Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

Simplement brillant
18 avril 2013

Mes décisions financières : des plus mauvaises aux plus astucieuses

J’ai fait quelques erreurs spectaculaires avec mon argent au fil des ans, mais j’ai aussi fait suffisamment de choses astucieuses pour que nous soyons aujourd’hui tout de même en bonne position.

Mauvaises décisions financières? Je sais malheureusement de quoi je parle.

J’ai déjà perdu des dizaines de milliers de dollars dans le REER de ma femme en plaçant trop d’argent, pour les mauvaises raisons, dans de mauvais placements. C’était stupide, en effet.

Fait étonnant, malgré mes erreurs, j’ai tout de même réussi avec le temps à atteindre la plupart de nos objectifs financiers (en partenariat avec ma pauvre femme, dont j'ai mis la patience à rude épreuve!) J’ai aussi fait certaines choses astucieuses avec notre argent.

Je vous fais part de mon expérience dans l’espoir que vous pourrez apprendre de mes erreurs -- et aussi de mes tactiques les plus fructueuses, dont certaines pourraient vous intéresser. Veuillez noter toutefois que les décisions financières les plus astucieuses dont je parle ici sont celles qui ont bien fonctionné pour nous; elles pourraient ne pas fonctionner pour vous. Divulgation : Je ne suis pas conseiller professionnel. Par conséquent, libre à vous de ne pas être d’accord avec moi, mais ne me poursuivez pas, d’accord?

Mes plus mauvaises décisions financières

  1. Confiance excessive dans les placements. Le risque ne me faisait pas peur comme il l'aurait dû. Vous savez déjà comment ça s'est terminé.
  2. Manque de confiance à propos de l'assurance-vie. C'est pourquoi j'ai repoussé pendant longtemps le moment d'en souscrire une.
  3. Pas de testament pendant des années. (Ma femme et moi n'avons toujours pas rédigé de testament biologique.)
  4. Investir en se fiant à des «tuyaux en béton» et ne jamais décrocher le gros lot.
  5. Ignorer l'épargne collective au travail (p. ex., un REER collectif et un régime de retraite à cotisations déterminées) pendant des années. J'y ai perdu.
  6. Transformer mon régime à prestations déterminées en un régime à cotisations déterminées quand un ancien employeur m'a poussé à le faire, sans avoir compris le risque supplémentaire que j'acceptais ainsi.

Mes décisions financières les plus astucieuses

  1. Vivre selon nos moyens. Ma femme et moi établissons un budget et fixons des priorités parce que nous savons que nous ne pouvons pas tout avoir.
  • Nous achetons une seule voiture, peu coûteuse et économique sur le plan de la consommation, et nous la gardons jusqu'à ce qu'elle rende l'âme.
  • Lorsque nous nous sommes aperçu que notre maison était trop grande et nos épargnes retraite trop modestes, nous avons réglé les deux problèmes en déménageant.
  • Le montant de notre facture de câble / téléphone / Internet est à peu près la moitié de ce qu'il pourrait être.
  • Nous ne louons pas de voiture ni quoi que ce soit d'autre.
  • Nous entretenons la maison et effectuons les gros travaux nous-mêmes.
  • Nous payons nos factures à temps.
  1. Prendre un rôle actif dans nos finances. Ma femme et moi avons acquis des connaissances financières bien avant que ça ne devienne à la mode.
  • Nous lisons tous nos relevés financiers, d'assurance et de placement.
  • J'ai appris comment utiliser un tableur.
  • J'établis régulièrement un relevé de notre valeur nette pour que nous sachions quelle est notre situation.
  • Je m'intéresse, avec mesure, à nos placements.
  1. Obtenir de bons conseils. Nous ne confions notre argent qu'à des institutions financières solides et réputées. Pas de Bernie Madoff pour nous.
  • Nous avons découvert un très bon conseiller financier. Il nous conseille, mais ne prend pas les décisions pour nous.
  • J'ai fait les calculs avec notre conseiller pour voir si je pouvais réaliser mon rêve et prendre une retraite anticipée.
  1. Élever nos enfants pour qu'ils soient indépendants. Ils ne vivent pas dans notre sous-sol et n'ont pas tout le temps accès à nos porte-monnaie.
  • Quand ils étaient jeunes, nous leur donnions un peu d'argent de poche. S'ils réussissaient à épargner (plutôt qu'à dépenser), nous leur donnions une «prime-épargne» équivalente.
  • Nous avons souvent dit «non» à nos enfants.
  • Nous avons dit «oui» pour leur éducation, avec certaines limites.
  1. Nous protéger. J'ai été prévoyant dans la gestion de ma carrière. Pour notre famille à un seul revenu, c'était les bases de notre sécurité financière.
  • Nous avons souscrit une assurance-santé personnelle lorsque nous le pouvions encore.
  • Nous conservons une assurance-vie d'un montant adéquat.
  1. Planifier. Nous avons tout d'abord remboursé notre hypothèque et, ensuite, avons fait de l'épargne-retraite notre priorité.
  • Nous avons versé les cotisations maximums à nos REER pratiquement tous les ans.
  • Nous avons aussi cotisé le plus possible à des comptes d'épargne libres d'impôt (CELI).
  1. Collaborer. J'ai épousé une femme qui partage les mêmes valeurs que moi à propos de l'argent.
  • Nous n'avons pas de secret d'ordre financier l'un pour l'autre. Nous parlons d'argent.
  • Nous nous sommes nommés mutuellement bénéficiaires de nos comptes de placement pour économiser éventuellement sur les frais d'homologation.
  • Nous nous sommes spécialisés : je m'occupe des assurances et des placements, ma femme s'occupe des opérations bancaires courantes.
  1. Prendre sa retraite sans dettes.

Lecteurs : Auriez-vous vécu quelques expériences personnelles édifiantes (ou dont vous êtes moins fiers) avec votre argent dont vous voudriez parler? Dans l’affirmative, je vous invite à nous les relater ci-dessous.

Articles Connexes