Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vos placements

31 janvier 2019

Héritage : dépenser ou investir?

Quand on reçoit plus que l’amour en héritage (autrement dit, une bonne somme d’argent!), comment profiter au maximum de sa bonne fortune sans pour autant tout dépenser sur un coup de tête?

Votre grand-mère adorée est décédée, mais elle vous a fait la surprise de vous laisser une bonne somme d’argent en héritage. Qu’allez-vous en faire? Est-ce votre côté raisonnable ou au contraire votre côté aventureux qui va prendre le dessus? Et pourquoi pas un peu des deux? Voici 5 éléments à considérer :

1. Faire un bilan financier

Pour vous guider dans vos décisions, la première chose à faire est de réaliser un bilan de votre situation financière, recommande Nathalie Jacques, planificatrice financière et partenaire de  la Financière Sun Life. « On fait la liste exhaustive de ses emprunts ordinaires et hypothécaires ainsi que des taux d’intérêt et des mensualités qui y sont rattachés. On calcule aussi ses épargnes », conseille Mme Jacques. Cet exercice permet d’avoir une idée précise de sa situation et d’adopter une stratégie qui tient compte de l’étape de vie où on est rendu.

2. Déterminer ses objectifs et ses projets

Autre exercice indispensable : déterminer ses objectifs financiers et projets à court, moyen et long terme. « A-t-on besoin d’un petit coup de pouce pour sa retraite, veut-on financer les études des enfants, s’offrir le voyage dont on a toujours rêvé, gâter ses proches? On effectue des choix en fonction de ses priorités, puis on quantifie les montants que l’on souhaite consacrer à chaque projet et, enfin, on divise l’héritage en conséquence », explique Nathalie Jacques. Et rappelez-vous : un legs est un gain non imposable, et le fisc ne viendra pas en prélever une portion.

3. Mettre en place une stratégie fiscale

Certaines décisions seront plus avantageuses que d’autres sur le plan fiscal. « Par exemple, si on a 45 ans et qu’on a encore de la place pour cotiser dans ses REER, on pourrait en profiter pour y injecter des sommes et maximiser le remboursement d’impôt, qui pourra être réinvesti à son tour », indique Nathalie Jacques. Au bout de quelques années, une coquette somme pourra ainsi être accumulée.

Réserver de 10 000 à 15 000 $ en fonds d’urgence est aussi une bonne idée. Cela évite d’aller puiser dans sa marge hypothécaire ou, pire encore, d’utiliser ses cartes de crédit en cas de besoin. Une option serait de déposer cette somme dans un compte CELI, à l’abri de l’impôt.

4. Sécuriser son investissement

N’oubliez pas : un legs est un bien qui vous appartient en propre, même en cas de séparation. Par exemple, si vous songez à utiliser une partie de votre héritage pour effectuer d’importantes rénovations dans la maison familiale, vous pourrez récupérer ce montant sur le prix de vente de celle-ci en cas de divorce. La somme résiduelle sera ensuite partagée entre les ex-conjoints. Pour éviter bien des difficultés, il est toutefois préférable de prendre des dispositions préalables, notamment en signant à ce sujet une entente devant notaire.

5. Tenir compte de l’étape de vie

Vous avez 20, 40 ou 60 ans? La stratégie à adopter n’est pas nécessairement la même! « Dans la vingtaine, les projets ne sont pas toujours clairement déterminés et on a besoin de souplesse. Il est préférable d’avoir un accès facile à son argent, par exemple en le plaçant dans un CELI plutôt que dans un REER », indique Nathalie Jacques. À 45 ans en revanche, on cherchera plutôt à maximiser sa cotisation REER et à se débarrasser des emprunts dont les taux d’intérêt sont élevés. À 60 ans, on valide et on bonifie son plan de retraite, mais on prévoit aussi des liquidités pour se gâter un peu et couvrir certains frais (soins de santé, remplacement de l’auto, etc.). À chaque étape ses priorités!

Conseillère en sécurité financière, conseillère en assurances et rentes collectives et planificatrice financière, Services financiers conseils J & M inc. cabinet de services financiers, distributeur autorisé par la Sun Life du Canada, compagnie d'assurance-vie, et cabinet partenaire de Distribution Financière Sun Life (Canada) inc.†
Représentante en épargne collective, Placements Financière Sun Life (Canada) inc.†, cabinet de courtage en épargne collective
†Filiales de la Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie

Articles connexes