Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

20 août 2018

Guide pour que votre argent traverse les générations

Grâce à une planification fiscale et successorale minutieuse, vous pouvez vous assurer que votre héritage sera utile à vos enfants – puis à leurs enfants.

Beaucoup de personnes se contentent d’épargner juste ce qu’il faut pour financer leur retraite et laisser un petit quelque chose à leurs enfants adultes, mais de plus en plus de gens, particulièrement les plus fortunés, souhaitent que leur argent dure au-delà d’une génération.

Certains possèdent des entreprises qu’ils voudraient voir diriger par leurs petits-enfants, d’autres ont bâti un patrimoine suffisant pour mettre les générations futures à l’abri des mauvaises surprises s’il est bien géré.

«Depuis une vingtaine d’années, nous constatons qu’un nombre impressionnant de personnes provenant de milieux modestes ont monté des entreprises florissantes. Certains entrepreneurs les ont vendues 100 millions de dollars», explique Ron Walsh, associé du cabinet de comptables professionnels agréés Walsh King, de Vancouver.

«Ces entrepreneurs prospères, affirme-t-il, planifient maintenant l’héritage qu’ils souhaitent laisser à leurs enfants – et aux générations qui suivront.»

Ceux qui souhaitent que leur argent traverse le temps devront planifier minutieusement leur héritage. Le capital doit être protégé des impôts, des litiges, de l’inflation et des problèmes de succession potentiels – et il faut aussi continuer d’assurer la croissance des actifs. Voici quelques stratégies pour vous assurer que votre argent profite aux générations futures. 

Fixez des objectifs

Selon Jennifer Poon, directrice, fiscalité et planification successorale à la Financière Sun Life, il est essentiel que vous énonciez vos objectifs de placement. Votre planification reposera sur les rendements dont vous avez besoin et les risques que vous êtes prêts à prendre.

«Si vous souhaitez que votre capital dure pendant plusieurs générations, vous devrez opter pour des méthodes de placement différentes de celles que vous auriez choisies normalement pour transférer votre patrimoine à vos propres enfants», indique-t-elle.

Établissez une structure

Pour faire durer votre patrimoine, vous pouvez entre autres transférer vos biens dans une fiducie. Le fiduciaire (une personne ou une entreprise de votre choix) peut alors donner des directives pour que l’argent soit placé comme vous le souhaitez. «Cela peut protéger votre argent contre les erreurs de placement que pourraient faire vos héritiers», fait valoir Mme Poon.

«Si vous laissez de l’argent à une personne que vous désignez et que cette personne prend une mauvaise décision, vous pourriez tout perdre», souligne-t-elle.

Il est possible d’établir une fiducie en faveur de vos descendants. Ils sont alors les seuls à recevoir le capital ou les biens, et l’actif de la fiducie est protégé contre les créanciers ou les effets d’un divorce. L’actif de fiducies qui ne sont pas créées par testament peut également échapper à l’homologation.

Vous pouvez en outre établir très précisément les modalités de paiement des sommes versées au titre de la fiducie, comme faire varier les sommes attribuées aux bénéficiaires en fonction de l’âge (p. ex., 18 ans et 25 ans) ou exiger que ceux-ci terminent l’université ou franchissent une autre étape clé dans le but de les protéger et de préserver leur argent. «Un conseiller juridique d’expérience doit rédiger la fiducie pour s’assurer que toutes les exigences qu’elle comporte peuvent être mises en application», rappelle Mme Poon.

«Les bienfaiteurs ne souhaitent pas que les sommes importantes fassent plus de tort que de bien», ajoute-t-elle.

Songez aux fonds distincts

Selon Mme Poon, de nombreux bienfaiteurs qui ont une épargne moyenne estiment que les fonds distincts peuvent aussi leur offrir la sécurité qu’ils recherchent.

Les fonds distincts sont offerts par les compagnies d’assurance. Ils sont semblables aux fonds communs de placement parce que ce sont des placements axés sur le marché, mais ils présentent des garanties particulières, notamment le bénéficiaire (ou encore le titulaire de contrat à l’échéance) peut toucher une somme garantie.

De plus, parce que ce sont des contrats d’assurance, ils peuvent également être protégés contre les créanciers, un avantage dont on ne peut pas bénéficier habituellement avec un produit de placement non enregistré.

Les contrats de fonds distincts offrent également des avantages sur le plan de la planification successorale. Si vous désignez un bénéficiaire, la «prestation de décès» lui sera versée directement, comme dans le cas d’une assurance-vie; elle ne passera pas par l’étape du règlement de la succession et, de ce fait, ne sera pas assujettie à l’homologation. Ainsi, le règlement de la prestation demeure privé, le processus de transfert est rapide et il n’y a pas de frais juridiques et comptables additionnels. 

Diversifiez vos placements

En ce qui a trait au choix des instruments et des modes de placement, M. Walsh suggère d’opter pour la diversification.

Selon lui, plus la composition de l’actif est variée, mieux c’est.

Les personnes dont le capital est plus élevé et qui bénéficient d’un horizon temporel plus long ont davantage de choix et peuvent prendre en considération plus de stratégies de fonds spéculatifs ou de projets immobiliers.

«La plupart des investisseurs, dit-il, devraient placer de l’argent dans des actions ou des fonds qui englobent tous les secteurs – technologies, ressources naturelles et marchés mondiaux.»

«Vous devez vous assurer de pouvoir profiter des secteurs qui vont bien et d’atténuer ce qui vous amènera de grosses pertes», conseille-t-il.

Pour créer votre héritage, envisagez une approche de placement plus axée sur la croissance, favorisant par exemple les marchés émergents ou les entreprises de plus petite taille qui sont appelées à croître. Les placements productifs de revenu, comme les obligations, représentent une option efficace pour l’épargne-retraite, mais ils ont une valeur limitée quand il s’agit de constituer un héritage – du moins jusqu’au début des retraits.

Continuez de perfectionner la structure de votre succession et la composition de votre actif et assurez-vous de discuter d’argent avec vos héritiers, y compris de la manière de le partager et de le préserver.

«Lorsqu’on voit une deuxième, voire une troisième génération gérer avec succès un imposant capital, fait valoir M. Walsh, on peut imaginer que cela est largement attribuable au fait que la famille s’est efforcée de préserver l’harmonie familiale.»

Autres lectures intéressantes

Articles Connexes