Le 8 juillet 2013, des pluies soutenues inondaient les rues et autoroutes de Toronto. Parmi les victimes, ma voiture stationnée sur une rue de banlieue.

Tout ça aurait pu me coûter cher. Heureusement, mon contrat d’assurance-auto comportait une clause toute indiquée : la garantie d'indemnisation sans dépréciation. Dans mon cas, c'est un ami dans les assurances qui m'avait fortement recommandé de l'ajouter.

Qu'est-ce que l'indemnisation sans dépréciation?

Si vous achetez ou louez une voiture neuve et qu'elle est volée ou déclarée perte totale à la suite d'un accident, la compagnie d'assurance vous remettra un chèque correspondant à la valeur d'un nouveau véhicule (taxe de vente incluse), sous réserve de certaines conditions. C’est l'indemnisation sans dépréciation. Cette garantie est disponible uniquement si vous êtes le premier propriétaire ou locataire du véhicule. Cette clause ne peut être ajoutée à un contrat couvrant une voiture usagée. 

Sans cette clause, vous obtiendrez au mieux la valeur dépréciée de votre auto. Ça vous obligera à trouver une auto usagée acceptable dans un état comparable ou à fouiller à payer la différence par rapport au coût d'une auto neuve. La plupart des assureurs offrent cette clause pour deux ans à compter de la date d'achat. Certains assureurs l'offrent pour des périodes allant jusqu'à cinq ans.

Combien ça coûte?

Le coût dépend du véhicule et de la compagnie d'assurance, mais il peut coûter entre 40 $ et 60 $ par an. Je payais 50 $ par an. Ce coût augmente chaque année, à mesure que la valeur de votre auto baisse, mais le montant restera minime. 

Qui devrait se prévaloir de cette clause?

Quiconque conduit une auto neuve, mais surtout les personnes qui n'ont pas l'argent pour payer leur véhicule comptant et qui le louent ou le financent. 

Cette clause est particulièrement intéressante si votre voiture est volée ou déclarée comme perte totale. Vous devrez alors rembourser votre prêt ou votre location, même si le montant qui reste à payer sur le prêt ou la location est possiblement plus élevé que la valeur dépréciée.

Des 26 000 $ empruntés pour acheter ma voiture, il me restait 15 000 $ à payer. Cette somme correspondait par hasard à peu près à la valeur dépréciée. Ma compagnie d'assurance m'a fait un chèque pour la pleine valeur de 26 000 $. Après avoir remboursé mon prêt, j'avais en main une bonne somme à verser comme acompte sur ma prochaine voiture neuve.