Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Prévention et soins

22 novembre 2019

Existe-t-il un régime qui peut prévenir ou gérer le diabète?

Vous avez sûrement entendu parler des régimes faibles en glucides, de la diète cétogène et du jeûne intermittent. Peuvent-ils aider à prévenir ou à gérer le diabète?

Saviez-vous qu’au pays, 1 personne sur 3 est atteinte de diabète ou de prédiabète1? Selon Statistique Canada, environ 2,3 millions de personnes de 12 ans et plus ont déclaré avoir reçu un diagnostic de diabète.

Comment prévenir cette maladie? Selon le Dr Paul Oh, directeur médical, et Niloufar Deilami, diététiste (Dt.P., M.S.P.), possiblement grâce à notre régime et à nos habitudes alimentaires.

Le Dr Oh et Mme Deilami travaillent tous deux pour le Programme de prévention et de réadaptation cardiovasculaires du Réseau universitaire de santé. Ensemble, ils ont épluché les études pour trouver quels régimes et quelles saines habitudes alimentaires peuvent réduire le risque de diabète. Ils ont également étudié en quoi les nouveaux régimes populaires (comme la diète cétogène ou le jeûne intermittent) peuvent influer sur la glycémie.

Avant de présenter leurs conclusions, expliquons ce qu’est le diabète et quels sont ses effets.

Qu’entend-on par diabète de type 1, diabète de type 2 et prédiabète?

On parle de diabète de type 1 lorsque l’organisme n’arrive plus à produire d’insuline parce que le système immunitaire a détruit les cellules qui remplissent cette fonction. Malheureusement, il n’existe aucun moyen de prévenir ce type de diabète. Il n’est causé ni par le surpoids ni par l’inactivité. On le traite habituellement par des injections d’insuline, une alimentation saine faible en glucides et de l’exercice.

Le diabète de type 2 est causé par une incapacité du pancréas à produire de l’insuline, ou de l’organisme à l’utiliser efficacement.

On parle de prédiabète lorsque le taux de glucose est plus élevé que la moyenne, mais pas assez pour justifier un diagnostic de diabète. Dans certains cas, il peut être réversible.

Il est possible de prévenir et de gérer le prédiabète et le diabète de type 2 en adoptant une bonne hygiène de vie.

Le Dr Oh et Mme Deilami insistent sur le fait que l’alimentation est l’un des plus grands facteurs de risque du diabète. En adoptant des habitudes alimentaires saines, on peut réduire le risque de prédiabète, de diabète ou de complications associées au diabète. Voici les conclusions que les chercheurs ont tirées des études citées plus loin portant sur les régimes et les habitudes alimentaires et sur leur incidence sur les diabétiques ou les personnes à risque.

Existe-t-il un régime pouvant prévenir le diabète?

Il n’existe aucun « régime anti-diabète ». En revanche, certaines pratiques alimentaires peuvent réduire le risque de diabète. C’est le cas des régimes à faible indice glycémique, méditerranéens, DASH, végétariens et Portfolio2. Non seulement ces régimes aident à prévenir le diabète, mais ils peuvent aussi réduire le risque de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

En dépit de leurs légères différences, ces régimes ont plusieurs facteurs en commun. D’abord, ils incluent principalement des aliments d’origine végétale (fruits, légumes, grains entiers, noix, graines et légumineuses). Ensuite, ils recommandent de privilégier les aliments entiers et non transformés et de limiter les aliments hautement transformés.

Le nouveau Guide alimentaire canadien3 peut vous aider à adopter des habitudes alimentaires saines. Voici ce qu’il recommande :

  • 1/2 assiette de légumes et de fruits
  • 1/4 d’assiette de grains entiers (riz brun, pâtes, pains et céréales à grains entiers, orge ou avoine à grains entiers)
  • 1/4 d’assiette de protéines, en particulier de protéines végétales (noix et graines, légumineuses et protéines de soja)

Quel est le meilleur régime pour gérer son diabète une fois le diagnostic posé?

Les pratiques alimentaires qui aident à prévenir le diabète peuvent également aider à le gérer. Comment? Les études montrent qu’elles peuvent contribuer à réduire la glycémie et ainsi limiter le risque de complications2. Les glucides dont l’indice glycémique est faible font moins augmenter le taux de sucre dans le sang. Parmi les glucides dont l’indice glycémique est faible, on retrouve la patate douce, l’orge, le riz brun, l’avoine à grains entiers et les céréales entières. Le plain blanc, le riz blanc, les pommes de terre et les céréales faibles en fibres figurent quant à eux dans la liste des aliments qui présentent un indice glycémique élevé.

Vous êtes diabétique? En mesurant votre glycémie à la maison, vous pouvez déterminer le type et la quantité de glucides que vous pouvez tolérer. Un diététiste peut aussi vous aider à analyser les résultats et vous donner des conseils sur les changements à apporter à votre alimentation pour mieux gérer votre diabète.

Les régimes faibles en glucides, la diète cétogène et le jeûne intermittent peuvent-ils aider à prévenir ou à gérer le diabète?

Les régimes faibles et très faibles en glucides (la diète cétogène) et le jeûne intermittent ont de plus en plus la cote auprès du grand public. Sachez cependant qu’ils sont controversés. Voici ce que vous devez savoir :

Qu’est-ce que le régime faible en glucides et la diète cétogène? Le régime faible en glucides comprend un maximum de 130 grammes de glucides par jour4. La diète cétogène est un régime très faible en glucides qui autorise un maximum de 50 grammes de glucides par jour4. Ces deux régimes supposent une élimination stricte de tous les aliments contenant des glucides, comme les fruits, les céréales, les légumineuses, les légumes féculents et les produits laitiers.

Selon certaines études, les régimes faibles en glucides et la diète cétogène peuvent réduire la glycémie et favoriser la perte de poids4. Toutefois, dans un rapport intitulé The Ketogenic Diet for Obesity and Diabetes—Enthusiasm Outpaces Evidence, des chercheurs soulignent que la plupart de ces études n’ont généralement duré que 12 mois. En outre, les participants reçoivent souvent beaucoup de soutien et de conseils pour suivre ces régimes, ce qui n’est pas forcément le cas dans la vraie vie5. Ce n’est pas tout le monde qui peut consulter un diététiste régulièrement, par exemple.

Quels sont les risques du régime faible en glucides et de la diète cétogène? Voici certains risques potentiels à court terme :

  • fatigue
  • symptômes grippaux
  • constipation
  • carences nutritives
  • mauvaise haleine

Les risques à long terme n’ont pas encore été étudiés. Il faut aussi garder en tête que les régimes faibles en glucides éliminent beaucoup de bonnes fibres alimentaires qui peuvent réduire le risque de diabète, de maladie cardiaque et de certains cancers.

Qu’est-ce que le jeûne intermittent? Les régimes de jeûne intermittent ont eux aussi gagné en popularité. Ils consistent à établir un calendrier alternant des périodes de jeûne et de repas. Voici les méthodes de jeûne les plus populaires :

  • 16:8 (16 heures de jeûne par jour)
  • 5:2 (deux jeûnes par semaine)
  • jeûne un jour sur deux

Quels sont les avantages et les inconvénients du jeûne intermittent? Les études sur le jeûne intermittent montrent qu’il a des effets sur la réduction de la glycémie et la perte de poids comparables à ceux des régimes où l’on mange moins chaque jour6, 7, 8. Toutefois, la plupart de ces études sont généralement de courte durée (un an maximum) et ne portent que sur un petit nombre de participants7, 8. D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer si le jeûne intermittent peut raisonnablement remplacer d’autres pratiques alimentaires saines. Comme les régimes faibles en glucides, le jeûne intermittent peut être difficile à suivre durant de longues périodes ou toute sa vie.

De plus, il peut comporter des risques pour les personnes prenant certains médicaments. Si vous vivez avec le diabète, consultez toujours votre médecin ou un diététiste avant de modifier votre régime.

Un plan de repas santé pour prévenir ou gérer le diabète

Pour prévenir ou gérer le diabète, rien de tel qu’un régime sain, équilibré et savoureux à base d’un éventail d’aliments d’origine végétale, non transformés et à grains entiers. N’oubliez pas qu’un régime alimentaire sain n’est pas forcément un régime à la mode. C’est un régime qui correspond à vos valeurs, à votre culture et à vos préférences, et qui est viable à long terme.

En savoir plus sur la prévention et la gestion du diabète

Auteurs :

Dr Paul Oh, directeur médical, Programme de prévention et de réadaptation cardiovasculaires, Réseau universitaire de santé

Niloufar Deilami, diététiste (Dt.P., M.S.P.), Programme de prévention et de réadaptation cardiovasculaires, Réseau universitaire de santé

1 Diabète Canada. (2019). Charter Backgrounders.
2 Diabète Canada. (2018). Chapter 11: Nutrition Therapy. Site Internet : [http://guidelines.diabetes.ca/cpg/chapter11].
3 Guide alimentaire canadien. (11 octobre 2019). Site Internet : [https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/]
4 Kirkpatrick, C. F., J. P. Bolick, P. K. Etherton, G. Sikand, K. E. Aspry, D. E. Soffer, (…) K. E. Willard. (2019). «Review of current evidence and clinical recommendations on the effects of low-carbohydrate and very-low-carbohydrate (including ketogenic) diets for the management of body weight and other cardiometabolic risk factors: A scientific statement from the National Lipid Association Nutrition and Lifestyle Task Force», Journal of Clinical Lipidology, vol. 0, no 0.
5 Joshi, S., R. J. Ostfeld et M. McMacken. (2019). «The Ketogenic Diet for Obesity and Diabetes—Enthusiasm Outpaces Evidence». JAMA Internal Medicine, vol. 179, no 9, p. 1163. Doi : 10.1001/jamainternmed.2019.2633.
6 Barnosky, A. R., K. K. Hoddy, T. G. Unterman et K. A. Varady. (2014). «Intermittent fasting vs daily calorie restriction for type 2 diabetes prevention: a review of human findings». Translational Research, vol. 164, no 4, p. 302-311. Doi : 10.1016/j.trsl.2014.05.013.
7 Furmli, S., R. Elmasry, M. Ramos et J. Fung. (2018). «Therapeutic use of intermittent fasting for people with type 2 diabetes as an alternative to insulin», BMJ Case Reports, bcr-2017-221854. Doi : 10.1136/bcr-2017-221854.
8 Papamichou, D., D. Panagiotakos et C. Itsiopoulos. (2019). «Dietary patterns and management of type 2 diabetes: A systematic review of randomised clinical trials», Nutrition, Metabolism and Cardiovascular Diseases, vol. 29, no 6, p. 531-543. Doi : 10.1016/j.numecd.2019.02.004.

Articles Connexes