Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Protection vie

18 septembre 2018

L’assurance fait-elle partie de votre entente de divorce?

Bien que le divorce serve à rompre les attaches, lorsque votre entente comprend le versement d’une pension alimentaire, vous demeurez financièrement unis… dans la richesse comme dans la pauvreté.

La plupart des couples qui divorcent se concentrent sur la répartition des biens et la négociation de la pension, mais ils négligent trop souvent l’un des éléments importants de la vie après le divorce : l’assurance.

Que vous soyez le bénéficiaire ou le payeur d’une pension, ou que tout simplement vous commencez une nouvelle vie en solo, il est important de vérifier que votre couverture d’assurance est suffisante. Pourquoi? Posez-vous d’abord ces quatre questions :

1. Que se passerait-t-il si votre ex-conjoint décédait ─ ou si vous décédiez?

Oui, l’assurance-vie est partie intégrante de la planification financière familiale, mais elle compte aussi au moment du divorce. Si vous dépendez d’une pension alimentaire, pourriez-vous vous tirer d’affaire si votre ex-conjoint mourrait et que les paiements cessaient? Si c’est vous qui versez la pension, savez-vous que vos obligations ne s’arrêtent pas nécessairement à votre décès? Sans dispositions particulières pour assurer les paiements futurs, vos ayants droit pourraient avoir les mains liées pour très longtemps. Veillez à ce que l’ex-conjoint qui verse la pension ait un contrat d’assurance-vie dont l’autre ex-conjoint est bénéficiaire, de manière à couvrir les paiements de la pension pour ex-conjoint ou pour enfants. Songez même à inclure cela dans votre entente de séparation; avec vos avocats, voyez à ce que cette désignation de bénéficiaire soit signée en même temps que l’entente de séparation pour éviter un oubli. Et rendez la désignation de bénéficiaire irrévocable afin qu’elle ne soit pas modifiée ultérieurement. Pour vous assurer que tout est fait dans les règles, consultez un conseiller juridique indépendant.

Le montant d’assurance-vie nécessaire dépend de l’importance de la pension versée ainsi que de l’âge des enfants ou de l’étape de vie où ils sont rendus. Si les enfants sont jeunes, il est sans doute sage de prévoir couvrir davantage que les paiements de pension. Le montant d’assurance devrait tenir compte des dépenses importantes liées aux soins des enfants à long terme, notamment l’épargne en vue des études.

2. Et si l’un de vous devenait trop malade pour travailler?

Quel que soit l’ex-conjoint qui verse la pension, il doit également pouvoir assumer ses propres dépenses. L’assurance-invalidité offerte par son régime au travail pourrait bien ne pas suffire à couvrir les besoins de tout le monde. Pour le bien des deux parties, il peut être judicieux de prendre une assurance-invalidité supplémentaire pour le cas où un accident ou une maladie empêcherait l’un des deux ex-conjoints de travailler.

Si l’un des ex-conjoints reste à la maison pour prendre soin des enfants, l’assurance-invalidité demeure importante pour boucler le budget. En cas de maladie ou d’accident, il faut quelqu’un pour s’occuper des enfants. Une couverture d’assurance-invalidité assure d’avoir de quoi payer cette personne.

3. Comment assumerez-vous les dépenses médicales imprévues?

Si vous avez toujours utilisé le régime d’assurance de votre ex-conjoint, seul ou combiné à votre propre régime au travail, certains de vos besoins en matière d’assurance sont à revoir. Pensez à prendre une assurance maladie étendue pour assumer les dépenses importantes qui ne sont pas couvertes par le régime d’assurance santé de votre province ou que votre propre régime (si vous en avez un) ne couvre peut-être pas suffisamment. Une autre protection que vous pourriez facilement oublier si vous l’avez depuis plusieurs années est l’assurance médicale pour les voyages à l’étranger. Faute d’une couverture offerte par un régime au travail, vous devrez dorénavant prendre votre propre assurance au moment de voyager. Assurez-vous d’inclure ce coût dans votre budget de voyage afin d’être bien protégé si vous tombez malade ou avez un accident à l’étranger.

4. Votre assurance habitation et votre assurance auto sont-elles à votre nom?

Avez-vous acheté une nouvelle maison ou une nouvelle auto? Avez-vous fait mettre à votre seul nom le titre de propriété de votre maison et le certificat de propriété ou le contrat de location à long terme de votre auto? Si vous n’avez jamais eu d’assurance habitation ou d’assurance auto auparavant, vous devrez vous en procurer sans tarder. Il sera important de vérifier que le nom inscrit sur vos contrats d’assurance est le même que celui qui figure sur votre titre de propriété et sur le certificat de propriété ou le contrat de location à long terme de votre auto. Selon Sylvain Lachapelle , directeur, assurances des particuliers à Belair Direct, un contrat d’assurance auto ou habitation est une entente entre la compagnie d’assurance et le propriétaire d’une maison ou d’un véhicule. «Si vous n’êtes pas le propriétaire ou le titulaire du contrat de location, l’entente d’assurance n’est pas valide et vous ne serez pas couvert en cas de perte.»

Maintenant que vous redevenez célibataire, vos besoins en assurance changent. Passez en revue vos contrats d’assurance avec soin pour vérifier que vous avez la couverture qu’il vous faut.

  • Vous cherchez des moyens de concrétiser vos objectifs de vie, de santé, d'épargne et de retraite? Essayez notre outil Brillant départ.

Articles Connexes