Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

20 mars 2019

Un budget fédéral favorable pour les acheteurs d’une première maison

Ottawa prévoit plus d’aide pour les acheteurs d’une première maison, un allègement fiscal pour les ainés à faible revenu et une allocation pour la formation axée sur des compétences. Un régime d’assurance-médicaments? Pas encore.

Le budget fédéral du 19 mars 2019 comprend des mesures pour aider les Canadiens à toutes les étapes de la vie.

En effet, le budget prévoit notamment des mesures de soutien pour les acheteurs d’une première maison et de l’aide financière à la formation pour les travailleurs. Les Canadiens plus âgés bénéficieront d’une exemption bonifiée pour le Supplément de revenu garanti (SRG) ainsi que d’une protection accrue pour les régimes de retraite d’employeurs. De plus, la demande de prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) se fera automatiquement dès qu’une personne atteindra 70 ans; cette mesure vise à inclure les Canadiens qui y sont admissibles, mais qui ne le savent pas.

Concernant le régime national d’assurance-médicaments, il semble que le gouvernement ne le mettra pas en place de sitôt, bien que des mesures soient prises en ce sens.

Accès à la propriété facilité

Les personnes qui souhaitent faire l’achat d’une première maison ont droit à de l’aide :

  • Un nouvel incitatif permettra aux acheteurs d’une première maison qui se qualifient d’obtenir un prêt avec participation de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL). En cédant à la SCHL une participation dans la valeur de la maison, l’acheteur aura des versements moins élevés. Il pourra rembourser ce prêt une fois la maison revendue. Des précisions à ce sujet seront fournies plus tard cette année.
  • Le retrait maximum du régime enregistré d’épargne-retraite (REER) pour l’achat d’une première maison passera de 25 000 $ à 35 000 $.

Formation pour les travailleurs

Le monde du travail évolue, et les travailleurs canadiens ayant besoin de perfectionnement pourront obtenir de l’assistance grâce à l’Allocation canadienne pour la formation. Il s’agit d’un programme qui prévoit un crédit non imposable de 250 $ par année (plafond de 5 000 $ à vie) pour couvrir jusqu’à la moitié des frais de cours ou d’inscription à un programme de formation. Pour y être admissible, un travailleur doit être âgé de 25 à 64 ans et gagner moins de 150 000 $ annuellement. Le gouvernement propose aussi de verser, par l’entremise du régime d’assurance-emploi, jusqu’à quatre semaines de prestations aux personnes qui s’absentent du travail pour suivre une formation.

Aide pour les retraités

Le budget propose de clarifier la législation sur les régimes de retraite pour donner une meilleure protection aux retraités dont l’ancien employeur cesse ses activités et met fin aux régimes en place. Une autre des mesures prévues est la demande automatique de prestations du RPC pour les personnes âgées de 70 ans ou plus qui n’ont pas encore fait leur demande.

Les Canadiens à faible revenu auront aussi de l’aide. Le SRG permet d’augmenter le revenu des retraités canadiens qui touchent moins de 18 240 $ (personnes seules) ou de 24 096 $ (couples) par année. Le budget prévoit de faire passer le montant de l’exemption annuelle pour le SRG de 3 500 $ à 5 000 $, et d’appliquer cette exemption autant aux revenus de travail indépendant qu’aux revenus d’emploi.

Fondations pour la mise en place d’un régime national d’assurance-médicaments

En préparation à la potentielle mise en place d’un régime national d’assurance-médicaments, le gouvernement propose de créer l’Agence canadienne des médicaments. Cette agence négociera le prix des médicaments sur ordonnance pour le compte des provinces et des territoires. De plus, on amorcera le travail d’élaboration d’une liste nationale de médicaments, qui énumère les médicaments sur ordonnance couverts par un régime. Le gouvernement prévoit aussi d’affecter 500 millions $ par année à une stratégie permettant d’aider les Canadiens à payer les médicaments pour traiter les maladies rares, qui sont particulièrement coûteux.

Le rapport final du Conseil consultatif sera accessible plus tard ce printemps.

Articles Connexes