Les dons de bienfaisance sont en hausse ici et ailleurs. Pour contribuer davantage à une cause importante tout en maximisant vos dons, voici ce que vous pouvez faire.

1. Choisissez une cause qui vous tient à cœur

Le don de soi commence par le choix d’une cause importante qui compte pour vous et l’humanité. Par exemple, les gens redoublent actuellement d’ardeur dans la lutte contre toutes les formes de racisme, d’injustice et de discrimination.

Vous-même, vous reconnaissez peut-être pouvoir en apprendre plus, en faire plus et mieux aider les autres. Mais par où commencer? Les dons de bienfaisance en argent ou en nature (nourriture, vêtements ou bénévolat) sont un excellent point de départ.

De nombreux organismes de bienfaisance enregistrés prêtent main-forte aux communautés ethniques et autres qui sont sous-représentées au pays. En voici quelques-uns :

Consultez la Liste des organismes de bienfaisance du gouvernement du Canada pour trouver une organisation socialement responsable que vous aimeriez appuyer. La liste peut aussi servir à :

  • vérifier si un organisme est actuellement enregistré ou suspendu par les autorités;
  • obtenir les coordonnées d’un organisme;
  • découvrir les programmes d’aide d’un organisme;
  • se renseigner sommairement sur les revenus et les dépenses d’un organisme. 

2. Faites des dons périodiques

Pour bonifier vos dons de bienfaisance, voyez plus loin que l’habituel don ponctuel.

« Les dons mensuels automatiques ou périodiques sont faciles et pratiques », affirme Shannon Craig, première directrice du marketing et des produits à CanaDon. Cet organisme de bienfaisance enregistré collecte des dons et distribue les fonds à d’autres organismes.

« Vos dons sont versés automatiquement, explique-t-elle. Vous pouvez les annuler, les modifier ou les interrompre en tout temps. Vous recevez aussi un seul reçu fiscal pour l’ensemble de vos dons mensuels. C’est tellement plus facile ensuite de les ajouter à votre déclaration de revenus. »

Pour l’organisme bénéficiaire, les dons mensuels ou périodiques sont une vraie bénédiction.

« Ils permettent à l’organisme de prévoir ses revenus d’une certaine façon, explique Allen LeBlanc, directeur à CODE, un organisme de bienfaisance pour l’alphabétisation et l’instruction dans les pays en développement. Comme les donateurs mensuels sont souvent stables et loyaux, les organismes peuvent mieux prévoir leurs finances. »

3. Demandez vos crédits d’impôt pour dons de bienfaisance

Obtenez-vous toujours tous les crédits d’impôt pour dons de bienfaisance auxquels vous avez droit?

Au fédéral, vous pouvez typiquement déclarer des dons admissibles totalisant jusqu’à 75 % de votre revenu annuel net.

Pour 2020, le taux du crédit d’impôt fédéral pour don de bienfaisance est de 15 % sur les premiers 200 $ donnés. Vous pouvez demander 29 % sur des montants plus élevés si votre revenu ne dépasse pas 214 368 $, ou 33 % s’il le dépasse.

Vos dons peuvent aussi vous donner droit à un crédit d’impôt provincial. En Ontario, par exemple, un taux de 5,05 % s’applique aux premiers 200 $ donnés, et un taux de 11,16 %, aux montants plus élevés. (Veuillez noter que la majoration d’impôt provincial peut encore augmenter ces taux. Pour en savoir plus, consultez un fiscaliste.)

4. Faites du bénévolat pour un organisme de bienfaisance

L’argent n’est pas le seul moyen de donner; on a aussi grand besoin de votre temps. Beaucoup d’organismes de bienfaisance fonctionnent grâce au travail de leurs bénévoles.

Réfléchissez à ce que vous avez à offrir. Par exemple, si vous aimez planifier des événements, vous pouvez participer à l’organisation d’une campagne de collecte de fonds. Si vous préférez dessiner, vous pouvez participer à la conception graphique ou artistique du site Web ou du matériel promotionnel d’un organisme.

Si vous préférez, vous pouvez donner un coup de main en ligne, où que vous soyez. Une base de données présente les occasions de bénévolat en ligne auprès d’agences et d’organismes sans but lucratif des Nations Unies. Beaucoup recherchent des rédacteurs, des traducteurs, des concepteurs graphiques et des professeurs.

5. Donnez vos placements à des organismes de bienfaisance

Avez-vous des placements dans des actions ou dans des fonds communs de placement? Pourquoi ne pas donner ces placements en plus ou à la place de l’argent? Vous augmenterez la somme de votre contribution tout en bénéficiant d’un allégement fiscal sur les gains en capital. Exemple :

« Supposons que vous avez acheté des titres d’ABC il y a plusieurs années et que leur valeur a augmenté de 300 %, explique M. LeBlanc. Si vous vendez ces titres pour faire un don de bienfaisance, vous paierez de l’impôt sur les gains. L’organisme de bienfaisance ne recevra que le produit net de la vente, c’est-à-dire le produit de la vente moins l’impôt et les autres frais.

Par contre si vous donnez directement vos titres à l’organisme de bienfaisance, l’organisme reçoit la valeur brute des titres, et vous n’avez pas à payer d’impôt sur la plus-value. Vous recevrez aussi un reçu fiscal pour activités de bienfaisance pour la valeur totale de l’actif », conclut M. LeBlanc.

Encore en train de réfléchir au montant et à la nature de vos dons? Envisagez de consulter un conseiller. Il vous aidera à trouver ce qui vous convient et la façon de maximiser vos dons.

  • Trouver un conseiller près de chez vous. La plupart des conseillers offrent maintenant des rencontres par téléphone ou appel vidéo.