Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Protection vie

15 juillet 2019

Les effets du tabagisme sur votre assurance-vie

Le tabagisme peut faire grimper votre facture d’assurance-santé et d’assurance-vie. Mais à quel point? Et qu’arrive-t-il à votre prime d’assurance-vie quand vous arrêtez de fumer?

Avez-vous déjà pensé aux conséquences du tabagisme sur vos finances personnelles? Selon la calculatrice de coûts de Santé Canada, fumer un demi-paquet de cigarettes par jour peut coûter jusqu’à 2 500 $ par année. De son côté, la Société canadienne du cancer indique qu’au pays, le tabagisme entraîne des coûts de santé annuels de 6,5 milliards de dollars. Et les dépenses ne s’arrêtent pas là – surtout si vous voulez une assurance-vie.

Quel est le lien avec l’assurance-vie? Le coût d’une assurance-vie dépend de votre état de santé actuel. Mais il dépend aussi des risques pour votre santé posés par vos choix de vie, comme le tabagisme. Voici comment cette habitude dispendieuse peut influencer votre prime d’assurance-vie.

Le tabagisme et votre prime d’assurance-vie

Tout d’abord, jetons un coup d’œil aux notions de base de l’assurance-vie. Un contrat d’assurance-vie vous fournit une protection financière. En contrepartie, vous devez payer des frais mensuels ou annuels, qu’on appelle la prime. Qu’arrive-t-il si vous décédez? Vos bénéficiaires obtiennent un montant d’argent précisé dans le contrat, soit le capital-décès. Ils peuvent alors utiliser cet argent pour rembourser vos dettes et votre prêt hypothécaire, et payer vos autres dépenses courantes.

En gros, l’assurance-vie peut aider les familles et assurer leur sécurité financière après un décès. Alors, comment les assureurs établissent-ils la valeur de cette sécurité? Le montant de la prime d’assurance-vie dépend en grande partie de votre état de santé actuel et de vos antécédents familiaux. Mais savez-vous ce que les assureurs regardent surtout pour évaluer les risques? Le fait que vous fumiez ou non!

Paula MacMillan est conseillère Financière Sun Life à Winnipeg. «Les dangers du tabagisme pour votre santé sont bien connus», souligne-t-elle. Alors, qu’arrive-t-il quand un assureur évalue votre demande d’assurance-vie? «Il veut savoir, entre autres, si vous avez fumé la cigarette, consommé des produits de tabac ou utilisé des produits d’abandon du tabagisme dans la dernière année.» La tarification est le processus par lequel un assureur évalue votre niveau de risque. Elle permet de calculer la couverture à laquelle vous avez droit. Ainsi, vous payez une prime en fonction de votre niveau de risque.

Autrement dit, votre niveau de risque détermine votre prime. «Les fumeurs présentent un risque plus élevé de maladies liées au tabagisme, explique la conseillère. Leur prime est donc plus élevée.»

À quel point l’assurance-vie des fumeurs coûte-t-elle plus cher?

Le tabagisme coûte cher. Mais à quel point les coûts d’assurance-vie sont-ils réellement plus élevés pour les fumeurs? «Beaucoup de gens avec qui j’ai travaillé ont été surpris de voir que, comparativement aux primes des non-fumeurs, les primes d’assurance-vie des fumeurs peuvent être très élevées», raconte Mme MacMillan.

Prenons l’exemple d’un homme non-fumeur de 30 ans. Cet homme demande une assurance-vie temporaire de 20 ans et de 700 000 $. Il pourrait avoir une prime de 50,13 $ par mois. Mais s’il était fumeur, sa prime serait plutôt de 98,01 $ par mois. Et s’il commençait à fumer avant le renouvellement de son contrat? Il devrait s’attendre à payer beaucoup plus que s’il était demeuré non-fumeur.

Selon son expérience, Paula MacMillan pense qu’il est pertinent de montrer aux fumeurs ce que leur prime serait s’ils cessaient de fumer. «Savoir combien ils pourraient économiser leur donne une raison de plus d’arrêter.»

Qui est considéré comme fumeur?

La plupart des assureurs considèrent comme fumeuses les personnes qui consomment régulièrement du tabac ou de la nicotine sous toute forme, ce qui comprend les produits suivants :

  • Cigarettes, cigares et cigarillos
  • Tabac à chiquer
  • Produits d’abandon du tabagisme, comme les timbres et la gomme à la nicotine

Le vapotage a-t-il une influence sur votre assurance-vie?

Les demandes d’assurance ne traitent pas nécessairement du vapotage. Mais beaucoup nécessitent des tests médicaux, lesquels peuvent détecter la nicotine dans le sang ou l’urine, quel que soit le mode de consommation. Donc, si vous vapotez, vous pourriez être considéré comme fumeur.

La consommation de cannabis influence-t-elle l’assurance-vie?

Qu’en est-il des consommateurs occasionnels de cannabis, qui ne le combinent pas au tabac? «Ils pourraient se trouver dans la catégorie des non-fumeurs pour l’assurance-vie», répond Mme MacMillan.

Et ceux qui consomment du cannabis régulièrement ou quotidiennement? «Il est probable qu’ils paient plus cher.»

Qu’arrive-t-il quand un fumeur demande une assurance-vie en ligne?

«Comme la demande en ligne ne permet pas de distinguer fumeurs et non-fumeurs, les primes sont en général pondérées», poursuit la conseillère. Autrement dit, la prime se trouvera entre celle des fumeurs et celle des non-fumeurs, même pour les personnes qui ne fument pas.

Et si vous arrêtez de fumer?

Vous voulez écraser? En cessant de fumer, vous verrez votre santé et vos finances s’améliorer considérablement en moins d’un an. Côté assurance-vie, vous pourrez avoir droit aux tarifs des non-fumeurs. Vous devrez :

  • Signer une déclaration indiquant que vous n’avez pas fumé ni consommé de nicotine dans les 12 derniers mois. Ça comprend les cigarettes, les cigares, le tabac à chiquer, et les timbres ou la gomme à la nicotine.
  • Subir un test d’urine pour prouver qu’il n’y a plus de traces de nicotine dans votre système.
  • Confirmer que votre état de santé ne s’est pas détérioré de façon importante.

Paula MacMillan souligne que le dernier point pose quelquefois problème. «Les assureurs veulent savoir ce qui vous a incité à arrêter de fumer.» En effet, le fumeur qui décide d’arrêter en raison d’une complication médicale grave, sur les conseils de son médecin, «ne sera pas considéré comme un non-fumeur», explique-t-elle.

Supposons qu’une personne demande une assurance-vie permanente lorsqu’elle est fumeuse, puis décide d’arrêter après avoir survécu à une crise cardiaque. À ce moment, son état de santé la place toujours dans une catégorie à risque élevé. Ainsi, il est peu probable que l’assureur lui accorde une prime de non-fumeur, même si elle ne fume plus.

Obtenir une réduction de prime peut être difficile pour les nouveaux non-fumeurs qui ont d’autres risques de santé. Mais ce n’est pas impossible – surtout s’ils sont encore en bonne santé. En bref, arrêter de fumer, c’est économiser.

Si vous êtes prêt à écraser, voici des conseils et des ressources pour vous aider :

Comment demander une assurance-vie

Vous êtes prêt à acheter une assurance-vie? Dans la plupart des provinces, vous pouvez faire une demande en ligne ou auprès d’un conseiller. Mais si vous vivez au Québec, vous devez parler à un représentant autorisé.

D’habitude, si vous faites affaire avec un conseiller, l’assurance-vie que vous achetez fera l’objet d’une tarification complète. Les critères de tarification dépendent de nombreux facteurs, dont votre âge et le montant d’assurance demandé. Plus votre âge et le montant demandé sont élevés, plus le processus sera rigoureux. Cependant, si vous demandez une assurance-vie à établissement garanti en ligne, vous n’avez normalement pas à fournir de renseignements médicaux autres que le fait que vous fumiez ou non.

*Cet article ne vise qu’à fournir des renseignements d’ordre général. La Sun Life ne fournit pas de conseils juridiques, comptables ou fiscaux aux conseillers ou aux clients. Avant de suivre les conseils de cet article, consultez un professionnel qualifié. Par exemple, parlez à un conseiller, à un avocat ou à un comptable. Sachez aussi que les valeurs et les tarifs mentionnés ici ne sont pas garantis..

Articles Connexes