Le diabète de type 2 est un problème de santé qui prend de l’ampleur, au Canada comme ailleurs. Dernièrement, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont rapporté que les adultes atteints du diabète de type 2 courent un risque accru de développer des complications s’ils contractent la COVID-19.

On connaît assez bien le diabète de type 2, mais un peu moins le prédiabète.

Qu’est-ce que le prédiabète?

Le prédiabète se caractérise par un taux de sucre dans le sang supérieur à la normale, mais pas assez élevé pour établir un diagnostic de diabète.

Diabète Canada estime que le diabète et le prédiabète touchent au moins 11 millions de personnes au pays. Certaines ne savent même pas qu’elles sont atteintes de prédiabète.

En général, cette maladie ne s’accompagne pas de symptômes apparents. Par contre, elle entraîne des lésions tissulaires bien réelles qui comportent un risque éventuel de complications liées au diabète. Le prédiabète est associé à un risque de diabète de type 2, de maladie cardiaque et d’AVC, selon les CDC.

Voici certains des risques que le prédiabète présente pour votre santé. Apprenez aussi ce que vous pouvez faire pour le prévenir et le renverser.

Le prédiabète est une histoire de résistance à l’insuline et de perte de contrôle de la glycémie

Notre corps est doté d’un système qui maintient le taux de sucre dans le sang (taux de glucose sanguin ou glycémie) à un niveau sain. Lorsque la glycémie augmente, par exemple, après un repas riche en glucides, le pancréas libère une hormone appelée insuline. C’est l’insuline qui indique à vos cellules de transformer ce glucose en énergie.

Si on est en surpoids et qu’on mange plus que nécessaire, notre métabolisme sera moins efficace.

« En présence de prédiabète, plusieurs fonctions métaboliques sont surchargées », explique David Jenkins. Il est directeur du Clinical Nutrition and Risk Factor Modification Centre de l’hôpital St. Michael, à Toronto. Après un repas, l’utilisation du glucose par les muscles et d’autres organes qui en ont besoin se fait moins facilement. C’est ce qui s’appelle la résistance à l’insuline. À cause de cela, le pancréas libère de plus en plus d’insuline pour compenser.

Lorsqu’on reste à jeun pendant plusieurs heures – la nuit, par exemple – notre foie libère plus de glucose pour alimenter notre corps en énergie. Le pancréas doit alors sécréter plus d’insuline. « Cela perdure jusqu’à ce que le pancréas ait du mal à garder le rythme, poursuit le directeur. Alors, il s’épuise, et la glycémie commence à monter. »

Quels sont les symptômes et risques liés au prédiabète?

Le principal risque associé au prédiabète est l’augmentation de la glycémie jusqu’au taux caractéristique du diabète de type 2. On peut alors :

  • ressentir de la fatigue;
  • prendre du poids de manière inexpliquée;
  • uriner plus abondamment que la normale (ce qui entraîne une soif inhabituelle).

Le prédiabète a d’autres effets nocifs. Il reproduit, à petite échelle, ce qui se passe dans le corps lorsqu’on est atteint de diabète de type 2. Ainsi, plusieurs effets secondaires du diabète peuvent aussi se manifester en cas de prédiabète.

Avec le temps, les vaisseaux sanguins peuvent être endommagés, ce qui augmente le risque de maladie cardiovasculaire. La maladie peut également endommager les reins et les yeux, ajoute le Dr Jenkins.

Il est possible de prévenir le prédiabète en changeant ses habitudes de vie, On peut même en renverser les effets.

Et même si vous êtes atteint de prédiabète, les changements suivants peuvent aider à réduire le risque de développer un diabète de type 2.

Comment éviter que le prédiabète évolue en diabète de type 2?

Pas besoin d’outils santé ou de suppléments pour gérer le risque de prédiabète ou de diabète de type 2.

Selon David Jenkins, la meilleure protection contre le prédiabète réside simplement dans l’application des principes fondamentaux d’une vie saine. Voici ce qu’il faut faire :

1. Maintenir un poids sain.

L’embonpoint est le principal facteur de risque du prédiabète et du diabète de type 2. Des études menées au Leicester General Hospital (Royaume-Uni) ont permis d’établir que même une petite perte de poids, maintenue durablement, est suffisante pour atténuer le risque. Elle peut même contrer le prédiabète.

2. Garder la forme et rester actif.

L’activité physique régulière vous aide à maintenir un poids santé et à développer vos muscles. Vous aurez ainsi plus de tissu musculaire pour utiliser le glucose sanguin.

3. Manger des aliments frais et sains.

Faites le plein de légumes! Selon M. Jenkins, en mangeant surtout des légumes et moins de viande, on peut réduire le risque. Et la gestion de l’apport calorique permet d’éviter une prise de poids qui entraînerait l’augmentation du risque de prédiabète.

4. Essayer de dormir suffisamment.

Le sommeil est essentiel pour votre santé globale. Certaines études semblent indiquer qu’il pourrait également contribuer à la gestion du risque de prédiabète.

Comment faire échec au diabète?

Le prédiabète vous préoccupe? Répondez au questionnaire canadien sur le risque de diabète pour avoir une idée du risque que vous présentez. Vous pouvez également parler à votre médecin de ce qui vous préoccupe.

En vous attaquant tôt au prédiabète, vous pouvez atténuer et même éliminer le risque de diabète de type 2. Vous vous assurerez ainsi de faire ce qu’il faut pour rester en santé toute votre vie.

En savoir plus sur la prévention et la gestion du diabète