Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

06 septembre 2012

Comment payer vos études… pendant que vous étudiez

Des frais plus élevés et moins d’emplois d’été obligent de plus en plus d’étudiants à travailler pendant l’année scolaire. Voici comment vous pourriez y arriver.

«Dans le bon vieux temps», vos parents et vos grands-parents pouvaient terminer leur année scolaire en mai, travailler quatre mois dans un contexte économique favorable et utiliser cet argent pour financer les huit prochains mois de leurs études.

Mais, pour la plupart des étudiants, les choses ne se passent plus ainsi. Une récente Enquête sur la population active de Statistique Canada montre que le taux d’emploi pendant l’été tourne autour de 70 % pour la troisième année consécutive, taux à peine plus élevé que celui qui avait cours pendant les pires moments de la dernière récession. Devant ce faible taux d’emploi et l’augmentation des frais de scolarité postsecondaire qui devance rapidement l’inflation générale, la plupart des étudiants doivent, aujourd’hui, trouver d’autres façons d’arrondir leurs revenus pendant qu’ils sont à l’école.

Trouver un emploi à temps partiel

La façon la plus évidente de soulager le stress financier des études postsecondaires consiste à trouver un emploi à temps partiel. Bien qu’il soit possible de trouver un emploi pour étudiant hors campus, travailler à l’université même représente un bon choix si vous désirez équilibrer les exigences d’un emploi et celles d’études réussies. Les entreprises présentes sur un campus sont habituées à travailler avec des étudiants et peuvent généralement offrir plus de souplesse, ce qui vous donne la possibilité d’élaborer votre propre horaire. En outre, comme vous ne vous déplacerez pas pour aller travailler, vous pourrez épargner temps et argent. Un autre avantage : les emplois sur le campus sont souvent étroitement liés et, dès que vous aurez établi quelques contacts, vous pourrez varier vos rôles ou changer d’emploi.

Voici certains des emplois les plus populaires à l’université même :

  • Tuteur
  • Arbitre de matches entre étudiants
  • Conseiller en résidence
  • Surnuméraire pour événements spéciaux
  • Syndicat ou conseil étudiant (personnel salarié)
  • Adjoint à l’administration
  • Libraire
  • Restauration
  • Aide-enseignant
  • Assistant bibliothécaire
  • Aide technique (audiovisuel)
  • Assistant de laboratoire
  • Gymnase (entraîneur personnel ou préposé à l’accueil)
  • Poste ou centre de photocopies
  • Sécurité
  • Maître nageur
  • Garderie
  • Guide pour les visiteurs

Demander une bourse d’études

Il existe une autre possibilité de toucher un revenu, laquelle n’exige pas qu’on y consacre beaucoup de temps, mais que l'on néglige souvent : demander une bourse d’études ou un prix. En plus des programmes fédéraux et provinciaux d’aide financière aux étudiants, comme le régime de prêts et bourses du Québec, celui des bourses d’entretien du Nouveau-Brunswick ou l’aide financière du RAFEO en Ontario, divers bourses ou prix peuvent être demandés. Tous les ans, de l’argent gratuit, qui représente des milliers de dollars, n’est pas distribué parce qu’aucun candidat qualifié n’en a fait la demande. Cette situation s’explique surtout par le fait que les étudiants sont surchargés par leur travail à temps partiel, ce qui est ironique, qu’ils tentent de s'adapter à la charge de travail imposée par leurs cours ou qu’ils s’acclimatent à la plus grande indépendance dont jouit un jeune adulte.

D’après ce que je sais, la plupart des étudiants croient tout simplement que quelqu’un d’autre, on ne sait où, serait plus qualifié qu’eux et ne veulent tout simplement pas investir leur temps s’il y a peu de chance que leur démarche réussisse. En fait, plus le processus de demande d’une bourse ou d’un prix est complexe, moins de gens en feront la demande. On doit aussi noter que si vous avez obtenu un prêt d'un type ou d'un autre, il est possible que vous puissiez automatiquement obtenir l’une ou l’autre des nombreuses bourses d’études dont le montant est fondé sur les besoins financiers. Portez donc une attention particulière à celles-ci. Passez régulièrement au bureau de l’aide financière et des bourses de votre université, puisque ces bourses sont accordées pendant toute l'année scolaire.

Équilibrer le travail et les études

Si vous envisagez de travailler à temps partiel pendant vos études, je crois que vous devrez tenir particulièrement compte de l’équilibre travail-études et du temps à votre disposition. La plupart des universités canadiennes recommandent aux étudiants, pour qu’ils puissent obtenir les meilleurs résultats possible, deux heures d’études personnelles pour chaque heure de cours. Ce peut être très difficile de se conformer à ces exigences si on est embourbé dans le travail. Un rapport récent de Statistique Canada, intitulé Profils d'emploi des étudiants postsecondaires, montre que les étudiants peuvent trop travailler, même à temps partiel, ce qui a une incidence négative évaluable sur leurs résultats.

Ce n’est pas très sensé de sacrifier des études universitaires qui rapporteront des dividendes dans le lointain avenir pour les gains à court terme que procure un emploi du bas de l’échelle et à temps partiel. Comme c’est le cas en général dans la vie, trouver un équilibre qui vous satisfasse est le secret du succès.

Teacher Man est le nom de plume d’un enseignant en affaires au secondaire qui blogue à propos des finances personnelles sur Young and Thrifty.

Articles Connexes