Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Épargne et retraite

24 juin 2011

Génération Y : le REER ou l’hypothèque?

Les travailleurs de la génération Y vivent à fond, sans compromis à leur qualité de vie. Sont-ils conscients du besoin de préparer leur retraite?

Les travailleurs de la génération Y, ou génération du millénaire, sont nés à partir des années 1980. C’est une des nouvelles réalités du marché du travail puisqu’ils arrivent en force pour remplacer les baby-boomers qui prennent le chemin de la retraite. Les membres de la génération Y diffèrent tellement des baby-boomers que les employeurs doivent revoir leur gestion du personnel.

Nés à l’ère de l’informatique, ils ont grandi parmi les ordinateurs, en ont vu les possibilités et n’ont aucune peur de la technologie – ni du changement. Ils recherchent le bonheur personnel et la réalisation de soi, et préféreront choisir des projets stimulants et mettre leur créativité à profit plutôt que de choisir une carrière ou la stabilité d’emploi.

Dans un tel contexte, comment voient-ils l’avenir à long terme? À vingt-cinq ans, le mot retraite évoque une réalité si lointaine que bien des préoccupations – beaucoup plus immédiates – auront rapidement le dessus…

Catherine Corriveau est une jeune professionnelle des relations publiques qui débute sa carrière. À 24 ans, un an et demi après avoir terminé ses études, elle avoue avec un sourire : «En ce moment, j’épargne pour une mise de fonds afin de m’acheter un condo avec mon conjoint. Je suis consciente que je vais devoir mettre des sous de côté rapidement. Mais, pour moi, ma priorité c’est de rembourser mes dettes d’étude et me payer un toit à moi. Dès que j’aurai mon condo, je prendrai des REER.»

Pour bien des jeunes comme Catherine, il est difficile d’ignorer ses dettes, qu’elles soient les prêts étudiants, prêts automobiles, etc., et selon un article du magazine Conseiller, les experts se questionnent aussi à savoir si les jeunes sont mieux de payer ces dettes avant d’investir, activité qu’ils feront lorsqu’ils auront un revenu plus élevé.

Si les membres de la génération Y vivent à fond, sans compromis à leur qualité de vie,  tout en faisant souvent face à d’importantes dettes, comment explique-t-on que même s’ils ne le font pas immédiatement, ils sont pleinement conscients du besoin de préparer leur lointaine retraite?

«C’est une génération qui a grandi sensibilisée aux problématiques d’aujourd’hui, soit l’endettement du système de santé, le vieillissement de la population, le questionnement face à savoir si nos régimes de retraite seront encore disponibles pour eux», explique Eugénie Harrouch, une spécialiste des ressources humaines. C’est entre autres pour cette raison qu’ils sont plus sensibles à la participation des employeurs dans des programmes de retraite collectifs comme avantage social.» Il est démontré qu’un employeur offrant de meilleurs avantages ou un régime à la carte plus alléchant attirera plus facilement des candidats qualifiés et cette tendance n’ira qu’en augmentant avec la génération Y puisque ce sera un de leurs critères importants.

Selon un article du magazine Conseiller, les jeunes ont besoin d’un petit coup de pouce fiscal et cet article donne également quelques pistes pour les aider à commencer à épargner.

Le site jesuispauvre.com est un blogue animé par plusieurs jeunes qui traite d’actualités financières. En plus de conseils de toutes sortes, on y trouve un dossier étoffé sur les régimes de retraites, vus d’un œil de novice.

Pierre-Olivier Langevin a été initié à l’épargne très jeune par ses parents et a vite eu la piqûre des investissements… et de la Bourse. Il transpose sa passion sur un blogue où il partage les nouvelles financières ainsi que ses propres investissements.

Ces jeunes investisseurs démontrent bien que la génération Y est pleinement consciente du besoin d’investir et ce rapidement. Comment les y inciter encore plus vite? «Quand je lis des articles où on me démontre clairement, en me donnant des chiffres, de l’impact de commencer à cotiser jeune, ça me motive», conclut Catherine Corriveau.

 

Articles Connexes