Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

18 septembre 2017

Tout ce que j’ignorais sur mes finances

Un conseiller financier peut faire bien plus pour vous que simplement vous aider à gérer vos dépenses et à planifier votre avenir. Vous pourriez être agréablement surpris.

Une simple discussion avec un conseiller sur votre situation financière peut vous apporter beaucoup. Vous pourriez par exemple découvrir que vos finances sont en moins piteux état que vous ne le pensiez. C’est exactement ce qui m’est arrivé. Je croyais que ma situation financière était désastreuse et en étais venu à penser que ma seule chance d’avoir une retraite financièrement décente était de cocher les six bons numéros au 6/49. Même si nous savions, mon épouse et moi, que nous dépensions trop, nous n’arrivions pas à élaborer une stratégie d’épargne. Nous avons donc décidé de faire appel à un conseiller avec lequel nous pourrions discuter régulièrement, dresser un plan et acquérir une véritable «vue d’ensemble».

Un regard neuf sur nos finances

Victor Grieco est un conseiller qui vit à quelques pas de chez moi. Nous avions l’habitude d’échanger quelques mots quand ma fille, ma femme et moi le croisions devant son bureau en allant acheter une crème glacée. Je tiens à préciser qu’il n’a jamais essayé de nous «vendre» ses services. Appréciant sa courtoisie, nous avons fini par lui demander de nous aider. Vic a recueilli toutes les données sur nos finances : polices d’assurance, relevés de compte de retraite et de REER, versements hypothécaires, versements du prêt-auto et solde du compte d'épargne (là c’était facile – il était à zéro!). Il nous a également demandé d’utiliser son modèle de budget pour y inscrire l’ensemble de nos revenus et de nos dépenses. Après avoir compilé et analysé toutes les données, Vic nous a remis un document de plus de 100 pages remplies de chiffres, de résumés et de recommandations. Il appelait cela un «document évolutif», qu’il allait nous aider à mettre à jour régulièrement. Voici ce que j’ai appris de cette expérience :

On peut toujours améliorer les choses

On me l’avait déjà dit souvent, mais établir un budget est très utile. Nous avons pu voir clairement ce pour quoi nous dépensions trop et ce pour quoi de petits sacrifices nous permettraient de réaliser facilement de grandes économies. Ainsi, au lieu d’aller dans un restaurant pour y regarder un match de hockey qui ne m’intéresse pas beaucoup, boire une bière qui coûte horriblement cher et payer pour un repas qui n’est pas vraiment bon, je compte à présent passer la soirée à lire un bon livre.

Il est possible de gérer ses dettes

J’ai 57 ans et je craignais de devoir continuer à rembourser mon prêt hypothécaire après ma retraite, pour peu que je la prenne à 65 ans. Nous avons trouvé une solution en créant des comptes distincts dans notre marge de crédit hypothécaire : un compte pour rembourser progressivement le principal et régler les factures ordinaires et l’autre qui limite nos dépenses à une somme mensuelle bien précise. La Banque Nationale du Canada et d’autres institutions financières proposent cette solution pour le remboursement des prêts hypothécaires et le paiement des autres factures.

Il est possible de se ménager une retraite confortable

Grâce à quelques modifications dans nos habitudes de dépenses, je pourrais, si je le souhaite, prendre ma retraite vers les 65 ans, tout en étant en mesure de faire face à nos engagements. Mon épouse a rangé nos cartes de débit et de crédit et, désormais, nous vivons uniquement sur la somme mensuelle que nous nous sommes allouée. Nous avons tiré un trait sur les achats impulsifs! Nous examinons également nos dépenses afin de vérifier que nous avons vraiment besoin de tout ce pour quoi nous payons chaque mois. Est-il encore utile de payer la télévision par satellite maintenant que nous sommes abonnés à Netflix et que nous pouvons toujours louer les films qui n'y sont pas offerts? Avons-nous encore besoin d’un abonnement de téléphonie traditionnelle, alors que nous l’utilisons à peine? En supprimant simplement ces deux dépenses inutiles, nous avons économisé près de 1 500 $ en un an… et placé cet argent dans un REER.

On a parfois de bonnes surprises

Vic a découvert plus de 50 000 $ dans un régime de pension auquel j’avais cotisé dans le cadre d’un emploi précédent et dont j’ignorais l’existence. C’est peut-être difficile à croire, mais c’est véridique. Je ne peux pas vous garantir que chaque conseiller vous donnera d’aussi bonnes nouvelles que celles que j’ai reçues. Cependant, avoir une vision claire de sa situation financière générale et élaborer un plan valent largement le temps que l’on passe à rassembler les documents, dresser un budget et participer à quelques rencontres. Mon épouse et moi voyons désormais nos finances sous un nouveau jour. Nous continuons à consulter Vic et, maintenant, je ne m’arrête même plus au kiosque de loterie!

Articles Connexes