Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

20 avril 2015

Quand commencer à parler d’argent avec les enfants?

Comment apprendre aux enfants que l'argent ne pousse pas dans les arbres? Comment faire comprendre aux ados que notre budget n'est pas extensible à l'infini? Voici quelques conseils qui vous seront utiles.

Petits, ils veulent des jouets et des bonbons. Ados, il leur faut un téléphone intelligent, un ordinateur portable, une panoplie de gadgets technos, des vêtements griffés, des équipements de sport dernier cri. Impossible de ne pas parler d'argent avec les enfants. Mais quand commencer à le faire, et comment s'assurer que le message est bien adapté à ce qu'ils sont en mesure de comprendre?

Avec les plus jeunes

Très petits, les enfants intègrent la façon dont leurs parents considèrent et traitent tout ce qui touche à l’argent. «Vos habitudes parlent pour vous», affirme l’orthopédagogue France Paradis, qui donne des conférences sur les enfants et l’argent. Ainsi, la place que l'argent occupe dans notre vie et notre façon de le dépenser -- donc les choix que nous faisons en matière de consommation -- sont autant de messages que nous passons. «Par exemple, quand votre enfant vous voit comparer deux produits au magasin ou qu’il vous entend parler de votre budget pour les vacances, il en retire quelque chose», explique-t-elle.

Cela dit, il importe de commencer tôt à apprendre aux enfants qu’il y a un lien entre les biens que nous possédons (ou que nous souhaiterions avoir) et l’argent. On peut ainsi profiter des premiers désirs qu'ils expriment, vers trois ou quatre ans, pour leur enseigner que les choses ont un coût («Il faut des sous pour acheter ce chandail de la Reine des neiges»). Initiez-les aussi à la notion de choix. «Les enfants doivent comprendre très jeunes qu’ils ne peuvent pas tout avoir», dit Émilie Bernet-Pelletier, conseillère en éducation à la consommation à l’ACEF de l’Est de Montréal.

Par exemple, il est utile d'expliquer aux enfants, dès qu'ils ont cinq ou six ans, que les guichets automatiques n'ont rien de magique : «Un guichet, c’est comme une grosse tirelire. Quand je travaille, je reçois de l’argent et je le dépose à la banque. Ensuite, la banque met cet argent dans le guichet pour que je puisse l'avoir.»

L’argent de poche, oui ou non?

Si vous souhaitez apprendre à vos enfants à gérer leur argent, l'argent de poche peut être un excellent moyen; on peut commencer à leur en donner dès qu'ils ont sept ou huit ans.

Pour leur inculquer l’habitude de l’épargne, Mme Bernet-Pelletier suggère de les inciter à mettre une partie de leur argent de poche de côté en vue de réaliser un projet, comme l’achat du jouet dont ils rêvent. On peut alors les aider à calculer le nombre de semaines qu’il leur faudra pour accumuler le montant nécessaire. «Vous leur enseignez ainsi à se fixer des objectifs et à économiser pour les atteindre, donc à ne pas tout dépenser d’un coup; ils apprennent qu'il faut parfois attendre avant de satisfaire nos désirs», dit-elle.

Toujours dans l’optique de leur inculquer la valeur de l’argent, vous pouvez leur demander d’utiliser leur argent de poche pour des dépenses que vous assumiez pour eux auparavant. Par exemple, un enfant de 9 ans peut payer une partie du cadeau qu’il apporte à la fête d’anniversaire d'un ami, et une adolescente de 15 ans peut payer certaines de ses sorties et certains de ses produits de soins personnels. C'est une bonne façon d'enseigner à nos enfants à faire des choix en fonction d'un budget.

Il faut alors fixer le montant de l’argent de poche en fonction des dépenses que les enfants devront désormais assumer. Claude Campeau, père de deux ados, donne 5 $ par semaine au plus jeune, qui a 14 ans; par contre, l’aîné, qui a 17 ans, reçoit 50 $. «Ça peut paraître beaucoup, mais, avec ces 50 $, il paie tous ses vêtements, toutes ses sorties, ses repas quand il mange à la cafétéria du cégep et sa carte mensuelle d’autobus. Je verse le montant dans son compte de banque, il doit donc se servir de sa carte de débit pour payer ses achats et pour retirer de l’argent. C’est donc moins tentant pour lui de tout dépenser.»

Comme le montre cet exemple, l'une des choses les plus importantes est d'apprendre aux enfants à gérer leur argent. Et, pour y arriver, nous devons nous assurer que notre façon de procéder est bien adaptée à ce qu'ils comprennent vraiment et aux responsabilités qu'ils sont réellement capables d'assumer.

Et l'épargne?

S’il est essentiel de guider les enfants et de les responsabiliser quant à l’argent, quelle attitude devons-nous avoir à l’égard de l'épargne : faut-il seulement les encourager à épargner ou bien les contraindre à le faire? France Paradis pense qu'il ne faut pas les y obliger : «C’est à eux de décider ce qu’ils veulent faire de leur argent. Toutefois, ils doivent savoir que s’il ne leur en reste plus au bout de deux jours, ils devront en assumer les conséquences. Si, chaque fois que ça se produit, les parents cèdent et renflouent leurs enfants, ceux-ci ne tireront aucun enseignement de leur comportement.»

En matière d'épargne -- comme pour tout ce qui touche l'argent --, les parents sont des modèles pour leurs enfants, rappelle Émilie Bernet-Pelletier. «Si le magasinage est votre activité favorite, si vous vivez à crédit, c’est ce que vous apprenez à faire à vos enfants. Le premier pas à faire pour inculquer aux enfants une attitude saine à l’égard de l'argent, c’est d’être soi-même un consommateur avisé et responsable.»

Articles Connexes