Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Protection santé

26 septembre 2017

Qui paie pour les soins à domicile?

À court d'argent, les gouvernements se tournent davantage vers la prestation des soins de santé à domicile. Mais si vous avez besoin de plus que ce qu'offrent les programmes gouvernementaux, avec quel argent paierez-vous?

Imaginez le scénario suivant : Votre mère âgée a des crises d'arthrite qui ont empiré à tel point qu'elle ne peut plus prendre un bain sans aide et elle est de plus en plus désorientée. Cependant, elle n'est pas prête à aller dans un établissement de soins prolongés. En voici un autre scénario : Vous rentrez chez vous après une intervention chirurgicale réussie contre un cancer, mais vous avez besoin de soins durant votre convalescence. Quelle solution s'offre à vous?

Dans les deux cas, la réponse est la même : les soins à domicile. Ça ne date pas d'hier que des soins sont prodigués à la maison par des proches, des infirmières à domicile ou des préposés rémunérés (si le budget le permet). Mais aujourd'hui, l'importance des soins à domicile s'est beaucoup accrue étant donné que les faibles ressources gouvernementales sont orientées vers cette solution à moindre coût plutôt que vers les soins coûteux en établissements et que de plus en plus de gens (et de gens plus âgés) se remettent suffisamment bien d'interventions chirurgicales et de maladies graves pour pouvoir rentrer chez eux.

Le système de santé compte encore sur les familles pour assurer les soins de première ligne. Toutefois, si votre conjoint, vos frères et sœurs ou vos enfants adultes ne sont pas aptes ou disposés à s'occuper de vous – en raison de la distance, de contraintes liées à leur emploi ou à leur santé ou de la complexité des soins à prodiguer, vous devrez vous tourner vers des fournisseurs de soins externes. Les agences gouvernementales paient pour certains soins, mais il est parfois difficile de se retrouver dans ce système. Il est fort probable que vous réussissiez à obtenir des soins postopératoires adéquats pour vous-même, mais les services d'un préposé aux soins personnels prévus pour votre mère, une personne âgée atteinte d'une maladie chronique, pourraient s'avérer bien insuffisants.

Vous pouvez acheter des services supplémentaires, parfois auprès de la même agence qui offre les soins payés par l'État. Toutefois, les soins à domicile coûtent chers : les tarifs des agences privées varient de 20 $ à 90 $ de l’heure pour des soins personnels ou infirmiers, selon les données de l'Association canadienne des compagnies d'assurances de personnes.

Certaines personnes auront mis de l'argent de côté pour une telle éventualité ou seront couvertes par une assurance de soins de longue durée ou une assurance contre les maladies graves. D'autres, non. Selon l'Indice de mieux-être des Canadiens Sun Life 2013, 20 % des Canadiens ne détiennent pas d'assurances pour les soins de santé et n'ont pas mis d'argent de côté pour ces futures dépenses. Devant l'accumulation des factures de soins de santé et l'absence d'argent pour les payer, de nombreuses personnes se voient contraintes d'épuiser leur épargne-retraite, d'utiliser à fond leurs cartes de crédit ou même d'hypothéquer leur maison.

Une des façons d'éviter ce scénario lorsque vous atteindrez l'âge de votre mère est de vous procurer une couverture d'assurance pendant que vous êtes encore en bonne santé. L'assurance de soins de longue durée aide à couvrir les frais des soins donnés à domicile ou dans un établissement de soins prolongés si vous avez besoin :

  • de la supervision constante d'une autre personne parce que vos facultés mentales se sont détériorées;
  • d'une assistance physique importante pour au moins deux activités de la vie quotidienne (sur six activités faisant partie d'une liste standard, notamment vous alimenter et vous habiller);
  • d'une aide immédiate pour vous laver ou vous déplacer (du fauteuil au lit, par exemple).

L'assurance maladies graves prévoit le versement d'une somme forfaitaire que vous pouvez utiliser comme bon vous semble si vous recevez le diagnostic d'une des maladies graves couvertes par votre contrat (comme le cancer, une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral) et que vous survivez à la période d'attente prévue. Par exemple, vous pourriez utiliser cet argent pour couvrir les soins supplémentaires rendus nécessaires à la suite de votre intervention chirurgicale pour le cancer ou pour remplacer le revenu de votre conjoint qui s'est absenté du travail pour prendre soin de vous.

Si vous n'avez pas de plan pour couvrir d'éventuelles dépenses liées aux soins de santé, il peut être judicieux de consulter votre conseiller pour savoir si l'assurance de soins de longue durée ou l'assurance contre les maladies graves vous conviendrait. Avant d'en avoir besoin.

Articles Connexes