Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

07 février 2018

Des réponses claires à des questions clés de planification financière

Obtenir des réponses à d’importantes questions de planification financière touchant les REER, les CELI et les régimes de retraite pourrait vous aider à atteindre une sécurité financière durable.

Le rythme trépidant de la vie moderne nous empêche souvent de trouver réponse à certaines questions importantes, ce qui peut nous rendre incapable de prendre les mesures qui s’imposent.

Ainsi, cette absence de réponse peut vous retenir d’agir quand vient le temps d’économiser en vue de votre retraite, que vous épargniez par vous-même ou dans le cadre d’un régime d’épargne-retraite auquel vous participez au travail, comme un régime de retraite d’employeur,  un CELI ou un REER collectif.

Pour vous aider à cheminer vers une sécurité financière durable, voici des réponses à d’importantes questions de planification financière.

Q : Quelle est la différence entre un REER et un CELI? 

R : Ce sont deux excellents moyens d’épargner pour plus tard. Le régime enregistré d'épargne-retraite (REER) vous aide à épargner en vue de la retraite, en vous permettant de participer à un régime et de choisir divers placements dans le cadre de celui-ci, notamment des bons du Trésor, des produits à intérêt garantides fonds communs de placementdes contrats de fonds distincts, des obligations et/ou des actions. Vous bénéficiez d’un allégement fiscal immédiat à l’égard des sommes que vous placez dans votre REER (jusqu’à concurrence de votre plafond de cotisation au REER) et vous ne payez pas d’impôt sur les gains réalisés sur vos placements tant que vous laissez votre argent dans votre REER. Vous reportez l’impôt sur vos cotisations et vos revenus de placement jusqu’à ce que vous retiriez votre argent. Si vous attendez après votre départ à la retraite (lorsque votre revenu et, par conséquent, votre tranche d’imposition devraient être moins élevés) pour effectuer des retraits de votre REER, vous paierez moins d’impôt que vous l’auriez fait pendant que vous étiez au travail. Puisque vous ne pouvez profiter pleinement de ses avantages fiscaux qu’une fois à la retraite, un REER est habituellement l’instrument qui convient le mieux à une épargne à long terme.

Le compte d'épargne libre d'impôt (CELI) a été lancé par le gouvernement fédéral en 2009 pour aider les Canadiens à épargner en vue de leurs objectifs à court et à long terme. Toute personne de 18 ans ou plus peut ouvrir un CELI offrant un éventail de placements comme ceux que l’on peut détenir dans un REER. Le plafond de cotisation au CELI a varié au fil des ans, mais, contrairement au plafond fixé pour le REER, il est le même pour tous. À l’inverse du REER, vous ne bénéficiez pas d’une réduction d’impôt lorsque vous cotisez au CELI. Toutefois, vos placements fructifient à l’abri de l’impôt, et vous pouvez effectuer des retraits en tout temps (sous réserve des conditions s’appliquant aux placements que contient votre compte) sans payer d’impôt. Autre différence importante : si vous retirez des fonds de votre CELI, vous pouvez les y verser à nouveau à compter de l’année qui suit, en sus du plafond de cotisation prévu pour cette année-là, mais vous ne récupérerez jamais vos droits de cotisations utilisés au titre du REER.

Dans bien des cas, c’est une bonne idée d’avoir à la fois un REER et un CELI pour atteindre des objectifs d’épargne différents ou pour travailler à atteindre un même objectif par différents moyens.

Q : Quelle est la différence entre un régime de retraite à cotisations déterminées (RRCD) et un régime de retraite à prestations déterminées (RRPD)? 

R : Comme son nom l’indique, vous recevez au titre d’un RRPD des prestations déterminées. Au titre d’un RRCD, seules vos cotisations sont déterminées et le montant final des prestations que vous recevez dépend d’un certain nombre de facteurs.

Les prestations qui vous sont versées au titre d’un RRPD à la retraite sont calculées selon une formule qui tient habituellement compte des années de service et de la rémunération. Vous recevez un relevé annuel qui vous indique le montant des prestations que vous pouvez vous attendre à recevoir à votre départ à la retraite. Dans le cadre d’un RRPD, c’est votre employeur qui se charge de la gestion de votre actif; vous ne participez pas activement à la gestion de vos placements.

Dans le cadre d’un RRCD, l’employeur et, s’il y a lieu, l’employé versent des cotisations. Le montant de vos prestations de retraite dépend du rendement des placements souscrits au moyen des cotisations que vous avez accumulées au titre du régime. Le montant de vos cotisations est en général calculé en fonction de votre salaire, selon une formule précise énoncée dans le texte du régime. Habituellement, l’employé participe activement aux décisions de placement et peut compter sur divers outils de placement que l’employeur met à sa disposition.

Q : Combien puis-je verser au maximum dans mon REER? 

R : Des limites s’appliquent à la somme que vous pouvez cotiser chaque année à un REER. Votre plafond de cotisation au REER figure sur l’Avis de cotisation que vous recevez chaque année de l’Agence du revenu du Canada (ARC) après avoir produit votre déclaration de revenus. Vous pouvez généralement verser dans votre régime jusqu’à 18 % de votre revenu gagné de l’année précédente, sous réserve d’un maximum annuel, plus vos droits de cotisation inutilisés des années précédentes qui ont été reportés, moins vos facteurs d’équivalence (FE) éventuels, ce qui comprend les cotisations versées pour votre compte par votre employeur au titre du régime de retraite de l’entreprise. Lorsque vous calculez la cotisation que vous pouvez verser au REER, vous devez tenir compte de toutes les cotisations que vous versez à tous vos REER, y compris les régimes de conjoint.

Q: Puis-je faire des retraits de mon régime de retraite? 

R : Tout dépend du type de régime. Dans le cas d’un REER, vous pouvez retirer la totalité ou une partie de vos fonds, en tout temps. Ces retraits sont toutefois imposables. Si vous participez à un régime collectif, ce dernier peut aussi imposer des restrictions sur les retraits en cours d’emploi. Habituellement, vous ne pouvez retirer des sommes d’un régime de retraite d’employeur avant 55 ans, sauf en cas de difficultés financières extrêmes ou de maladie grave.

N’oubliez pas que, même si vous pouvez effectuer des retraits, vous pourriez devoir payer immédiatement de l’impôt sur le montant retiré ainsi qu’un impôt additionnel à la fin de l’année et d’autres frais éventuels. De plus, le retrait hâtif de votre épargne-retraite retardera l’atteinte de vos objectifs de retraite à long terme. Il existe toutefois certaines exceptions, comme le Régime d'accession à la propriété du gouvernement fédéral qui permet à l’acheteur d’une première maison de faire des retraits d’un REER dans certaines conditions.

 

 

Articles Connexes