Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Épargne et retraite

22 janvier 2019

Le RPC bonifié sera-t-il suffisant pour bien vivre?

Les prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) vont augmenter, mais vous aurez probablement besoin d'un montant supplémentaire pour vivre confortablement à la retraite. Pour y arriver, commencez à épargner dès maintenant.

Vous savez peut-être que le Régime de pensions du Canada (RPC) a été modifié pour que le montant des prestations versées aux aînés soit plus élevé. Si vous êtes toujours sur le marché du travail et que vous cotisez au RPC en 2019, vous obtiendrez davantage du RPC à la retraite. C’est une bonne nouvelle. Cependant, si vous êtes déjà à la retraite, vous ne serez pas touché par ce changement. Dans tous les cas, il est important de savoir que les prestations du RPC ne représentent qu’une partie de votre revenu de retraite. Vous devez donc penser à d’autres moyens d’épargner pour l’avenir.

Les trois principaux programmes de retraite gouvernementaux sont le RPC, la Sécurité de la vieillesse (SV) et le Supplément de revenu garanti (SRG).

Bien que le RPC soit géré par le gouvernement fédéral, il est réellement «le régime à prestations déterminées que vous ne pensiez pas avoir», dit Blake Griffith, conseiller Financière Sun Life1 à Calgary. En fait, seuls les employeurs et les employés cotisent au régime, pas Ottawa.

Selon le gouvernement fédéral, environ 1,1 million de Canadiens n’épargnent pas suffisamment en vue de leur retraite. C’est pourquoi, à partir du 1er janvier 2019, les cotisations annuelles au RPC augmenteront progressivement sur une période de sept ans. Mais est-ce que ce sera suffisant comme revenu de retraite? Et combien exactement verserez-vous en plus au RPC? Voici un compte rendu :

Le montant maximal des prestations du RPC sera presque de moitié plus élevé

Une fois la bonification entièrement mise en œuvre, le montant maximal des prestations de retraite du RPC sera environ 50 % plus élevé que le montant maximal en vigueur (13 110 $). En dollars actuels, il s’agit d’une augmentation de près de 7 000 $, ce qui fait grimper le plafond des prestations à presque 20 000 $ par année.

Le revenu maximal admissible au titre du RPC a également été augmenté. Il sera de 82 700 $ (contre 54 900 $ actuellement) une fois le programme de bonification entièrement mis en place. Les personnes ayant un salaire plus élevé pourront ainsi recevoir des prestations sur une plus grande portion de leur revenu.

Combien verserez-vous en plus au RPC en 2019 et par la suite?

Savez-vous comment fonctionnent les cotisations au RPC exactement? En gros, vous versez au régime un pourcentage de vos gains ouvrant droit à pension. Cette somme est prélevée sur votre paie et votre employeur verse un montant égal à votre cotisation, à concurrence du maximum annuel établi. Si vous êtes un travailleur autonome, vous devez verser vous-même la part de l’employeur.

Donc, compte tenu de l’augmentation des prestations, combien verserez-vous en plus au RPC? La réponse dépend de votre revenu. Le montant total payé par l’employé et l’employeur est passé cette année de 9,9 % à 10,2 % des gains de l’employé ouvrant droit à pension. La part de l’employé est ainsi passée de 4,95 % à 5,10 %.
D’ici 2023, le taux de cotisation continuera d’augmenter graduellement, pour se porter à 11,9 %. En tant qu’employé, votre cotisation correspondra donc à la moitié de ce pourcentage, soit 5,95 % de vos gains ouvrant droit à pension.

Voici un exemple : si vous touchez un salaire annuel de 54 900 $, vous verserez environ 6 $ de plus par mois au RPC en 2019. À la fin de la période de sept ans, vous verserez près de 43 $ de plus par mois au régime.

Pourquoi le RPC peut ne pas être suffisant

Les Canadiens ne doivent pas oublier que, contrairement au RPC, les programmes comme la SV et le SRG sont financés à même les recettes fiscales générales. «En théorie, ils peuvent être éliminés d’un simple changement de loi, puisqu’ils ne sont pas financés par les cotisations des employeurs et des employés», indique Blake Griffith.

De nos jours, il est encore difficile d’épargner «suffisamment». Les Canadiens vivent plus longtemps et n’ont jamais été autant endettés, les régimes de retraite à prestations déterminées sont de moins en moins offerts et il est plus difficile d’obtenir un bon rendement sur ses placements.

Blake Griffith encourage ses clients à prendre le temps d’examiner leurs dépenses après impôt, de réfléchir à leurs besoins de revenu de retraite et de voir si le total des dépenses correspond au montant annuel des prestations bonifiées du RPC (20 000 $).

  • Où va votre argent? Utilisez ce calculateur de budget mensuel pour mieux gérer vos dépenses et voir si vous arrivez à respecter votre budget.

«Je prépare plus de 100 plans financiers par année pour des gens qui vont prendre leur retraite et je dirais qu’en moyenne, les dépenses tournent autour de 4 500 $ à 5 000 $ par mois», dit Blake Griffith. «Si vous vous servez de ce point de référence, le RPC – même bonifié – ne représentera même pas 50 % du revenu dont vous aurez besoin à la retraite parce que le montant de 20 000 $ est imposable.» Dans ce scénario, on présume aussi que vous avez droit au montant maximal des prestations, ce qui n’est pas le cas pour bon nombre de Canadiens.

Commencer tôt à épargner en vue de la retraite

La plupart des gens commencent à penser à leur retraite alors qu’ils approchent de la cinquantaine. Cependant, M. Griffith affirme qu’ils devraient plutôt commencer à épargner dès leur entrée sur le marché du travail.

«Si vous n’investissez que 100 $ par mois pendant 40 ans, vous pourriez avoir amassé plus de 250 000 $ à l’âge de 65 ans. À l’inverse, si vous n’avez pas de plan de retraite, que vous n’avez pas déterminé quel montant vous devez épargner et que vous ne versez pas cette cotisation de 100 $ par mois, vous pourriez avoir un manque à gagner de 250 000 $ à la retraite.»

Si vous attendez d’avoir 50 ou 55 ans pour commencer à épargner en vue de la retraite, il ne vous restera pas assez de temps pour compenser ce montant perdu. De nombreux Canadiens devront donc composer avec un revenu de retraite plus faible ou travailler plus longtemps malgré la bonification du RPC.

Une bonne planification est nécessaire afin de déterminer le temps qu’il vous reste à travailler avant de pouvoir prendre votre retraite sans souci. Pensez-y dès maintenant.

1Blake Griffith, CFP, BAFS, Griffith & Associates, Financial & Estate Planning Services Ltd., conseiller Financière Sun Life

Les fonds communs de placement sont offerts par Placements Financière Sun Life (Canada) inc.
La Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie est membre du groupe Financière Sun Life.

Articles Connexes