Avez-vous un régime enregistré d’épargne-retraite (REER)? Vous savez peut-être déjà qu’un REER permet:

  • de détenir différents types de placements (obligations, fonds communs, etc.);
  • d’épargner à l’abri de l’impôt (que vous ne payez qu’au moment de retirer l’argent);
  • d’épargner pour des objectifs à long terme (p. ex. : la retraite)

Mais saviez-vous qu’il est aussi possible de cotiser au REER de votre conjoint? En faisant cela, vous l’aidez à constituer son pécule de retraite. Et en même temps, vous diminuez le total d’impôt que vous payez tous les deux. Voici un résumé rapide du fonctionnement et des avantages du REER de conjoint.

1. Le REER de conjoint peut donner droit à un allégement fiscal à court terme

En effet, quand vous cotisez au nom de votre conjoint, c’est vous qui recevez la déduction d’impôt. Si votre revenu est largement supérieur à celui de votre conjoint, il vaut mieux que vous cotisiez à un REER de conjoint. L’allégement fiscal sera ainsi supérieur à celui que vous auriez si votre conjoint cotisait à son propre REER.

Le calcul de votre plafond REER tient compte des cotisations à votre propre REER et au REER de conjoint.

Votre plafond REER est le montant maximum des cotisations que vous pouvez demander à déduire de votre revenu imposable. Vos cotisations au REER de conjoint n’affectent cependant pas le plafond REER de votre conjoint.

2. Le REER de conjoint peut donner droit à un allégement fiscal à long terme

Il peut aussi y avoir un allégement à la retraite.

Supposons que vous avez le plus haut salaire de votre couple. Ensemble, vous devez retirer 5 000 $ par mois. Grâce à vos cotisations qui ont été plus importantes, votre conjoint peut en retirer plus de son propre REER. Cette stratégie vous permettra d’en retirer moins du vôtre. Voici concrètement comment cela se traduit en réduction d’impôts pour vous :

Total de l’impôt sur le revenu
Vous retirez l’ensemble des 5 000 $ par mois x 12 = 60 000 $, imposés à 26 % = 15 600 $
Vous retirez 4 000 $ par mois x 12 = 48 000 $, imposés à 26 % = 12 480 $
Votre conjoint retire 1 000 $ par mois x 12 = 12 000 $, imposés à 15 % + 1 800 $ = 14 280 $*

* Ce calcul est donné à titre d’exemple. Consultez un spécialiste en fiscalité pour savoir comment cette tactique pourrait mieux fonctionner pour vous.

3. Des règles particulières s’appliquent pour les cotisations à un REER de conjoint

Une fois que vous avez cotisé à un REER de conjoint :

  • L’argent appartient à votre conjoint. Il a le contrôle du compte. L’argent, une fois retiré, est imposé comme son propre revenu, du moment que certaines conditions sont respectées.
  • Vous pouvez contribuer à un REER tant que le titulaire du REER n’a pas 71 ans. À partir de vos 71 ans, vous ne pouvez plus cotiser à votre REER personnel. Mais si votre conjoint est plus jeune, vous pouvez tous deux encore en profiter, avec un REER de conjoint. En effet, vous pouvez y cotiser tant que vous avez des revenus et des droits de cotisation. Dans ce cas, vous bénéficiez d’un report d’impôt jusqu’aux 71 ans de votre conjoint.

4. Les retraits anticipés d’un REER de conjoint peuvent vous coûter cher

Rappelez-vous que les REER de conjoint sont conçus pour le long terme. Ils ne servent pas à mettre votre argent à l’abri de l’impôt à court terme. C’est pourquoi le gouvernement impose des pénalités si vous retirez de l’argent dans les trois ans suivant la cotisation.

De manière générale, l’argent que votre conjoint retire de son REER est imposé à son propre taux. Mais ce n’est pas la même chose s’il retire de l’argent cotisé par vous avant les trois ans. Là, on considérera que ce retrait entre dans votre revenu imposable, et c’est vous qui devrez déclarer ce revenu.

Les cotisations doivent rester dans le REER de conjoint :

  • pour le reste de l’année en cours,
  • pendant les deux prochaines années pour ne pas être considéré comme un revenu pour le conjoint cotisant.

Il faut compter trois années civiles, et non trois ans jour pour jour après la dernière cotisation au REER.

Disons que vous avez cotisé 40 000 $ à votre REER de conjoint. Et de ce 40 000$, 5 000$ ont été versés pendant les deux dernières années civiles.

  • Si votre conjoint retire 9 000 $ cette année, 5 000 $ vous seront imposés comme revenu. Pourquoi? Parce que c’est le montant que vous avez personnellement cotisé dans les deux années civiles précédant l’année du retrait.
  • Les 4 000 $ restants seront imposés comme une partie du revenu de votre conjoint.

Avant d’ouvrir un REER de conjoint, tenez compte de votre situation financière et de celle de votre conjoint. Réfléchissez aussi à vos projets de retraite. Comme chaque cas est différent, il est toujours souhaitable de s’adresser à un professionnel des services financiers.

  • Vous ne savez pas par où commencer? Nos conseillers sont là pour vous aider à prendre des décisions financières avisées. Grâce à eux, votre épargne peut grandir et répondre à vos besoins et objectifs. Ils peuvent aussi répondre à vos questions et dissiper les doutes que vous pourriez avoir.
  • La plupart des conseillers rencontrent maintenant les Clients par vidéoconférence. Trouvez un conseiller.

Pour en savoir plus sur les REER et les finances familiales :

Faites le suivi de tous vos placements!

Êtes-vous un Client de la Sun Life? Avez-vous un REER dans votre régime au travail? Ouvrez une session sur masunlife.ca pour faire le suivi de vos placements et de votre épargne.

 

Ouvrez une session ou inscrivez-vous aujourd’hui

 

Cet article ne vise qu’à fournir des renseignements d’ordre général. La Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie n’offre pas de conseils juridiques, comptables, fiscaux ni d’autres conseils professionnels. Au besoin, veuillez consulter un professionnel spécialisé qui fera un examen approfondi de votre situation sur les plans juridique, comptable et fiscal.