Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Épargne et retraite

14 janvier 2015

Investir dans une retraite en santé

Tout comme la santé financière, la santé physique est l'une des clés d'une retraite heureuse. Mon investissement dans ma retraite donne déjà des résultats.

Selon l'Indice de mieux-être des Canadiens Sun Life de cette année, sept Canadiens sur dix, ce qui est énorme, ne prennent pas leur retraite au moment où ils le souhaitent, et la principale raison pour cela est leur santé.

Aïe! J'épargne et je place mon argent depuis que j'ai 21 ans et mon plan d'action en vue de ma retraite est de travailler encore dix ans. Mais qu'arriverait-il si je tombais malade, si j'étais atteinte d'une maladie grave, si j'avais un accident grave ou si je souffrais d'une maladie chronique qui limite ma capacité de travailler et d'épargner? Je suis célibataire et il n'y a personne qui m'aidera financièrement – je ne peux compter que sur moi. Je ne veux pas dépenser mon épargne-retraite, que j'ai durement gagnée, sur des soins à domicile et des rénovations pour me permettre de mieux me déplacer, ni dans un établissement de soins de longue durée. Je veux faire de la sculpture et du canot jusqu'à ce que j'aie 70 ans, 80 ans et même plus, si je le peux.

Un peu plus tôt cette année, ma cousine m'a dit qu'elle avait décidé de se prendre en main pour améliorer sa santé. Elle a été motivée par le fait qu'elle a dû déménager sa mère, qui est obèse, et elle ne peut plus se déplacer sans l'aide de quelqu'un. Elle ne peut plus être soignée à domicile, elle réside donc maintenant dans une maison de soins infirmiers équipée de lève-personnes. Cela m'a fait réfléchir et je me suis dit que moi aussi je me dirigeais dans une voie très malsaine si je ne me prenais pas en main. Je suis issue d'une famille dont les membres ont une longue espérance de vie. Je pouvais donc entrevoir de nombreuses années pendant lesquelles j'aurais un style de vie terriblement ennuyeux et limité à moins que je fasse quelque chose.

Motivée par la situation de ma tante et par le programme de mieux-être offert par mon employeur, j'ai décidé, lorsque j'ai reçu mon remboursement d'impôt, que plutôt que de le déposer dans mon REER comme d'habitude, j'investirais autrement pour ma retraite, en privilégiant ma santé. Je me suis donc inscrite à un centre de conditionnement physique et j'ai acheté plusieurs séances avec un entraîneur personnel.

Plaçons-nous maintenant en avance rapide. Nous voici six mois plus tard. J'ai perdu 13,5 kilos, lentement et sûrement et avec beaucoup d'efforts. Lorsque j'ai commencé, je ne pouvais pas faire un seul accroupissement sans avoir des douleurs aux genoux. Aujourd'hui, je peux en faire plusieurs avec des poids qui excèdent celui que j'avais au départ – je suis certainement plus forte! Je peux aussi porter aujourd'hui des tailleurs et d'autres ensembles qui se languissaient au fond de mon garde-robe depuis tellement d'années.

Je dis à mon entraîneur à quel point je suis heureuse des résultats de notre travail ensemble. «Je me sens bien» lui dis-je. «J'aime cela et je veux continuer parce que je me sens de mieux en mieux chaque jour.»

Mon entraîneur sourit et me fait faire une autre série d'exercices avec des poids encore plus lourds.

 

Articles Connexes