22 mars 2024

Travailleur autonome? Voici 5 astuces pour vous aider à épargner pour la retraite

Par Chad Fraser

On l’appelle « économie de la pige ». Que votre travail soit constitué d’une suite d’emplois contractuels ou que vous dirigiez votre propre entreprise, les 5 conseils qui suivent vous aideront à épargner en vue de la retraite.

Si vous faites partie des 2,9 millions de Canadiens qui sont actuellement travailleurs autonomes? Vous savez sans doute que la liberté et l’indépendance s’accompagnent de rentrées de fonds imprévisibles. Cette imprévisibilité peut rendre difficile l’établissement d’un plan de retraite solide.

En 2022, l’âge moyen de la retraite des travailleurs autonomes canadiens était de 68 ans. C’est trois ans de plus que l’âge du retraité canadien moyen.

Vous êtes travailleur autonome et planifiez votre retraite? Un conseiller Sun Life, comme Andrew Wilkin1, peut vous aider.

Que vous optiez pour un REER ou un régime de retraite pour travailleur autonome, voici ses règles d’or pour planifier votre retraite.

1. Concentrez-vous sur vos forces et confiez le reste à d’autres

Pour la plupart des pigistes, cela veut dire prendre le temps de trouver un comptable, un avocat et un conseiller financier compétents.

Mais n’en restez pas là.

« Assurez-vous de parler avec vos conseillers et engagez-vous à les rencontrer et à revoir votre situation avec eux régulièrement, indique M. Wilkin. Il est possible que rien n’ait trop changé dans votre vie, mais qu’en est-il de la Loi de l’impôt sur le revenu? Peut-être aussi a-t-on modifié le Régime de pensions du Canada (RPC) ou les conditions d’admissibilité à la Pension de la Sécurité de la vieillesse (SV). Ces éléments peuvent avoir une grande incidence sur vos plans, et une bonne équipe de conseillers saura vous tenir informé. »

2. Payez-vous d’abord

« Quand on travaille à son compte, il n’est pas rare que l’on cherche à s’occuper en priorité des autres, affirme M. Wilkin. Le problème est que parfois il ne reste rien au bout du compte. Alors, il faut inverser les choses. »

Programmez des dépôts automatiques dans des comptes d’épargne à intérêt élevé. Quand vous recevez une somme d’argent inattendue, versez-en une partie dans votre REER. Bâtissez un portefeuille de placements.

Toutes ces étapes vous mettront sur la voie d’une retraite confortable.

3. Utilisez à la fois les REER et les CELI

M. Wilkin croit que le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) est l’outil parfait pour les pigistes. Pourquoi? Premièrement, les fonds placés dans un CELI croissent à l’abri de l’impôt. Deuxièmement, vous pouvez retirer votre argent quand vous le voulez – pour vous dépanner au cours des années moins bonnes, par exemple.

Contrairement au régime enregistré d’épargne-retraite (REER), toutefois, les cotisations versées dans un CELI ne sont pas déductibles de votre revenu imposable. Cela nous amène à la règle de base de M. Wilkin sur la manière de choisir entre les deux chaque année :

« Quand les gens ont un revenu qui se chiffre à 40 000 $ ou moins, j’ai tendance à les aiguiller vers le CELI, indique-t-il. Si leur revenu dépasse 40 000 $, ils auraient avantage à utiliser une combinaison des deux options. Et s’il atteint 100 000 $ ou plus, ils devraient cotiser le maximum à leur REER et, bien sûr, mettre de l’argent dans un CELI. »

Un rappel : vous devrez éventuellement transférer le solde de votre REER dans un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou une rente. Lorsque vous commencez à en retirer des fonds, les retraits sont imposés comme un revenu normal à votre taux d’imposition marginal.

4. RPC : faites attention

Depuis juin 2023, les prestations versées par le RPC se chiffrent à 772,71 $ par mois si vous avez décidé de commencer à les recevoir à l’âge de 65 ans. Si vous prévoyez de continuer à travailler au-delà de cet âge, les prestations régulières ajouteront une certaine stabilité à vos rentrées de fonds. Vous pouvez commencer à recevoir votre pension dès 60 ans et toucher des prestations réduites. Vous pourriez aussi la recevoir seulement à 70 ans et toucher des prestations plus importantes.

Il n’est pas nécessaire d’arrêter de travailler pour commencer à toucher les prestations du RPC. Gardez pourtant en tête leur incidence possible sur votre facture d’impôt.

« C’est bon de se lever le premier du mois en sachant qu’on recevra ce jour-là X dollars, souligne M. Wilkin. Malheureusement, les gens dépensent parfois leurs prestations du RPC sans tenir compte du fait qu’elles sont imposables. En s’ajoutant au revenu qu’ils tirent de leurs activités professionnelles, elles pourraient les faire passer à une tranche d’imposition supérieure. »

Il faut donc s’interroger sur le moment propice pour commencer à toucher les prestations du RPC. Si vous hésitez, consultez un conseiller ou un comptable d’expérience. Il vous aidera à faire le point et à déterminer l’âge idéal auquel vous devriez commencer à les toucher, selon votre situation.

5. Choisissez les bonnes assurances

L’assurance est cruciale pour les travailleurs autonomes, pas couverts par un régime d’employeur. Envisagez la possibilité de souscrire une assurance-santé personnelle. Cela couvrirait par exemple, les lunettes, les soins dentaires et les médicaments sur ordonnance. L’assurance invalidité peut remplacer votre revenu en partie si vous perdez la capacité de travailler. Un conseiller peut vous aider à déterminer le type de couverture qui vous convient.

Alors, comment planifier sa retraite comme travailleur autonome?

Continuez à travailler si vous aimez ce que vous faites, mais ayez toujours un plan.

« Vous voulez savoir si vous aimez toujours ce que vous faites? Posez-vous la question : Si vous étiez indépendants de fortune, le feriez-vous quand même? indique M. Wilkin. Si c’est “oui”, vous êtes là pour les bonnes raisons. »

Vous aimeriez avoir un plan de retraite qui répond à vos besoins?

Un conseiller Sun Life peut vous aider.

1 Andrew Wilkin, CLU, CH.F.C., CFP, CHS, conseiller Sun Life
* Les fonds communs de placement sont offerts par Placements Financière Sun Life (Canada) inc.
La Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie est membre du groupe Sun Life.

Cet article ne vise qu’à fournir des renseignements d’ordre général. La Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie n’offre pas de conseils juridiques, comptables ou fiscaux ni d’autres conseils professionnels. Au besoin, veuillez consulter un professionnel spécialisé qui fera un examen approfondi de votre situation juridique, comptable et fiscale.

Obtenez GRATUITEMENT des conseils, des outils et des offres personnalisés.

Votre adresse courriel

Je comprends que je peux me désabonner en tout temps et je confirme que cette adresse courriel m'appartient. Renseignez-vous davantage sur la protection des renseignements personnels ainsi que sur la façon dont nous recueillons des données pour vous offrir du contenu plus pertinent.

Outils et calculateurs

Calculateur d'épargne-retraite

Voyez combien il vous faudra épargner pour la retraite et si vous êtes en bonne voie d'atteindre vos objectifs d’épargne-retraite. 

Calculateur des cotisations et retraits au REER

Cet outil vous aidera à comprendre les effets d’un changement à vos cotisations au régime enregistré d’épargne-retraite (REER) sur votre épargne-retraite.

Calculateur de rente

Cet outil estime le revenu de retraite garanti que vous pourriez recevoir d'une rente viagère.

Besoin de conseils financiers?

Prenez de bonnes décisions grâce à des conseils avisés. Parlez à votre conseiller ou trouvez-en un près de chez vous – parler à un conseiller, c'est rassurant et ça n'engage à rien.

Obtenez une soumission

Vous pouvez acheter certains de nos produits d’assurance-vie en ligne.