Un ami, que nous appellerons Adam, achetait la version la plus récente de tout. Chaussures, vêtements griffés et autres bidules trouvés sur Amazon… En un an, il estime que ses dépenses ont atteint les cinq chiffres.

« J’étais en état de détresse mentale sans même le savoir, explique-t-il. J’avais perdu le contrôle. J’étais en dépression à cause de divers facteurs dans ma vie. Les achats, c’était ma façon de gérer mes émotions. »

Vendredi fou, soldes des Fêtes, Prime Day… ou les fameux 10 % qu’on obtient juste en cliquant sur son panier rempli. Ces temps-ci, c’est la saison du magasinage : partout, on nous incite à cliquer pour acheter presque instantanément.

Qu’est-ce qui nous fait trop dépenser? Ce n’est pas toujours clair. Mais ces jours-ci, si vous achetez pour vous sentir mieux, c’est peut-être le signe d’un problème plus profond.

Les achats impulsifs, c’est quoi?

Vous est-il déjà arrivé de dépenser pour cause d’ennui, de stress, de tristesse… ou même de joie? Si oui, vous savez ce qu’est un achat impulsif, qu’on appelle aussi « achat émotionnel ».

Selon des chercheurs de l’Université Butler, on fait des achats impulsifs pour se donner l’impression de maîtriser la situation. On le fait quand on se sent submergé par les émotions négatives ou qu’on manque d’estime de soi. Le travail des chercheurs indique aussi que les achats génèrent la production d’hormones du bonheur (sérotonine, ocytocine, dopamine, etc.).

La pandémie de COVID-19 n’est pas sans effet sur nos habitudes d’achat. Les ventes en magasin ont chuté, mais le commerce en ligne, lui, a bondi. Selon Statistique Canada, entre février et mai 2020, les ventes en ligne ont augmenté de 99,3 %. En mai, elles ont atteint le chiffre record de 3,9 milliards de dollars.

On encourage maintenant les gens à acheter local et à choisir les détaillants d’ici. Malgré cela, les publicités continuent de guider nos désirs. C’est si facile d’acheter en un clic! On peut comprendre pourquoi les gens se tournent vers le magasinage pour se sentir mieux.

Comment gérer les achats impulsifs

L’année 2020 a été particulièrement éprouvante pour tout le monde, alors voyons quelques façons de gérer la situation.

1. Trouvez ce qui déclenche vos rages de magasinage

Prenez le temps de déterminer ce qui vous donne envie de dépenser.

Notre ami Adam traversait une période difficile sur les plans émotionnel et mental. Dans son cas, le magasinage était une sorte de thérapie qui l’aidait à se sentir mieux. Pour trouver vos déclencheurs, pensez à tenir un journal, surtout quand vous ressentez des émotions négatives.

« J’ai été obligé de dompter mes pulsions d’achat parce que mon comportement faisait du tort à mes proches. J’ai annulé toutes les cartes de crédit auxquelles ma femme n’avait pas accès. Nous avons vendu ce qui était superflu. Et j’ai essayé d’exprimer plus souvent comment je me sentais et pourquoi. »

2. Découvrez de nouveaux passe-temps

C’est une façon d’échapper aux déclencheurs émotifs et de moins dépenser.     

Trouvez des activités gratuites ou à faible coût, comme la marche, le sport, le dessin ou l’écriture.

3. Coupez-vous des modes d’achat rapides

Désactivez votre compte PayPal et supprimez vos données de carte de crédit des sites que vous consultez. Désactivez le remplissage automatique de vos informations bancaires. Enfin, pensez aussi à annuler les cartes de crédit dont vous n’avez pas besoin.

Vous payez en argent comptant? Donnez-vous un coup de pouce en retirant un montant fixe, et laissez votre carte de débit à la maison. Vous éviterez ainsi les achats spontanés. Quand les émotions vous submergeront, il faudra d’abord trouver vos cartes pour ensuite faire l’achat. Ça peut vous aider à prendre du recul, à penser à vos émotions et à choisir un autre exutoire.

4. Créez un budget qui vous convient

Surtout, ne le calculez pas trop serré! Un budget restrictif peut vous amener à dépenser encore plus. Il est toujours préférable de prévoir dans votre budget des petits plaisirs occasionnels.

Les personnes sujettes aux achats impulsifs et qui n’ont pas d’autre option risquent de dépenser plus que prévu. Si c’est votre cas, laissez-vous un peu de jeu.

Vous pouvez même utiliser un calculateur de budget en ligne comme celui-ci pour prendre en main vos finances. Cet outil vous aide à gérer vos dépenses et à savoir où vous vous situez :

  • Déficit
  • Équilibre
  • Surplus

L’important, c’est que votre budget soit flexible, qu’il vous convienne, et que vous puissiez le respecter, mois après mois.

5. Établissez de nouveaux objectifs financiers

Dressez une liste de priorités ou d’objectifs financiers : elle peut vous aider à résister aux achats impulsifs.

Vous pensez à devenir propriétaire, à faire un voyage après la pandémie ou à épargner pour votre retraite? Quel que soit l’objectif, écrivez-le et gardez-le tout près pour vous en souvenir quand l’envie de dépenser vous prendra.

6. Lancez-vous un défi zéro dépense

Il existe tout plein de défis zéro dépense qui pourraient vous motiver. Leurs objectifs sont souvent fixés d’avance : c’est peut-être le cadre qu’il vous faut.

Certains défis proposent de passer une journée ou une semaine sans dépenser un sou. D’autres versions interdisent les achats impulsifs de vêtements, neufs ou d’occasion. Il y a aussi le défi de ne pas faire l’épicerie jusqu’à ce que le garde-manger soit vide.

Quelle que soit l’option choisie, ne visez pas trop haut. Une ou deux journées sans dépense, c’est un bon début! Vous pourrez ensuite vous fixer des objectifs plus ambitieux. Demandez-vous aussi où ira l’argent que vous épargnez. Placez-le par exemple dans un compte d’épargne à taux avantageux ou constituez-vous un fonds d’urgence.

7. Tenez-vous loin des publicités

La publicité est partout, surtout en cette période de l’année… mais il y a moyen de vous en éloigner.

Désabonnez-vous des courriels de détaillants et évitez de visiter des boutiques en ligne. Même chose pour les sites de détaillants qui pourraient vous inciter à dépenser.

Il y a aussi l’option d’installer un bloqueur d’annonces. Il peut même être bon de renoncer à Instagram, car les annonceurs et influenceurs y font beaucoup de promotion.

8. Faites-vous plaisir judicieusement

Il n’y a absolument aucune raison de ne pas vous permettre un petit plaisir de temps à autre. Ça peut même faire du bien au moral! Mais assurez-vous que vous le faites pour les bonnes raisons. Le magasinage ne doit pas servir de solution à un vrai problème.

Faites-vous une liste avant de magasiner, en prévoyant votre budget. Et gardez-la bien en vue pour ne pas vous laisser tenter.

9. Demandez l’aide d’un professionnel quand vous en avez besoin

Si vous dépensez compulsivement, vos finances, votre cote de crédit et votre relation avec vos proches risquent d’en souffrir. Vous croyez avoir une dépendance au magasinage? Envisagez de consulter un thérapeute ou un psychiatre.     

Vous avez des avantages sociaux au travail? Vérifiez s’ils comprennent un programme d’aide aux employés (PAE). Si oui, vous pourriez avoir droit à des services en santé mentale, comme une thérapie en ligne ou des consultations virtuelles. Ça pourrait vous aider à faire moins d’achats émotionnels.

Ne laissez pas les achats impulsifs nuire à vos finances ou à vos relations. Trouvez un professionnel de la santé près de chez vous pour venir à bout de votre dépendance.