Il est évident que la pandémie de COVID-19 crée un sentiment de vulnérabilité généralisé. Un groupe est toutefois plus touché que les autres : les aînés.

En effet, la maladie pose de plus grands risques pour leur santé. De plus, ils sont maintenant plus exposés à l’isolement et à l’exploitation avec l’arrêt des visites régulières de leurs proches.

Heureusement, des personnes ont pris les choses en main. Par exemple, des gens ont formé des groupes de livraison d’épicerie, de médicaments et de fournitures dans leur quartier. Bien des magasins ont également réservé des plages horaires pour les aînés. Le gouvernement fédéral a versé 9 millions pour leur faciliter l’accès aux ressources nécessaires1.

Toutefois, si la plupart des aidants ont des intentions louables, il faut se méfier de certains « bons samaritains ».

Il est difficile d’imaginer qu’on puisse vouloir du mal à une personne âgée. Malheureusement, l’exploitation financière des aînés existe vraiment. Voici comment vous et un conseiller de la Sun Life pouvez aider vos proches durant la pandémie.

Reconnaître les signes d’exploitation financière chez les aînés

Tristement, l’exploitation financière des aînés est courante. Cette forme d’exploitation arrive tous les jours aux quatre coins du pays. Avec les mesures de distanciation, vous ne pouvez peut-être pas rester en contact aussi souvent que vous le voulez. Des personnes mal intentionnées pourraient en profiter pour s’en prendre à leurs économies…

Il est impossible de savoir précisément quels aînés sont les plus vulnérables, mais voici certains signes à surveiller :

  • Déclin des capacités cognitives. Les personnes qui manifestent une confiance excessive ou dont les capacités cognitives sont en déclin sont probablement les plus à risque.
  • Nouvelles relations. Une nouvelle relation peut mener à de l’exploitation. Guettez les références à :
    • un « nouvel ami » ou « amoureux »
    • un membre de la famille habituellement distant qui est soudainement plus présent
    • un aidant qui assume des responsabilités supplémentaires, comme la gestion quotidienne des finances
  • Changements de personnalité. Soyez à l’affût des changements comportementaux, notamment les signes indiquant que les conversations téléphoniques sont « contrôlées » par une tierce personne. Même si la différence est subtile, elle peut signaler un problème.
  • Changements financiers. Si vous participez à la gestion des finances, guettez les changements soudains ou inhabituels dans les opérations bancaires. Les modifications aux documents juridiques, comme les procurations et les testaments, sont également des signaux d’alarme.

Aborder le problème

Il peut être difficile de discuter d’exploitation financière avec les aînés. Si vous en remarquez les signes chez un proche, vous devez absolument lui en parler dès que possible. Règle d’or : offrez de l’aide sans porter de jugement.

Si vous soupçonnez que votre proche est victime d’exploitation financière, posez-lui les questions suivantes :

  • Te sens-tu en sécurité?
  • Y a-t-il une personne dans ton entourage qui te fait du mal ou qui te rend mal à l’aise?
  • Y a-t-il quelqu’un qui dépend de ton aide financière?
  • T’a-t-on demandé de changer les bénéficiaires ou un autre élément de ton testament?
  • As-tu des regrets ou des préoccupations concernant des décisions financières récentes?

Prévenir l’exploitation financière

Votre proche ne présente aucun signe d’exploitation financière? Vous pouvez quand même lui donner certains conseils par prévention :

  • Connaître les fraudes qui ciblent les aînés (fournir des exemples).
  • Garder ses documents personnels dans un endroit sûr.
  • Ne donner ses mots de passe et son numéro d’identification personnel (NIP) à personne.
  • Déchiqueter les factures et les relevés contenant des renseignements personnels.
  • Ne pas cliquer sur les fenêtres publicitaires ni répondre aux courriels ou ouvrir des pièces jointes provenant d’un expéditeur inconnu.
  • Ne jamais signer un contrat sans prendre le temps d’y réfléchir.
  • Se méfier de toute personne qui envoie accidentellement de l’argent.
  • Demander une preuve d’identité avant d’embaucher un fournisseur de services.

En quoi un conseiller peut-il aider?

Votre proche fait-il affaire avec un conseiller? Vous pourriez communiquer avec lui.

Un conseiller peut aider à prévenir l’exploitation financière chez les aînés simplement en leur parlant, par téléphone ou par vidéoconférence. Quelques questions simples peuvent l’aider à comprendre leurs besoins durant la pandémie :

  • Comment vous sentez-vous, mentalement et physiquement?
  • Avez-vous tous les soins et le soutien nécessaires?
  • Comment s’en sort votre famille?
  • Vos finances ou celles d’un membre de votre famille vous inquiètent-elles?
  • Donnez-vous ou prêtez-vous de l’argent à un membre de votre famille qui ne travaille pas?

C’est également le moment idéal pour établir une relation avec ce conseiller, par exemple en participant aux appels vidéo ou téléphoniques. Vous devrez d’abord demander la permission à votre proche.

Il vous faut des renseignements additionnels? Téléchargez le guide suivant : Déclin cognitif et exploitation financière : comment protéger nos aînés.

Vous n’avez pas de conseiller? Il n’est pas trop tard! En ce moment, la plupart des conseillers de la Sun Life communiquent avec leurs clients par téléphone ou par vidéoconférence (avec Zoom, par exemple). Trouver un conseiller.

Pour en savoir plus :

1 CARP, Federal government pledges $9 million to support seniors during pandemic, 30 mars 2020.