Écoutez maintenant: 5 minutes

Certaines personnes voient la vie en rose et d’autres le verre à moitié vide. Pourquoi?

Valérie Legendre est psychologue et conseillère principale en santé mentale à la Sun Life. Pour elle, être ou non optimiste à la base, ça dépend de plusieurs éléments, dont le tempérament et le type de famille dans lequel on a grandi. « Si vous avez grandi dans une famille anxieuse ou négative qui croit toujours que le pire va arriver, c'est plus difficile d'accepter de croire que ça ira mieux un jour. »

La bonne nouvelle, c’est que l’optimisme, ça se cultive. On peut tous apprendre à croire en un avenir meilleur. 

Être optimiste présente plusieurs avantages. Ça permet de développer de bonnes habitudes et de planifier son avenir. Ça peut aussi avoir des effets positifs sur la santé physique, mentale et financière.

Envie d’avoir un plan pour atteindre vos objectifs financiers? Un conseiller peut vous aider. Trouvez un conseiller.

Quel est le lien entre optimisme et santé financière?

Selon un récent sondage américain1, les optimistes sont 7 fois plus aptes à être en santé financière que les pessimistes! Mais qu’entend-on exactement par « santé financière »? C’est le fait d’avoir un bon rapport à l’argent. Ce qui compte c’est ce qu’on pense de l’argent, bien plus que notre richesse ou notre revenu. 

Voici quelques questions que posait le sondage :

  • Arrivez-vous à joindre les deux bouts?
  • Avez-vous des objectifs financiers? Êtes-vous en voie de les atteindre?
  • Avez-vous un coussin financier?
  • Votre budget vous permet-il de vous accorder des petits plaisirs (un souper au restaurant, par exemple)?

Les réponses à ces questions montrent que les optimistes ont un meilleur rapport à l’argent. Le sondage a aussi mis en évidence trois habitudes clés qui aident ces-derniers à améliorer leur bien-être financier et à réduire le stress lié aux questions d’argent.

1 : Éviter les tabous autour de l’argent.

Par exemple, 76 % des répondants optimistes disaient être à l’aise de discuter d’argent avec leurs proches et amis, comparé à 53 % des pessimistes.

Ils ont aussi plus tendance à demander l’aide d’un conseiller et à suivre ses recommandations. Et parmi ceux qui étaient aidés par des conseillers en placement, 63 % des personnes optimistes rapportaient toujours ou presque toujours suivre leurs conseils. Ce chiffre tombait à 40 % chez les pessimistes.

2 : Viser le progrès et non la perfection.

Les optimistes visent les petits progrès vers un objectif. Par exemple, économiser des petites sommes, même juste 10 $ par mois, pour un achat futur. 

3 : S’attendre à l’inattendu.

Les optimistes sondés ne sont pas à l’abri des problèmes financiers. Loin de là. Mais ils disent davantage avoir appris de leurs revers. 

Marie-Ève Poulin est directrice de marché, recrutement à la Sun Life. Son travail consiste à s’assurer que les conseillers ont tous les outils nécessaires pour répondre aux besoins de leurs clients.

« Parmi les valeurs qui nous sont chères, explique-t-elle, on rappelle toujours que personne n’est à l’abri d’un revers financier. Et surtout, qu’une mauvaise situation financière n’est pas nécessairement garante de l’avenir. Tout le monde peut adopter de meilleurs comportements et avoir une attitude plus positive face à ses finances. »

Vous voulez devenir plus optimiste?

Voici cinq façons de voir les choses plus positivement.

1 : Prenez conscience des fausses certitudes qui vous freinent.

Faites un examen de conscience : Quelles pensées limitantes dominent votre discours intérieur. Par exemple : « Je ne réussirai jamais à payer mes dettes. » « C’est impossible pour moi, mais pas pour les autres. » Ce type de pensées vous empêche de rester positif.

2 : Choisissez de changer.

Oui, il faut délibérément choisir de devenir plus optimiste, un peu comme on décide de faire plus de sport ou d’arrêter de fumer. Il faut alors se donner un objectif précis. 

Par exemple, vous libérer de vos dettes. Trouvez le sens qui se cache derrière cet objectif. La réponse vous permettra de tenir le cap lorsque vous rencontrerez des obstacles ou des tentations. Par exemple, lorsque vous serez tenté par une dépense imprévue, vous pourrez vous dire : cette dépense va-t-elle me permettre d’atteindre mon objectif? Quand l’objectif est clair, c’est plus facile de résister aux vents contraires! 

3 : Faites un plan.

Plus il sera précis et découpé en petites étapes, plus votre objectif vous semblera réalisable. Vous vivrez chaque mini-objectif atteint comme une réussite! Chaque réussite vous valorisera. C’est un cercle vertueux qui vous encourage à poursuivre! 

4 : Célébrez vos succès et accordez-vous le crédit.

Les optimistes se sentent responsables de leurs réussites, alors que les pessimistes parleront de coup de chance ou du hasard. Le truc, c’est de faire de la reconnaissance un rituel. C’est bon pour votre moral, pour cultiver votre optimisme… et pour votre santé mentale.

Ça peut être aussi facile que de prendre quelques minutes à la fin de chaque journée pour revenir sur vos petits succès. Par exemple : « Aujourd’hui, j’ai réussi à respecter mon budget. J’ai résisté à cet achat impulsif qui m’aurait fait dérailler. »

N’hésitez pas à vous remémorer vos réussites lorsque vous vivez un revers ou du découragement. Ça vous redonnera de la motivation!

5 : Articulez vos objectifs de façon positive.

Soyez concret et visez quelque chose de plaisant. Par exemple, mettre 5 000 $ dans un CELI pour des vacances en famille. C’est plus facile de garder le cap quand on vise un objectif précis. Adopter un budget serré quand on n’a pas d’objectif, c’est moins motivant que de le faire pour partir en vacances.