Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

22 septembre 2017

Divorce : garder le cap malgré la tempête

Divorcer bouleverse une vie sur bien des plans. Conseils pour s’y retrouver.

Divorcer génère à la fois un véritable raz de marée émotionnel et un bouleversement juridique et financier. Pour vous aider à garder le cap malgré la tempête, voici quelques points de repère.

Panser les plaies de l’âme et du cœur…

Vous devrez être le plus solide possible pour faire face à tous les changements qui s’en viennent, aux formalités à régler, aux négociations qui seront peut-être difficiles, aux compromis qu’il faudra faire... Il est donc important, impératif même, de penser en priorité à effectuer une bonne transition affective et émotionnelle.

  • Favorisez un dialogue non conflictuel avec votre ex-conjoint. Rappelez-vous que le processus de deuil ne se fait pas nécessairement au même rythme. À cet égard, l’époux qui a pris la décision de mettre fin au couple sera sans doute rendu plus loin dans son cheminement. Farah-Anne Jean-Pierre, travailleuse sociale et médiatrice, membre du conseil d’administration de l’Association de médiation familiale du Québec (AMFQ), recommande de tenir compte du rythme de chacun. «Il faut respecter l’autre, lui laisser le temps de faire son deuil de la relation et comprendre que sa progression peut être différente de la nôtre», dit-elle, ajoutant que cette période est souvent garante des relations futures entre les ex-conjoints.
  • Si l’amertume et la colère vous submergent, pensez aux enfants. «En médiation, si l’animosité prend le dessus, je demande aux conjoints de se recentrer sur leurs enfants. Cela aide les parents à revenir à l’essentiel et à trouver une entente», dit Mme Jean-Pierre.
  • Trouvez votre rythme. Le meilleur moment pour aller en médiation familiale n’est pas nécessairement le même pour tous. «Certains couples ont besoin de laisser passer un peu d’eau sous les ponts après la séparation, alors que d’autres préfèrent commencer tout de suite. On peut aussi envisager une première rencontre d’information, et poursuivre le processus quelques mois plus tard», dit Farah-Anne Jean-Pierre. Écoutez-vous pour savoir quel est le meilleur moment pour vous.
  • Attention aux conseils «d’ami». Ne prenez pas au pied de la lettre les conseils de ceux qui sont déjà passés par là. Pension alimentaire, garde d’enfants, deuil de la relation…, chaque divorce est unique!
  • N’ignorez pas les signaux de détresse. Vous vous sentez déprimé, en colère ou perpétuellement triste? Vous avez du mal à accepter la séparation? Ce sont autant de signaux que vous auriez sans doute intérêt à consulter un professionnel pour vous aider à faire la transition.

Après avoir ainsi pensé à vous, abordez les formalités du divorce comme tel : ce dernier aura un impact majeur sur votre situation, d’un point de vue juridique, administratif et fiscal. Voici 7 points essentiels à ne pas oublier :

  1. Entendez-vous sur une date officielle de séparation. Cette date vous sera demandée dans de nombreux documents officiels, notamment par l’Agence du revenu du Canada. «Entendez-vous avec votre ex-conjoint à ce sujet, afin de toujours fournir la même. En cas de discordance, des vérifications pourraient être effectuées par les diverses administrations», indique la notaire Marie-Ève Brown, présidente de l’AMFQ.
  2. Annulez les procurations générales. Vous avez signé une procuration générale sur vos comptes bancaires à votre conjoint? Avisez dès que possible vos institutions financières que vous la révoquez. Faites-leur également parvenir une télécopie pour conserver une trace écrite de votre démarche.
  3. Modifiez votre testament et votre mandat de protection. Sachez que les legs au conjoint prévus dans un testament sont automatiquement révoqués dès que le divorce est prononcé. Mais qu’adviendrait-il si vous décédiez avant que le processus soit terminé? «C’est la raison pour laquelle il est préférable de modifier son testament dès la séparation, explique Me Brown. De plus, si vous avez désigné votre conjoint dans un mandat de protection pour prendre soin de vous en cas d’inaptitude, il faudra également changer ce document.»
  4. Avisez la garderie. Vos enfants fréquentent une garderie? Prévenez-la rapidement du changement de garde afin que chaque ex-conjoint puisse recevoir les reçus d’impôt qui lui reviennent.
  5. Mettez à jour votre état civil auprès de l’Agence du revenu du Canada. Votre nouveau statut sera pris en compte dans la prochaine déclaration d’impôt, et permettra également d’établir le montant des Allocations familiales auxquelles vous aurez droit.
  6. Informez Retraite Québec de votre changement de situation conjugale. C’est sur cette base que sera recalculé le montant de Soutien aux enfants qui vous sera alloué.
  7. Préparez un bilan de vos actifs. N’oubliez pas qu’au moment du divorce, le patrimoine familial (résidence familiale, meubles de la résidence familiale, automobile familiale, REER et fonds de pension) sera divisé entre les ex-époux. Il en sera de même pour tous les biens qu’ils auront accumulés durant le mariage, sauf s’ils sont unis sous le régime de la séparation de biens. Préparez un bilan de vos actifs aidera à faciliter le processus.

Pour en savoir plus :

Articles Connexes