Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Protection vie

13 septembre 2019

3 questions à se poser avant de se lancer en affaires à deux

Vous vous lancez en affaires avec quelqu’un? Voici ce qu’il faut savoir pour protéger vos finances.

Pour un entrepreneur, trouver le bon partenaire d’affaires peut être très gratifiant, voire décisif.

Avec un coéquipier, vous pouvez échanger des idées. Votre entreprise profitera des forces et des talents de chacun.

Cela dit, la mise en commun des intérêts et des ressources peut être difficile. Il est important de protéger l’entreprise et chaque partenaire. Il faut aussi parer aux imprévus.

Au moment d’établir un partenariat, vos réponses aux questions suivantes peuvent servir à créer une base solide de confiance, de respect et de bénéfices mutuels.

Qu’arrive-t-il si mon partenaire d’affaires ne peut pas travailler?

En tant que copropriétaires, vous êtes tous les deux indispensables. Qu’arrivera-t-il si votre partenaire a un accident ou souffre d’une maladie grave? Qu’arrivera-t-il si un imprévu l’empêche de fournir sa part d’efforts?

Selon Darren Devine, président du cabinet Devine and Associates Financial Services, une assurance pour propriétaire d’entreprise peut être d’un grand secours : «L’entreprise reçoit les liquidités dont elle a besoin pour faciliter le remplacement d’un partenaire essentiel.»

Avec ce type de couverture, vous recevez les fonds nécessaires pour engager un chasseur de têtes qui trouvera un remplaçant, par exemple. L’indemnité peut même couvrir les frais de formation du nouveau partenaire ou employé en plus des coûts permanents, comme le salaire, durant la période de transition. Vous pouvez donc vous concentrer sur les activités de votre entreprise sans vous en faire pour vos finances.

Qu’arrive-t-il si mon partenaire d’affaires décède?

L’assurance pour propriétaire d’entreprise vous aide à poursuivre vos activités en cas de maladie ou d’accident de votre partenaire. Vous devez aussi vous assurer de pouvoir rester propriétaire en cas de décès du partenaire.

Vos avocats ont peut-être déjà inclus dans votre contrat d’affaires une convention de rachat d’actions, un type de disposition qui vous permet de racheter la part de votre partenaire après son décès. Toutefois, il arrive que les conditions de la convention n’entourent que la vente de l’entreprise. Elle ne fournirait donc pas de financement pour le rachat.

Qu’arrive-t-il si vous n’avez pas les moyens de racheter entièrement la part de votre partenaire? C’est ici que l’assurance-vie entre en jeu. «Une assurance-vie peut vous protéger, vous ainsi que votre entreprise et votre famille, explique M. Devine. Il suffit que chaque partenaire d’affaires soit le bénéficiaire de l’autre.»

Avec un contrat d’assurance-vie adéquat, vous aurez les fonds nécessaires pour devenir l’unique propriétaire si votre partenaire décède. Et si c’est vous qui décédez, votre partenaire recevra un montant pour racheter votre part. De plus, la valeur de rachat d’un contrat d’assurance-vie peut aider votre famille à maintenir son niveau de vie et à payer les dépenses que vous couvriez (versements hypothécaires, loyer, frais de scolarité des enfants, par exemple).

Mon partenaire d’affaires partage-t-il ma vision?

Même si deux partenaires partagent des valeurs et des objectifs, ils doivent s’assurer d’avoir la même vision sur les moyens d’y parvenir. «Pour vous rendre là où vous n’êtes jamais allé, vous avez besoin d’une carte. La carte de l’entrepreneur, c’est le plan financier», affirme M. Devine.

Au début, un conseiller peut vous aider à dresser un plan axé sur les objectifs de votre entreprise. Votre partenaire et vous travaillerez alors vers un même objectif. Ceci optimisera votre efficacité.

Au fil de la croissance de votre entreprise, votre conseiller peut vous servir de baromètre lors des décisions complexes. Par exemple, il pourrait vous informer sur de nouvelles déductions fiscales pour les petites entreprises. Il peut aussi vous aider à séparer vos finances personnelles de celles de votre entreprise. «Un conseiller de confiance peut vous aider à comprendre les options qui s’offrent à vous. Votre partenaire et vous pouvez alors évaluer en équipe les avantages et les inconvénients de chacune et aussi trouver la manière la plus rapide et efficace de faire croître votre entreprise», souligne M. Devine.

En savoir plus :

* Cet article ne vise qu’à fournir des renseignements d’ordre général. La Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie (Sun Life) ne fournit pas de conseils juridiques, comptables ou fiscaux aux conseillers ou aux Clients. Avant d’agir sur la foi des renseignements présentés dans ce document, consultez un professionnel qualifié qui pourra notamment faire un examen approfondi de votre situation sur les plans juridique, comptable et fiscal.

Articles Connexes