Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Épargne et retraite

31 décembre 2018

4 façons d’épargner davantage pour la retraite

Pas toujours facile d’épargner? Il existe des moyens simples de mieux garnir votre bas de laine.

Chris Chapman, président de Derailleur Consulting Inc., cabinet-conseil spécialisé en formation et en encadrement pour les entreprises, a un horaire chargé, mais il trouve le temps de gérer ses finances.

Quand la période des impôts approche, il fait habituellement un placement en un seul versement (environ 15 % de son revenu brut) dans un portefeuille équilibré de fonds négociés en bourse (FNB). «Je laisse aller pendant un an et je rééquilibre les distributions dans le temps des impôts, explique-t-il. Ce n’est pas très créatif, mais ça semble bien fonctionner jusqu’à maintenant.»

Cependant, comme l’impôt gruge son revenu et que le coût de la vie augmente chaque année, il cherche toujours des moyens d’épargner davantage et de payer moins d’impôt. «Je travaille avec un comptable pour examiner ce que je veux accomplir et de quelle façon je peux y parvenir de la manière la plus rentable», précise-t-il.

La plupart des gens sont comme lui : ils épargneraient davantage s’ils le pouvaient. Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire, souligne Justin Ezekiel, directeur, fiscalité et planification successorale à la Financière Sun Life. Selon une étude réalisée par une banque canadienne en 2018, 53 % des Canadiens ignorent s’ils épargnent suffisamment pour la retraite. «La plupart des gens n’épargnent pas assez, affirme-t-il. Ils prévoient travailler jusque dans la soixantaine avancée, et même après.»

Que vous ayez déjà commencé à épargner ou que vous deviez vous y mettre, voici 4 moyens d’optimiser votre épargne :

1. Automatisez votre épargne

Le régime enregistré d'épargne-retraite (REER) et le compte d'épargne libre d'impôt (CELI) demeurent les meilleurs instruments d’épargne à long terme. Pourtant, selon Statistique Canada, seulement 65 % des Canadiens s’en servent. Le problème? Les gens ont tendance à faire un seul versement par année. Or, selon les planificateurs financiers, avec cette approche, on risque d’oublier de cotiser.

«Il vaut mieux faire des versements automatiques du compte-chèques au REER ou au CELI toutes les deux semaines ou tous les mois», affirme Jason Heath, planificateur financier. Ainsi, vous êtes certain d’épargner.

Réfléchissez aussi au type de compte où investir. Selon M. Heath, les REER conviennent bien aux personnes dont le revenu se situe dans une tranche d’imposition élevée et qui prévoient retirer leur épargne-retraite lorsqu’elles seront moins imposées. Le CELI est habituellement avantageux pour les gens qui gagnent 30 000 $ ou moins.

«Si votre revenu se situe dans une tranche d’imposition peu élevée pendant la période où vous faites vos versements, il se pourrait que vous soyez plus imposé une fois à la retraite, dit-il. En général, le CELI est une meilleure option pour les personnes à revenu faible ou modeste.»

2. Achetez des titres avec dividends

M. Ezekiel souligne que les titres qui versent des dividendes peuvent aussi vous permettre d’épargner davantage. Lorsqu’ils sont distribués, les dividendes peuvent être payés au comptant (et utilisés pour régler les dépenses quotidiennes) ou réinvestis dans des titres supplémentaires.

Si vous aviez investi dans les titres de l’indice composé S&P/TSX ces cinq dernières années, vous auriez obtenu un rendement de 26 %. Et si vous aviez détenu des actions de toutes les sociétés de l’indice, vous auriez vu votre placement augmenter de 41 % compte tenu de tous les dividendes, selon le site TMXMoney.

De plus, les dividendes de sociétés ouvertes canadiennes qui sont détenus dans des comptes non enregistrés sont moins imposés que le revenu ordinaire grâce au crédit d’impôt pour dividendes.

«Dans certaines provinces, si vous n’avez pas de revenus d’autres sources, vous pouvez toucher un peu plus de 50 000 $ en dividendes admissibles libres d’impôt, souligne M Ezekiel. Ce scénario est improbable étant donné que les gens ont généralement d’autres revenus, mais il montre bien que le crédit est avantageux, surtout dans les tranches d’imposition peu élevées.»

3. Optez pour des fonds distincts comportant des garanties

Autre option à envisager, le contrat de fonds distincts est un contrat d’assurance combiné à des placements axés sur le marché. Il comporte des avantages comme des options de revenu garanti ou de valeur minimale garantie à la date d’échéance. «Les contrats de fonds distincts existent en plusieurs versions, indique M. Ezekiel. Par exemple, certains garantissent une partie du capital investi, tandis que d’autres garantissent un revenu à vie.»

M. Ezekiel ajoute que les options de revenu garanti sont largement fonction de la somme placée et de l’âge du rentier (la personne assurée au titre du contrat).

«Les personnes âgées et les investisseurs prudents trouvent ce produit utile comme complément à leur régime de retraite parce qu’il leur procure un revenu garanti leur vie durant», explique-t-il.

Selon lui, ce produit convient aussi aux propriétaires de PME parce qu’il peut être utilisé comme un régime de retraite qui leur procurera des fonds à vie. «Le propriétaire peut placer son épargne dans un contrat de fonds distincts au moment de la retraite ou lorsqu’il s’y prépare. Et plus vite on investit dans ce type d’instrument, plus vite on se protège contre un repli important du marché.»

4. Portez attention aux rendements

Il n’y a qu’une seule façon de faire croître votre épargne : vous devez profiter des occasions de rendement que procurent les marchés. Comme vos rendements varieront selon vos objectifs et la phase où se situent les marchés dans leur cycle (les actions et les obligations fluctuent à la hausse et à la baisse), vous devez bâtir un portefeuille qui vous procurera le rendement dont vous avez besoin.

«Ce n’est jamais une bonne idée de modifier sans cesse ses placements, mais il faut quand même être attentif aux rendements de ses fonds et à ceux des fonds similaires», signale M. Ezekiel.

«Si vous voyez qu’un fonds comparable à un fonds que vous détenez affiche toujours un meilleur rendement, envisagez d’en changer. La performance passée n’est pas un gage des rendements futurs, mais vous devriez investir dans des fonds qui ont fait leurs preuves», ajoute-t-il.

Soyez attentif aux frais également. Pour procurer le même rendement, un fonds dont le ratio de frais de gestion (RFG) est de 2,5 % devra faire mieux par rapport au marché qu’un fonds dont le RFG s’établit à 1 %. Un fonds à RFG élevé n’est pas mauvais en soi; il procure peut-être un meilleur rendement qu’un fonds assorti d’un RFG plus faible. Mais si le gestionnaire ne peut surpasser le rendement d’un produit comparable parce que le RFG est trop haut, vous pourriez avoir une bonne raison de changer de fonds. «Ce qui compte, c’est combien on obtient pour notre placement», rappelle M. Ezekiel.

Pour l’instant, Chris Chapman se dit satisfait de sa stratégie d’épargne-retraite. Il utilise les dividendes que lui procurent ses FNB pour acheter d’autres parts, et son portefeuille croît constamment. «Je suis heureux de l’évolution de mon capital-retraite, dit-il. C’est un tracas de moins dans ma vie.»

Articles connexes