Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

24 avril 2014

Quatre trucs pour diminuer nos dettes

Personne n’aime être endetté, mais les tentations de dépenser sont extrêmement nombreuses. Rencontre avec Suzie Labbé qui nous parle de solutions pour nous aider à contrôler nos dépenses et à diminuer notre niveau d’endettement.

Si vous vous sentez endetté, vous n’êtes pas seul!

Selon une étude publiée par TransUnion, la dette hors hypothèque moyenne des consommateurs canadiens a atteint le niveau record de 27 000 $ en 2013. Ce niveau d’endettement ne semble pas vouloir diminuer puisque TransUnion prévoit que la dette moyenne atteindra près de 29 000 $ en 2014. Ouch!

Rencontre avec Suzie Labbé*, pour explorer les solutions possibles pour nous aider à contrôler nos dépenses, à diminuer notre niveau d’endettement et à reprendre le contrôle de notre vie financière.

Q : Comment savoir si nos dettes sont trop élevées?

R : Aujourd’hui, c’est normal d’avoir recours au crédit et d’avoir certaines dettes. L’hypothèque en est d’ailleurs un bon exemple. Mais il faut savoir déterminer à quel moment notre niveau d’endettement a atteint un sommet ou est si élevé qu’il risque de devenir incontrôlable. Pour cela, nos réponses à des questions en apparence bien simples nous en disent long :

  • Est-ce que mes dépenses sont plus élevées que mon revenu? Pour le savoir, on peut regarder son budget mensuel ou son relevé de compte bancaire.
  • Est-ce qu’il me reste de l’argent que je serais en mesure de mettre de côté après avoir payé le prêt hypothécaire, l’épicerie, la facture d’électricité -- alouette! --, bref, les dépenses obligatoires?
  • Est-ce que j’ai une ou plusieurs cartes de crédit avec un solde impayé ou dont je ne rembourse que le minimum?
  • Est-ce que je frôle la limite maximale de ma ou mes cartes de crédit?
Si vous avez répondu «Oui» à l’une ou à l’autre ou à l’ensemble de ces questions, c’est le moment d’intervenir.

Q : Est-ce que vous avez des trucs pour nous aider à diminuer nos dettes?

R : Oui, et l’important c’est de ne pas se laisser abattre et de se retrousser les manches!

Le point de départ : reconnaître la situation. Le plus tôt vous prendrez le taureau par les cornes pour régler le problème, le plus tôt il sera réglé!

Ensuite, passez à l’action. Je propose trois étapes simples pour s’engager vers l’atteinte de cet objectif :

Premièrement, se faire un budget. Quelle que soit la méthode choisie -- outils en ligne, logiciels ou la bonne vieille formule papier, c’est sage! En fait, un budget, c’est un peu comme le meilleur ami de vos finances.

Un conseiller peut vous aider à faire le portrait réaliste de votre situation. Il faut savoir où va notre argent et déterminer avec certitude quel montant nous pouvons épargner chaque mois.

Deuxièmement, mettre en pratique ce que j’ai baptisé la «technique de l’enveloppe». Les petites dépenses impulsives et celles qui ne sont pas fixes chaque mois -- épicerie, essence, sorties, vêtements, etc., peuvent saboter notre budget en un rien de temps. L’idée, c’est de payer ces dépenses en argent comptant.

Allouez un montant à ces dépenses chaque semaine et mettez chacun de ces montants dans des enveloppes séparées. Vous prévoyez 100 $ d’épicerie par semaine? Vous apportez l’enveloppe «Épicerie» contenant 100 $ et c’est tout! Si la facture monte à 120 $, retirez des articles du panier. Par contre, si vous dépensez moins que prévu, vous pouvez reporter l’argent à la semaine suivante.

C’est une technique très efficace et hyperconcrète. J’ai eu comme clients un couple qui avait un revenu assez élevé, mais qui était aussi surendetté. Ils ont mis cette technique en œuvre et deux ans plus tard, toutes leurs dettes étaient remboursées!

Gardez en tête que de respecter un budget ne vous empêche pas d’avoir du plaisir! L’important, c’est plutôt de planifier ces «petits extras»! Mieux vaut analyser nos dépenses et prendre des décisions éclairées -- parfois déchirantes -- quant à nos habitudes… les bonnes comme les moins bonnes. Il faudra peut-être mettre une croix pour un temps sur le blouson dernier cri tant convoité. Mais pour citer Dominique Bertrand et son article Beau, bon, pas cher : «Contrairement à ce que l’on pourrait croire, disposer d’un budget restreint ne nous empêche en rien d’acquérir une garde-robe enviable.»

Troisièmement, savoir résister à la tentation de recourir au crédit. Bien sûr, avoir une carte de crédit comporte des avantages majeurs, mais il faut faire preuve de discernement. Premièrement, si vous avez plus de deux cartes de crédit, demandez-vous si elles vous sont toutes réellement utiles. Si la réponse est non, alors annulez-les!

Le crédit devrait être utilisé seulement pour des dépenses que vous savez que vous pourrez rembourser rapidement. Gardez en tête les intérêts pour les retards et les défauts de paiement et ce qu’ils peuvent faire à votre réputation financière, c’est-à-dire, à votre cote de crédit.

Q : Que faire si ces trucs n’ont pas eu le succès escompté sur la diminution de nos dettes? 

Si vos dettes font en sorte que vous ne pouvez plus joindre les deux bouts, vous pourriez considérer de consolider vos dettes. La consolidation de dettes est tout simplement un prêt qui est obtenu auprès d’une institution financière pour rembourser l’ensemble de vos dettes. Le taux d’intérêt consenti pour ce prêt pourrait également être moindre que celui qui s'applique actuellement, ce qui, au final, réduit également le montant mensuel à payer. Ce prêt peut vous simplifier la vie, tout d’abord parce que vous n’effectuez qu’un seul paiement par mois, mais aussi parce que vous pouvez rembourser vos dettes sur une plus longue période (maximum 5 ans). Lorsqu’elle est possible, cette option est très souvent une excellente solution.

Personne n’aime être endetté, mais les tentations de dépenser sont extrêmement nombreuses. Fort heureusement, il existe des moyens simples pour nous aider à contrôler nos dépenses et à diminuer notre niveau d’endettement. Suffit de les mettre en œuvre!

Suzie Labbé offre conseils, produits et services financiers aux Québécois de la région de Québec depuis 21 ans. Vous voulez faire comme Suzie et devenir conseillère? Voyez si vous avez la bosse Financière Sun Life.

Articles Connexes