Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

15 janvier 2016

Finances personnelles : les notions de base

Vous souhaiteriez mieux gérer vos finances, mais vous ne savez pas comment? Voici trois notions simples avec lesquelles vous pourrez commencer.

« Les gens sont de plus en plus sensibilisés à l'importance de mieux comprendre leurs finances – et de mieux les gérer –, mais bien souvent ils ne savent pas comment faire ni où aller chercher l'information et les outils dont ils ont besoin », affirme Jocelyne Houle-LeSarge, présidente de Question Retraite.

La réponse est pourtant simple, selon elle : il faut commencer par la base, c'est-à-dire par faire un budget pour pouvoir épargner. « C'est simplement une habitude à prendre, poursuit-elle. Faire un budget, dans sa plus simple expression, c'est uniquement noter combien on gagne et combien on dépense, et ça nous permet de voir si on a un surplus ou au contraire un déficit. »

Savoir faire un budget

Pour faire un budget, on peut utiliser des outils assez simples : le site Internet de Question Retraite, par exemple, met à la disposition des internautes une grille budgétaire; on en retrouve aussi sur le site d'Option consommateurs ou sur celui de l'ACEF de l'Est de Montréal. Quant à l'Autorité des marchés financiers, elle offre un moyen pratique d'établir l'état de santé de nos finances et de faire un budget, en plus d'une grille budgétaire spécialement conçue pour les jeunes.

Une fois le bon outil en main, il suffit de se lancer! Mais c'est souvent là que ça freine. Comment se motiver? « Le premier conseil que je donnerais à quelqu'un qui décide de commencer à faire un budget, c'est de dédramatiser la question, et de se donner le droit à l'erreur », avance Simone Bilodeau, conseillère budgétaire à l'ACEF Rive-Sud de Québec. Par exemple, si l'on fait un budget, que l'on s'en écarte un peu et qu'à la fin du mois on réalise que l'on a dépensé plus que prévu, il ne faut pas se décourager : un budget, c'est justement ce qui permet de repérer rapidement ce genre de dépassement et de le corriger dans les mois suivants.

Mais la plus grande motivation reste l'effet que cet exercice peut avoir sur la qualité de vie. Sans budget, on tend à s'endetter davantage, parce que l'on avance un peu dans le brouillard : « C'est très stressant de ne pas savoir où on en est et où on s'en va, note Simone Bilodeau. Faire un budget, au contraire, ça peut être très rassurant, ça nous permet d'avoir un portrait clair de notre situation et, si ça va mal, de reprendre le contrôle avant que ça ne soit grave. » L'ACEF Rive-Sud de Québec, et elle n'est pas la seule, offre des formations d'un soir pour apprendre à faire un budget de base; d'autres formations peuvent ensuite nous amener à perfectionner nos méthodes pour obtenir un budget plus détaillé.

Savoir épargner

Au bout du compte, un budget vise à augmenter notre capacité d'épargne. Encore là, savoir épargner s'apprend. Pour Jocelyne Houle-LeSarge, ce que de nombreuses personnes doivent changer, c'est d'abord leur compréhension de l'épargne : « On n'épargne pas ce qui reste après avoir fait toutes nos dépenses du mois, dit-elle. Épargner, c'est se payer soi-même, et il faut le prévoir dès le départ. Les gens travaillent fort pour leur argent, ils paient toutes sortes d'entreprises parce qu'ils achètent des choses, mais ils oublient souvent de se payer eux-mêmes en mettant de l'argent de côté pour la retraite et pour constituer un fonds d'urgence. Ça devrait venir en premier. »

Mme Houle-LeSarge rappelle que la règle de base suggère d'épargner au moins 10 % de notre revenu net. Pour y arriver plus facilement, on peut utiliser des mécanismes qu'offrent les institutions financières : on n'a pas alors à penser à mettre de l'argent de côté, c'est fait automatiquement de façon périodique, et cela nous évite de dépenser l'argent que l'on souhaitait mettre de côté.

Il faut aussi apprendre à bien cerner et prévoir toutes nos dépenses. Trop souvent, on prend en compte les dépenses fixes (loyer ou prêt hypothécaire, électricité, assurances, etc.), mais on omet des dépenses considérées comme imprévues… et qui, au fond, ne le sont pas vraiment. « Les cadeaux de Noël et d'anniversaire ou le retour à l'école, par exemple, ça coûte cher, mais ça revient chaque année à la même période : on peut donc prévoir un montant chaque mois pour avoir la somme suffisante au moment de faire la dépense. Et c'est la même chose pour les vacances, les activités sportives des enfants, les réparations de la voiture, et même les cafés qu'on se paie chaque jour », souligne Jocelyne Houle-LeSarge. Un outil comme la brochure 99 trucs pour économiser sans trop se priver, publiée par Question Retraite, peut être d'une grande aide pour augmenter notre capacité d'épargne.

Savoir se motiver

Pour se discipliner et transformer le budget et de l'épargne en habitudes de vie, il faut d'abord et avant tout de la motivation. Et, pour se motiver, il faut se donner des objectifs clairs. « Ça peut être de payer tous les soldes de nos cartes de crédit, d'économiser pour acheter une maison ou une voiture, ou encore de mettre de l'argent de côté parce qu'on a l'intention de fonder une famille, dit Simone Bilodeau. Il faut faire l'exercice de trouver notre propre projet, celui qui va réellement nous motiver. »

Articles Connexes