Nous sommes là pour vous soutenir pendant la pandémie de COVID-19. Voici comment nous pouvons vous aider.

 

 Contribuez à freiner la propagation du virus grâce à l’appli Alerte COVID du gouvernement du Canada. Téléchargez-la dès maintenant.

Prévention et soins

Profitez des bienfaits du transport actif

Vous manquez de temps pour faire de l’activité physique? Pourquoi ne pas intégrer le transport actif dans vos modes de déplacement? Les résultats positifs ne se feront pas attendre.

L’Observatoire de la prévention de l’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) fait partie de la Direction de la prévention de l’ICM.

 

L’ICM est un centre hospitalier ultraspécialisé en cardiologie voué aux soins, à la recherche, à l’enseignement, à la prévention, à la réadaptation, ainsi qu’à l’évaluation des nouvelles technologies en cardiologie. Constamment à l’avant-garde, l’ICM est un leader dans son domaine et joue un rôle de premier plan au Québec, au Canada et dans le monde.

Le constat n’est pas réjouissant : la majorité des gens sur la planète n’arrivent pas à faire le minimum d’activité physique recommandé, soit au moins 150 minutes par semaine. Autre mauvaise nouvelle : la sédentarité est directement responsable de 10 % des décès prématurés à l’échelle mondiale. Un impact négatif similaire à ceux du tabagisme et de l’obésité.

Au Canada, le portrait n’est guère mieux qu’ailleurs : seulement 15 % des adultes atteignent le minimum de 150 minutes d’activité physique par semaine. Les personnes sédentaires justifient leur faible participation à des activités physiques par le manque de temps.

Optez pour le transport actif

Une solution facile existe afin d’augmenter votre apport d’exercice sans vous casser la tête : optez pour le transport actif, en troquant l’auto ou les transports en commun pour la marche et le vélo.

Seulement 8 % des travailleurs canadiens optent pour le vélo ou la marche pour se rendre au travail, tandis que 80 % utilisent un véhicule à moteur pour leurs déplacements quotidiens. Il est temps d’inverser la tendance.

Savez-vous que chaque kilomètre parcouru à pied est associé à une diminution de 5 % du risque de surpoids? À l’inverse, chaque heure passée en voiture est associée à une hausse de 6 % de ce risque. Si vous voulez perdre du poids, ne cherchez plus!

En plus de favoriser le maintien d’un poids santé, plusieurs études démontrent que le transport actif entraîne plusieurs effets positifs sur la santé, notamment en termes de prévention des maladies cardiovasculaires, du diabète de type 2 et de la mortalité prématurée.

Une raison de plus pour mettre la voiture au chômage.

Le vélo, meilleur ami de l’homme

Les impacts positifs du transport actif se ressentent encore plus fortement chez les personnes qui se déplacent à vélo. Des études danoise et britannique indiquent que les cyclistes affichent un taux de mortalité prématurée plus faible de 30 % par rapport aux non-cyclistes. 

Cette supériorité du vélo sur la marche s’explique probablement par le fait que les cyclistes présentaient, dans ces études, un niveau d’activité physique global supérieur aux marcheurs. À preuve : 90 % des gens qui se déplaçaient à bicyclette atteignaient le minimum d’activité recommandé par semaine contre 54 % pour celles qui se déplacent à pied.

Les effets positifs ne tardent pas

Bonne nouvelle! Si vous délaissez la voiture pour le vélo ou la marche, vous n’aurez pas longtemps à attendre avant de voir les effets bénéfiques sur votre santé.

Selon une étude britannique, les personnes sédentaires souffrant d’embonpoint ou d’obésité n’ont eu besoin que de six mois de vélo comme moyen de transport pour profiter d’une perte de graisse abdominale. Ces personnes ont également connu une amélioration significative de la sensibilité à l’insuline, améliorant ainsi leur glycémie (taux de glucose dans le sang).  

Transport fragmenté

La marche ou l’utilisation du vélo comme moyen de se rendre au travail ne sont pas à la portée de tous, en particulier pour les personnes qui doivent parcourir de longues distances quotidiennement (plus de la moitié des Canadiens vivent à plus de 8 km de leur travail).

Si vous ne pouvez pas remplacer complètement l’utilisation de la voiture, vous pouvez toutefois parcourir une portion du trajet à pied ou à vélo (comme en profitant des systèmes de vélo-partage comme le Bixi). Le truc : stationnez votre voiture plus loin du travail ou descendez de l’autobus ou du métro quelques arrêts plus tôt.

Si vous parcourez à pied le dernier kilomètre pour vous rendre sur votre lieu de travail, ce qui prend en moyenne dix minutes, l’aller-retour cinq jours par semaine équivaut à 100 minutes d’activité physique par semaine de travail, soit une bonne proportion du minimum d’exercice recommandé.

Votre santé vous en remerciera : une étude britannique a démontré que les navetteurs qui effectuaient chaque jour une partie du transport en mode actif affichaient une réduction du risque de mortalité prématurée de 24 % par rapport aux gens qui n’utilisent que les transports motorisés.

Reste le défi collectif de favoriser les modes de transport actif. Il est temps d’arrêter de tout planifier en fonction de l’automobile. Aménageons dans le futur des quartiers qui favorisent les déplacements sécuritaires à pied ou à vélo. Pour un avenir tout en santé.