Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vos placements

29 septembre 2011

La volatilité des marchés vous inquiète? Quatre questions à poser à votre conseiller

La fébrilité des marchés et l'instabilité de l'économie peuvent rendre les investisseurs nerveux. Il est peut-être temps de communiquer avec votre conseiller pour discuter de votre épargne et de vos placements.

Les investisseurs expérimentés savent que les marchés connaissent des hauts et des bas. Les manchettes peuvent nous faire croire que «cette fois-ci, c'est différent». Cela étant dit, la volatilité des marchés peut être une excellente occasion d'avoir une conversation avec votre conseiller au sujet du rendement de votre portefeuille de placements. Vous êtes peut-être inquiet ou vous souhaitez tout simplement passer de nouveau en revue les décisions que vous avez prises il y a quelque temps déjà. Quelle que soit votre situation, voici quatre questions pertinentes que vous devriez poser à votre conseiller.

1. Où est placé mon argent?

Demandez dans quelle proportion votre argent est investi dans des actions, des fonds à revenu fixe et des liquidités. Il est possible que la répartition de votre actif soit plus qu'appropriée compte tenu de votre degré de tolérance au risque et de votre âge. «Il y a fort à parier que si votre programme de placements (celui que vous avez établi avec votre conseiller) convenait à votre situation il y a un an, il en soit de même aujourd'hui» explique Dan Richards, fondateur et PDG de Clientinsights.ca. «Il est peu probable que quoi que ce soit ait changé de façon importante.»

Vous devez tout de même vous assurer que vous ne mettez pas tous vos oeufs dans le même panier, souligne Alison Griffiths, commentatrice financière et auteure de l'ouvrage Count On Yourself: Take Charge of Your Money. Par exemple, lorsqu'un portefeuille comprend 60 % d'actions, il n'est pas rare que ce pourcentage passe à 65 %. «La meilleure stratégie pour un investisseur est de répartir son actif dans plusieurs «paniers», explique-t-elle. Dan Richards indique que les personnes à la retraite doivent vraiment s'assurer qu'elles ont suffisamment de liquidités, puisqu'elles vivent de leurs placements. «On recommande, en règle générale, des avoirs liquides suffisants pour une période de trois ans, de sorte que vous n'aurez pas à vous inquiéter de devoir liquider des placements lorsque le marché est au creux de la vague» explique-t-il.

2. Comment protéger mon portefeuille?

Étiez-vous à l'aise, au départ, avec un portefeuille composé principalement d'actions et l'êtes-vous moins maintenant? Ce serait peut-être le temps de modifier votre programme de placements. Dan Richards précise : «Vous pensiez peut-être être à l'aise auparavant avec certaines choses, mais vous ne l'êtes plus, maintenant que vous avez connu la volatilité des marchés». Selon Alison Griffiths, la plupart des gens ont trop investi dans des actions. «Même si les placements à revenu fixe et les liquidités donnent des rendements plus faibles, ils permettent d'équilibrer votre portefeuille.»

3. Quelle est la qualité de mes placements?

Demandez comment le rendement de vos fonds communs de placement se compare à celui de fonds semblables et d'un indice de référence. «Si vous constatez que vos fonds communs de placement se trouvent toujours au bas de la liste pour ce qui est du rendement, vous savez alors que vous avez un problème» affirme Alison Griffiths. «Les gens doivent vraiment obtenir cette information. Pourquoi continuer d'investir de l'argent dans un mauvais placement?»

4. Y a-t-il une meilleure solution?

Vous avez trouvé un mauvais placement dans votre portefeuille. Que faire? Demandez à votre conseiller de vous faire part de toutes les possibilités qui s'offrent à vous, explique Alison Griffiths. Les conseillers titulaires d'un permis de vente de valeurs mobilières et(ou) d'assurance peuvent offrir d'autres solutions que les fonds communs de placement, par exemple, des fonds négociés en Bourse moyennant des frais de gestion peu élevés et des produits offrant la prestation de retrait minimum garanti, souligne Jonathan Chevreau, chroniqueur au Financial Post et auteur de Findependence Day. Si vous souhaitez plutôt protéger votre capital, demandez à votre conseiller de vous parler de produits comme les fonds distincts et les rentes, suggère-t-il.

Le fait d'avoir avec votre conseiller une discussion proactive sur vos placements non seulement consolidera votre relation avec celui-ci, mais vous procurera également plus de tranquillité d'esprit.

Articles Connexes