenir financier. Parlez à votre conseiller ou trouvez-en un près de chez vous. Ça ne vous engage à rien!
 

Trouver un conseiller pour ouvrir un REER à la Sun Life

Pour en savoir plus sur les REER de la Sun Life :

* Ces renseignements sont donnés à titre indicatif seulement. Il ne s'agit en aucun cas de conseils fiscaux. Nous vous recommandons de consulter un spécialiste fiscal pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle.