Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Épargne et retraite

11 janvier 2017

Combien pouvez-vous cotiser à un REER?

Les cotisations à un REER peuvent donner lieu à une agréable surprise au moment de la production de votre déclaration de revenus parce qu'elles sont déductibles. Mais tout a une limite, y compris votre REER.

Il n'est pas étonnant que nous, les Canadiens, aimions tant nos régimes enregistrés d'épargne-retraite (REER). Non seulement ils nous permettent de mettre de côté, pour la retraite, de l'argent qui croît à l'abri de l'impôt jusqu'à ce qu'on le retire, mais les cotisations peuvent donner lieu à une agréable surprise au moment de la production de notre déclaration de revenus parce qu'elles sont déductibles. Pour certains d'entre nous, c'est peut-être en effet la seule chose qui peut égayer cette morne saison pendant laquelle nous nous escrimons à rassembler des reçus de toutes sortes.

Pour 2016, vous pouvez verser le moindre des montants suivants, soit 25,370 $ ou 18 % de votre revenu gagné de l'année précédente. Tout cela semble simple, n'est-ce pas? Eh bien, pas tout à fait. Comme l'indique Robb Engen, coauteur du blogue Boomer & Echo, il y a des facteurs importants dont il faut tenir compte :

1. Droits de cotisation non utilisés : Si vous n'avez pas versé le montant maximum dans votre REER au cours des années précédentes, il est possible que vous ayez des droits de cotisation non utilisés que vous pouvez reporter, ce qui fait augmenter le montant qu'il vous est permis de verser. Vous n'avez rien à calculer. En effet, chaque année, l'Agence du revenu du Canada (ARC) le fait pour vous. Il vous suffit de consulter l'avis de cotisation qu'elle vous a envoyé l'an dernier après avoir traité votre déclaration de revenus et vous y trouverez le montant de vos droits de cotisation inutilisés, qui est pris en compte dans le calcul de votre maximum déductible au titre des REER pour l'année courante.

2. Cotisations à un régime de retraite : Si vous participez au régime de retraite de votre employeur, vous devez soustraire votre «facteur d'équivalence» (FE) du maximum déductible au titre des REER. Ce calcul est fait pour vous par l'ARC et il est indiqué sur votre avis de cotisation. Vous n'avez pas à vous en préoccuper la première année de participation à un régime de retraite, car votre FE d'une année réduit votre plafond de cotisation au REER pour l'année suivante.

3. Excédent de cotisations : L'ARC permet que des cotisations versées en trop demeurent dans le REER tant qu'elles ne dépassent pas 2 000 $. Tout montant en sus de ces 2 000 $ est assujetti à une pénalité fiscale de 1 % par mois. (Toutefois, si vous retirez immédiatement ces cotisations versées en trop et que vous envoyez une lettre à l'ARC pour expliquer qu'il s'agissait d'une erreur légitime, il est possible que vous obteniez une exonération de l'impôt sur l'excédent des cotisations.)

Il ne fait aucun doute que le REER est un des meilleurs moyens d'épargner pour votre retraite. Il ne faut toutefois pas oublier que tout a une limite, y compris votre REER.

Si vous n'avez pas encore versé la cotisation maximale admissible dans votre REER pour 2016, il est encore temps de le faire. Toutefois, comme Engen le signale, l'ARC ne permet le versement de cotisations pour l'année précédente que pendant 60 jours au maximum après la fin de l'année en cause. Donc la date limite pour verser des cotisations au titre du REER pour 2016 est le 1 mars 2017. 

Articles Connexes