Selon Marina Rain, docteure en psychologie et gestionnaire, économie comportementale à la Sun Life, des gens tout à fait raisonnables peuvent défier toute logique lorsqu’il est question d’épargne et de dépenses. « Nous prenons souvent des décisions irrationnelles en étant convaincus qu’elles seront avantageuses pour nous. Mais en réalité, elles vont à l’encontre des prévisions des modèles économiques traditionnels. »

C’est là que la toute nouvelle science de l’économie comportementale peut s’avérer utile. Elle jette la lumière sur les erreurs courantes que les gens font à propos de leurs finances. Cela comprend les régimes de retraite au travail. Passer de l’accumulation de capital au décaissement de son régime de retraite n’est pas une simple transition financière. C’est un processus hautement émotionnel. Et qui dit émotions ne dit pas toujours choix sensés.

Dans ses fonctions, Mme Rain contribue à la conception de produits de retraite et de documents d’information qui épaulent les participants.

1. Le biais du comportement par défaut

Le cerveau humain est programmé de manière à opter pour les choix faciles. Cela lui permet de dépenser moins d’énergie. « La plupart des gens prennent les choses comme elles viennent », dit Mme Rain.

C’est ce qui explique pourquoi nous avons tendance à manger toujours la même chose au déjeuner. Ou bien à rester fidèles à une marque de jeans. Ce genre de décisions ne comprend pas d’enjeux majeurs, contrairement à d’autres. Conserver un comportement par défaut, alors que nos circonstances ne sont plus les mêmes, peut engendrer des problèmes.

Actuellement, le comportement par défaut de bien des gens consiste à ne pas épargner en prévision de leur retraite. Envisagez d’établir des virements automatiques vers votre régime Nouveaux choix. Vous ferez alors croître votre épargne de manière passive.

2. La perception du coût des tracas

Nous voyons toute activité complexe comme quelque chose qui nous embête et nous prend du temps. La planification de la retraite, qui est remplie d’inconnues, en fait partie.

« On a tendance à délaisser une activité dès qu’elle nous demande le moindre effort », explique Mme Rain.

Lorsque la planification de la retraite est présentée en termes simples et en plusieurs petites étapes, elle devient moins complexe. Par où commencer? Nous pouvons vous aider! Parlez à un conseiller en services financiers1 de la Sun Life.

3. L’actualisation hyperbolique

Les gens préfèrent avoir une récompense tout de suite plutôt que d’en recevoir une plus généreuse plus tard. Cet attrait pour la gratification immédiate est l’une des raisons qui expliquent pourquoi l’épargne-retraite passe après les vacances, par exemple.

Cela s’appelle l’actualisation hyperbolique. Les études démontrent que les gens préfèrent toucher 50 $ aujourd’hui que 100 $ l’an prochain. Ce biais cognitif n’affecte pas seulement la façon dont nous voyons l’argent. Il influence aussi la conception que nous avons de notre bien-être à venir, souligne Mme Rain. « C’est démontré neurologiquement. L’activité cérébrale déclenchée lorsqu’une personne parle de son avenir ressemble beaucoup à celle qui est déclenchée lorsqu’elle parle d’étrangers. »

Il est important de commencer à parler de vos objectifs et de vos rêves, et de vous imaginer en train de les réaliser. « Le lien émotionnel par rapport à l’avenir sera ainsi plus solide, dit Mme Rain. Ce genre de discussion crée un sens des responsabilités et aide à comprendre que l’avenir dépend des actions présentes. »

4. La surabondance des choix

Les gens affirment qu’ils veulent plus d’options. Mais ils sont souvent dépassés quand ils ont trop de choix. « Cela donne lieu à un phénomène d’évitement, dit Mme Rain. Lorsque notre esprit est surchargé, nous réagissons en ne prenant pas de décision. »

5. L’aversion aux pertes

Psychologiquement, épargner en prévision de l’avenir équivaut à perdre de l’argent aujourd’hui. Et cette « perte » est souvent vue comme plus importante que le gain réel. Ce phénomène s’observe particulièrement à la retraite, lorsque vient le temps de décaisser. Les gens ont l’impression de voir disparaître ce qu’ils ont accumulé pendant des décennies.

6. L’aversion à la dépossession

Les gens accordent trop de valeur à leurs actifs. « Lorsqu’on a passé tellement d’années à épargner, dit Mme Rain, une fois à la retraite, on a l’impression d’avoir un trésor et on veut le conserver. »

La Sun Life peut vous aider à voir comment vous financerez vos nouveaux rituels quotidiens et vos projets plus onéreux, comme des voyages. Selon Mme Rain, cette prise de conscience vous procurera plus de bien-être et un sentiment de contrôle. Vous aborderez mieux la transition vers la retraite et le décaissement qui l’accompagne inévitablement.

Parlez à un conseiller en services financiers1
Prenez rendez-vous maintenant ou appelez au  1-877-805-9303

Prendre rendez-vous

1Personne portant le titre de conseiller en sécurité financière au Québec.