Au travail, passez-vous votre temps sur une chaise? Vous décompressez en enchaînant des épisodes de la dernière série de l’heure? Votre avatar favori est le paresseux?

L’idée n’est pas de vous culpabiliser! Nous sommes nombreux à travailler assis. Puis il y a tellement de bonnes séries télévisées. Et franchement, les paresseux sont plutôt mignons. Malgré cela, presque tout le monde gagnerait à réfléchir à son niveau d’activité physique. Voici pourquoi.

Vous le savez sûrement : la sédentarité est mauvaise pour la santé. Mais saviez-vous qu’elle peut aussi vous coûter de l’argent? Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le manque d’exercice présente des risques pour la santé. Et ce genre de risque tend à faire monter le coût de l’assurance-vie et de l’assurance-santé.

Si vous quittez rarement votre divan, mais êtes en santé, vous ne payez probablement pas plus pour votre assurance. Mais ça pourrait changer si vous venez à avoir des problèmes de santé liés à l’inactivité. Par exemple:

  • le diabète de type 2;
  • l’hypertension artérielle;
  • un taux de cholestérol élevé;
  • des problèmes de genoux ou de dos liés à l’obésité;
  • l’apnée du sommeil.

Quels sont les effets d’un problème de santé sur les primes d’assurance?

Chris Poole, CFP®, CLU®, CHS™, est conseiller Sun Life. Voici son explication : « Disons que vous avez un poids normal et un dossier médical sans histoire. Depuis le début de la pandémie, vous travaillez de la maison. Votre activité se limite à marcher environ 10 minutes par jour pour aller de la cuisine à votre bureau. Vous passez toute la journée en position assise, devant l’ordinateur, et toute la soirée à regarder la télé. Vous vivez du stress? Pour vous calmer, vous mangez des gaufres sucrées le matin et du resto pour le souper? Si vous payez des primes d’assurance raisonnables, c’est que votre mode de vie n’a pas encore nui à votre santé. »

« Parallèlement, disons que vous avez aussi un poids normal et un dossier médical sans histoire. Vous faites toutefois 30 km de vélo trois fois par semaine et de la randonnée le week-end. En plus, vous mangez toujours très bien. Vous payez peut-être des primes raisonnables. Mais, dans les faits, vous auriez droit à des tarifs préférentiels. »

Les effets d’un problème de santé sur les primes, vous les ressentirez quand la sédentarité commencera à nuire à votre santé.

« En général, une personne en mauvaise santé paiera des primes d’assurance-vie beaucoup plus cher qu’une personne en bonne santé », confirme Chris Poole. 

Combien plus cher? Pour l’assurance-vie temporaire, par exemple, on parle de 50 % à 400 % de plus. Autrement dit, une prime mensuelle de 100 $ par mois pourrait passer à 150 $ ou à 400 $ par mois. 

« Si les primes augmentent, vous pourriez ne pas avoir les moyens de vous payer la couverture qu’il vous faut, ajoute-t-il. Si les effets sur votre santé sont suffisamment importants, vous pourriez même ne pas être assurable. Ça arrive avec certains problèmes de santé chroniques ou avec un problème que votre médecin essaie de démystifier. Ça peut même arriver si votre pression artérielle ou votre taux de glycémie n’arrivent pas à se stabiliser. Un mode de vie sédentaire aujourd’hui se traduit souvent par une santé mauvaise ou précaire plus tard. Quand ça arrive, les primes augmentent, et les options diminuent. »

Voici le profil que Chris Poole dresse des personnes clouées à leur divan :

  • « Les affaires et les finances vont peut-être bien, mais la santé finit par battre de l’aile. » Souvent, les propriétaires d’entreprise prospères et leur famille veulent d’immenses contrats d’assurance comme stratégie fiscale. L’assurance-vie peut être un choix très sensé pour leur entreprise ou la planification de la relève. Cela dit, si leur mode de vie a nui à leur santé, ils risquent de se voir refuser une couverture. Et ce, même s’ils sont prêts à payer des sommes très élevées. Votre santé doit venir pallier le risque que la compagnie d’assurance est prête à prendre. Si sa santé ne le lui permet pas, même la personne la plus riche n’arrivera pas à obtenir les meilleures couvertures.

  • « L’assurance vise à protéger ce que vous avez en ce moment. Mais aussi à planifier pour l’avenir. Dans 5, 10 ou 20 ans, le risque pour votre famille, votre entreprise ou votre succession pourrait être bien plus grand. Avec une famille et une entreprise en pleine croissance, c’est une bonne idée d’acheter une assurance à un moment où votre santé vous le permet encore. Sans oublier que l’acheter plus tôt maintient les coûts futurs plus bas. E ça vous procure une certaine flexibilité. En effet, vous pouvez vous doter maintenant de stratégies fiscales qui vous rapporteront beaucoup plus tard. »

Petit mode d’emploi pour contrer la sédentarité

Alors, comment contrer la sédentarité, au juste, pour éviter les dommages au portefeuille et à la santé? Revenons à l’OMS. Selon elle, « les personnes ayant une activité physique insuffisante ont un risque de décès majoré de 20 % à 30 % par rapport à celles qui sont suffisamment actives ». 

Les adultes de 18 à 64 ans devraient consacrer de 150 à 300 minutes par semaine à une activité d’endurance d’intensité modérée. Pour une activité d’intensité soutenue, ils devraient viser de 75 à 150 minutes par semaine. Bien sûr, il est possible de combiner les deux options.

Vous pensez que c’est beaucoup? Pourtant, une promenade de 30 minutes à un pas vif cinq ou six fois par semaine pourrait suffire. (Un pas vif signifie de marcher à un rythme qui vous permet de parler, mais pas de chanter.) 

Exemples d’activités d’endurance d’intensité modérée :

  • Tennis en double
  • 6,5 km de vélo en 15 minutes
  • Monter et descendre les escaliers pendant 15 minutes
  • Faire des longueurs pendant 20 minutes

Exemples d’activités d’endurance d’intensité soutenue :

  • Tennis en simple
  • Danse aérobique 
  • Course
  • Ski de fond

Par ailleurs, l’OMS recommande de pratiquer des activités d’intensité modérée (ou soutenue) qui renforcent tous les muscles du corps au moins deux fois par semaine. Le NHS Health Scoltland recommande les options suivantes pour le renforcement musculaire :

  • Yoga, tai-chi ou Pilates
  • Poids et haltères
  • Exercices de résistance avec équipement
  • Exercices de résistance avec le corps (sans équipement) – redressements assis, pompes, fentes, flexions de jambes, planches, etc.

Ce n’est pas tout. L’OMS recommande de remplacer le plus possible le temps passé sur le divan ou devant l’ordinateur par n’importe quel type d’exercice. Faire l’épicerie, faire le ménage, laver la voiture… Bref, mieux vaut faire une activité d’intensité légère que rester assis.

Bon nombre d’entre nous arrivent à faire un cours de danse aérobique ou une marche à l’heure du dîner. Mais avec un emploi sédentaire, il peut être difficile de se lever souvent pour faire quelques pas et s’étirer. Peut-être parce que vous avez des échéances, ou que votre niveau de concentration bat son plein et que les choses avancent bien. Vous ne voulez donc pas vous lever et interrompre votre réflexion. Et vous passez parfois une, deux ou même trois heures sur votre chaise sans même vous en rendre compte. Si vous travaillez ainsi, c’est un obstacle à une vie active. Les bureaux assis-debout sont une solution. Les alarmes sur votre téléphone ou votre montre qui vous rappellent de vous dégourdir les jambes aussi. Vous avez plusieurs rencontres à l’horaire? Prévoyez des pauses fréquentes pour vous lever et vous étirer, ou encore planifiez une rencontre à pied.

Vous êtes à la retraite? Vous avez troqué les heures de travail sédentaire pour lire, regarder la télévision, tricoter ou naviguer le Web? Alors, le risque est toujours là. En fait, la retraite augmente le risque de sédentarité. Selon le National Institute of Health, les personnes retraitées passent 29 % plus de temps assis à regarder la télévision que les personnes qui travaillent. Elles passent aussi 10 % moins de temps à faire des activités physiques d’intensité modérée à soutenue.

Comment garder un style de vie actif à la retraite?

Mettez toutes les chances de votre côté en essayant de bouger autant que les adultes plus jeunes que vous. Tout ce temps nouvellement libre, consacrez-en une partie à des loisirs actifs, comme la randonnée, le jardinage, la nage ou encore la marche en centre commercial. Dansez avec vos petits-enfants. Si vous aimez la lecture, choisissez des livres audio que vous pourrez écouter en marchant. Ou écoutez un balado pendant votre promenade. Il en existe une panoplie, et ils sont tous aussi fascinants les uns que les autres. (Quel que soit votre choix, n’oubliez pas de porter attention à ce qui vous entoure – c’est une question de sécurité!) Vous pouvez aussi garer votre voiture loin de l’entrée du centre commercial. Et pourquoi ne pas vous promener dans la maison en parlant au téléphone ou en attendant que l’eau bouille?

En vieillissant, vous devrez surtout faire attention aux chutes. En plus des activités d’intensité modérée à soutenue, l’OMS recommande de faire des activités qui travaillent l’équilibre. Ça peut être aussi simple que vous tenir sur un pied en vous brossant les dents du haut, puis sur l’autre pied en brossant celles du bas. (Essayez et vous verrez : ce n’est pas aussi facile que ça en a l’air!) D’ailleurs, les exercices qui renforcent les muscles de la ceinture abdominale améliorent aussi l’équilibre. Faites-en au moins trois fois par semaine pour rehausser votre capacité physique fonctionnelle et prévenir les chutes.

« Si les primes se paient avec de l’argent, l’assurance, elle, se paie avec la santé », lance Chris Poole. Bien sûr, nos ancêtres gardaient la forme en chassant et en jardinant pour se nourrir. Nous sommes toutefois peu nombreux à vivre ainsi de nos jours. Nous pouvons tout de même garder notre corps et notre esprit en santé avec un mode de vie actif. En changeant vos habitudes aujourd’hui, vous paierez sûrement vos primes d’assurance moins cher demain. Et vos finances s’en porteront mieux.

À qui puis-je poser mes questions sur l’assurance?

Un conseiller Sun Life peut vous expliquer le fonctionnement de l’assurance-vie et de l’assurance-santé. Il vous dirigera également vers la meilleure option pour vous. Trouvez un conseiller ici.

Vous savez déjà ce qu’il vous faut? Obtenez une soumission ici.

 

Poursuivez votre lecture :

 

Cet article ne vise qu’à fournir des renseignements d’ordre général. La Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie ne fournit pas de conseils professionnels d’ordre juridique, comptable, fiscal ou autre. Au besoin, consultez un professionnel spécialisé qui fera un examen approfondi de votre situation juridique, comptable et fiscale.