Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

06 septembre 2017

D’employé à employeur - 6 conseils pour partir du bon pied

Démarrer sa propre entreprise et devenir son propre patron est le rêve de bien des travailleurs. Mais on ne s’improvise pas entrepreneur ! Voici six conseils pour partir du bon pied.

Se lancer en affaires peut sembler une excellente idée lorsqu’on ne s’épanouit pas dans son travail ou qu’on peine à dénicher un emploi. Mais avez-vous l’étoffe d’un entrepreneur et, surtout, savez-vous comment vous y prendre pour réussir ?

1. Comprendre ce que cela implique

Que l’on souhaite démarrer sa propre entreprise ou devenir travailleur autonome, il faut être prêt à assumer trois grands rôles. «On doit proposer des produits ou des services, pouvoir en faire la promotion et gérer nos diverses activités professionnelles au quotidien», explique Martine Lemonde, conseillère d’orientation, conseillère en relations industrielles agréée et PDG de Coaching de gestion. Concrètement, cela signifie qu’il faut faire preuve d’un bon sens de l’organisation, d’autonomie et de débrouillardise, en plus d’avoir une excellente capacité à communiquer pour se faire connaître et se vendre.

La discipline est aussi essentielle : pas question de traîner au lit tous les matins si on veut faire progresser ses affaires! De plus, une certaine tolérance à l’inconnu et au risque est indispensable, dans la mesure où les revenus pourraient bien être fluctuants, du moins au début. À cet égard, il est préférable de pouvoir compter sur un bas de laine qui nous permettra de vivre pendant quelques mois.

2. Faire le bilan de ses expériences

Pour savoir si vous avez ce qu’il faut pour vous lancer, il faut faire un bilan des expériences accumulées jusqu’ici dans votre vie professionnelle et personnelle. «Par exemple, avez-vous de grandes responsabilités au travail? Vous êtes-vous déjà chargé de la collecte de fonds pour un organisme de bienfaisance? Avez-vous déjà géré du personnel? Êtes-vous proactif ans votre emploi? Si vous êtes à l’aise dans les rôles dont nous venons de parler, ce sont de bons indicateurs», souligne Mme Lemonde.

3. Se documenter

Rien de pire que la pensée magique lorsqu’on se lance en affaires! Il faut garder les pieds sur terre. Renseignez-vous sur la réalité de l’entrepreneuriat dans le champ d’activité qui vous intéresse. «Ça pourrait être une bonne idée de rencontrer quelqu’un qui travaille déjà dans ce secteur pour bien comprendre ce qui vous attend, ainsi que les défis et les enjeux de ce domaine», conseille Martine Lemonde. Les associations et regroupements de professionnels sont aussi une bonne source d’information.

4. S’outiller et s’entourer

Vous aurez sans doute besoin de quelques outils de base pour démarrer, par exemple des logiciels de comptabilité, de gestion de projets, de suivi des réseaux sociaux, de création de site Web, etc. Certains sont gratuits ou peu coûteux, il suffit de chercher pour trouver.

Un comptable peut aussi vous donner un bon coup de pouce au démarrage, par exemple en fournissant des modèles de facture et de suivi des états financiers. Si votre secteur d’activité nécessite la signature de contrats, consulter un avocat vous sera très utile.

Plusieurs organismes peuvent vous aiguiller et vous soutenir dans vos démarches de démarrage (Soutien au travail autonome d’Emploi-Québec, SAJE accompagnateur d’entrepreneurs, Futurpreneur Canada), et même vous fournir du financement (Banque de développement du Canada, Sociétés d’aide au développement des collectivités et Centres d’aide aux entreprises).

5. Miser sur le réseautage

Utiliser son réseau facilite la recherche de clients potentiels et permet de tâter le terrain pour son futur projet d’entreprise. «Des outils comme LinkedIn et Facebook sont utiles, mais attention : il faut toujours soigner votre image et rester professionnel », prévient Mme Lemonde. À ce chapitre, il ne faut pas mélanger travail et vie personnelle! Un blogue – que l’on n’oublie pas d’alimenter régulièrement… – et une page Internet sont aussi de bons outils pour faire de la recherche de clientèle. Assister aux événements organisés par des chambres de commerce ou des associations professionnelles permet de nouer des contacts et d’élargir son réseau.

6. Éviter les erreurs de débutant

Voici une liste des erreurs fréquemment commises par les débutants en affaires. Ne tombez pas dans le panneau !

  • Se lancer sans réfléchir ni prévoir ou analyser ce que la future entreprise exigera en termes de ressources financières et de travail.
  • Se mentir à soi-même sur ses habiletés et ses qualités entrepreneuriales.
  • Faire le saut coûte que coûte, et perdre sa crédibilité professionnelle au bout du compte.
  • Sous-estimer le temps qu’il faudra pour trouver la clientèle nécessaire pour assurer la survie de l’entreprise.
  • Mal évaluer les répercussions sur sa réalité financière, personnelle et familiale.

Ça y est? Vous êtes prêt à vous lancer? Pensez à souscrire à une assurance vie ou à une assurance santé, pour vous protéger ainsi que vos proches.

Articles Connexes