Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Épargne et retraite

06 mars 2012

La fin de l'épargne-retraite

Quelle drôle d'impression! C'est la «saison des REER», et pour la première fois en 22 ans, je ne cotiserai pas à mon régime.

Pendant 22 ans, notre ménage à un seul revenu a amassé des fonds dans des REER. Nous nous sommes privés, nous avons gratté les fonds de tiroir et tout fait pour faire de l'épargne-retraite une priorité. Il nous est même arrivé, à l'occasion, de nous plaindre de ne pas pouvoir nous faire plaisir instantanément en nous achetant des choses.

Nous sommes toutefois demeurés fidèles à nos valeurs et à notre plan et nous avons réussi, chaque année, à cotiser à nos REER. Il m'est arrivé, certaines années, de recevoir une prime de mon employeur que j'ai déposée directement dans le REER. D'autres années, ce fut un remboursement d'impôt sur le revenu qui fut à la base de notre cotisation REER pour l'année suivante. Il nous est aussi arrivé de nous montrer disciplinés et de verser périodiquement des cotisations – et à d'autres moments de ne verser que de petits montants lorsque nous avions réussi à mettre de côté quelques dollars. Nous avons réussi, presque chaque année, à verser le montant maximum.

Pas de droits de cotisation à un REER

En tant que retraité, je n'ai plus ce que l'Agence du revenu du Canada appelle un «revenu gagné», que celle-ci utilise pour calculer les droits de cotisation à un REER. Pas de revenu gagné, pas de droits de cotisation à un REER -- c'est aussi simple que cela.

Moins d'argent à verser dans un CELI

Depuis que les comptes d'épargne libres d'impôt existent, c'est-à-dire depuis 2009, mon épouse et moi y avons aussi déposé des fonds. Chaque année, depuis 2009, nous rencontrons notre conseiller au début de janvier pour verser notre cotisation maximale annuelle de 5 000 $ dans chacun de nos CELI.

Mais ce n'est pas le cas cette année. En 2012, nous nous concentrons sur notre vie actuelle, et non pas sur l'épargne pour notre vie future.  Comme la plupart des retraités, mon revenu actuel n'est pas suffisant pour que je puisse continuer à épargner. (Cela étant dit, il est possible que je contribue à nos CELI au cours des prochaines années.)

Passer de l'épargne-retraite aux dépenses

J'ai pris une retraite anticipée, sans être multimillionnaire. Il n'est donc pas surprenant que je souhaite bien vivre aujourd'hui plutôt que d'épargner encore plus pour vivre encore mieux à 65 ans, 70 ans ou plus.

Pour moi, aujourd'hui est la première journée du reste de ma vie, alors que je suis assez jeune, que ma santé est assez bonne et que je suis assez en forme pour profiter pleinement de la vie. Je suis doublement chanceux, car ma conjointe est également assez jeune, assez en forme et en santé pour m'accompagner. Je n'attends donc pas à demain pour commencer à vivre.

Mais cela ne signifie pas que je vis seulement au jour le jour. J'ai 55 ans et je suis en santé. J'aurai donc besoin que l'épargne-retraite que j'ai déjà accumulée dure 30 ans, 40 ans, peut-être même plus longtemps!

La fin de l'épargne nécessite une meilleure planification budgétaire

Mon épouse, Anne Marie, qui se charge du budget familial — et qui le fait très bien — a eu une révélation l'autre jour.

«Je comprends enfin ce que veulent dire les retraités lorsqu'ils affirment qu'ils vivent sur un «revenu fixe» m'a-t-elle dit.

Lorsque j'étais encore au travail et que nous étions partagés entre les dépenses et l'épargne, Anne Marie pouvait toujours compter sur l'épargne future. À moins que la date limite pour les REER ait été ce jour-là, que la voiture soit tombée en panne ce jour-là ou que le toit ait eu besoin de réparations ce jour-là, ce n'était pas un optimisme aveugle qui nous permettait de croire qu'avant qu'arrive la date limite pour les REER, que la voiture rende finalement l'âme ou que la toiture s'effondre, nous pourrions économiser suffisamment pour passer au travers d'une autre crise financière de la famille Dineen.

Maintenant, alors que nous sommes à la retraite, nous n'épargnons plus pour l'avenir. Alors comment surmonterons-nous les futures crises de la famille Dineen? Avec un budget familial efficace et rigoureux.

Je suis convaincu qu'Anne Marie — notre gestionnaire de budget efficace et méthodique — saura relever le défi avec brio.

Articles Connexes