Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Voyage

09 août 2013

Conseils pour une retraite à l’étranger sans soucis

Vous prévoyez résider à l'étranger (ou au moins y faire de longs séjours) pendant votre retraite? Avant de s’installer dans un autre pays, il faut bien se préparer. Quelques conseils.

Envie de prendre le large aussitôt l’heure de la retraite sonnée? Avant de s’installer dans un autre pays, il faut s’assurer de bien se préparer pour couler des jours tranquilles. Voici comment.

1. Choisir le pays qui convient le mieux à nos besoins

Pour éviter les mauvaises surprises, mieux vaut effectuer des recherches approfondies avant d’arrêter notre choix. En commençant par les points suivants:

  • le climat (Internet nous permet d’étudier les statistiques pour chaque endroit visé et de découvrir quelles sont les conditions météo à chaque saison);
  • le coût de la vie (incluant les taxes et impôts);
  • les options d’hébergement;
  • l’aspect culturel (ce qui comprend les barrières linguistiques);
  • la facilité d’accès pour les parents et amis qui viendront nous voir;
  • la possession d’animaux de compagnie.

Outre la Floride et l’Arizona, lieux de prédilection de nombreux retraités, il existe d’autres endroits intéressants. Les spécialistes du magazine américain International Living publient chaque année un palmarès des pays les plus abordables et qui offrent des avantages aux aînés, comme des réductions dans les transports ou sur les factures d’électricité, de faibles impôts fonciers ou l'exemption de certaines taxes. En 2013, l’Équateur, le Mexique, le Costa Rica et l’Espagne se trouvent parmi les destinations de choix.

2. Vérifier quels sont les règlements en matière de séjour à l'étranger

Qu’il s’agisse d’une installation temporaire (des séjours plus ou moins longs chaque année) ou définitive (veut-on alors faire la demande pour obtenir un statut de résident permanent ou de citoyen ou encore opter pour la double citoyenneté?), il faut se rappeler que toutes ces possibilités ont leurs implications légales et fiscales particulières. Il est préférable de faire appel à un spécialiste en fiscalité ou à un avocat pour y voir clair et prendre la décision qui convient à nos besoins. Bon à savoir : le Canada a signé des conventions fiscales avec un grand nombre de pays, ce qui peut éviter la double imposition et ou permettre de réduire l’impôt (visitez le site Web de l’Agence de Revenu du Canada pour plus de renseignements).

3. Se rassurer à propos de nos pensions

Même à titre de non-résident du Canada, on peut recevoir des prestations du Régime de pensions du Canada (RPC), du Régime de rentes du Québec (RRQ) et de la Sécurité de la vieillesse (SV), pourvu qu’on réponde aux critères d’admissibilité. À noter qu’il y a une retenue d’impôt de 25 % sur ces revenus, ainsi que sur ceux qui proviennent de revenus locatifs ou de pensions de régimes privés tels les REER collectifs et les régimes complémentaires de retraite. Pour de plus amples renseignements, consultez le site Prestations du Canada.

Très utile : la foire aux questions du RPC et de la SV pour les pensionnés résidant à l’étranger permet d’en apprendre davantage sur le versement automatique, ou les avantages à recevoir les paiements dans la devise locale.

4. Gérer notre santé à l’étranger

L’Agence de la santé publique du Canada conseille de visiter une clinique de santé ou de voyageurs au moins 6 à 8 semaines avant le départ du Canada pour recevoir, si nécessaire, les vaccins appropriés.

Côté assurances : un examen médical permettra de prévoir quels seront nos besoins dans notre pays d’accueil. Si on juge que les services médicaux offerts sur place ne parviendront pas à les combler ou que les coûts des soins sont trop élevés, on se protège avec une assurance santé privée avant de partir. À retenir : l’assurance maladie du Québec ne couvre pas les personnes ayant été absentes de la province 183 jours ou plus pendant une même année; il faut dans ce cas prendre une assurance maladie de remplacement. Autre sage précaution qui pourrait s’avérer fort utile en cas de maladie ou d’accident : être doté d’une assurance voyage vous protégera contre des frais médicaux surprise et vous fournira de l’aide quand vous serez loin de chez vous.

5. Savoir vers qui se tourner

Pour nous aider à nous préparer, on peut consulter un conseiller en sécurité financière qui se spécialise dans la retraite à l’étranger et un comptable qui a acquis une formation approfondie dans les lois de l’impôt international. On souhaite acheter un logement? Un courtier immobilier canadien dont l‘expertise couvre la région où l'on veut s'installer sera d’un grand secours.

Ressources

Articles Connexes