Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

19 juillet 2017

Comment la hausse des taux d’intérêt affecte les Canadiens

Une hausse des taux d’intérêt a un impact différent sur les emprunteurs et les épargnants. Puisque ce contexte de hausse pourrait se poursuivre, assurez-vous d’être bien préparé!

Le mercredi 12 juillet 2017, la Banque du Canada (BdC) a relevé les taux d’intérêt – pour la première fois en sept ans – de 25 points de base (100 pb = 1 %).

Le taux à un jour (utilisé à des fins d’emprunt entre les banques) s’établit actuellement à 0,75 % et le taux d’intérêt créditeur est de 1,5 %.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous? Le taux de la Banque du Canada sert de référence pour les taux que les Banques offrent aux consommateurs. À la suite de la hausse des taux, les six grandes banques ont relevé leurs taux préférentiels à 2,95 %, ce qui représente une hausse de 0,25 point de base (par rapport à 2,7 %). Ces taux ont un impact sur les taux d’intérêt applicables à votre prêt hypothécaire, votre marge de crédit hypothécaire ou d’autres produits de crédit.

D’après un sondage réalisé par MNP Ltée (syndic en insolvabilité) en juillet 2017, 45 % des Canadiens et 48 % des propriétaires de maisons sont «préoccupés par l’impact de la hausse des taux d’intérêt sur leurs finances». En règle générale, la plupart des Canadiens sont pessimistes à l’égard de leur niveau d’endettement. C’est pourquoi de nombreux spécialistes, notamment Sadiq Adatia, premier directeur des placements, Placements mondiaux Sun Life voient d’un œil critique la dernière décision de la Banque du Canada.

«Lorsqu’on constate une amélioration de l’activité économique, il faut examiner la question de plus près afin de déterminer sur quoi repose cette amélioration», explique M. Adatia. «Si on est surpris de l’amélioration constatée, cela devrait nous inciter à faire preuve de prudence.»

Les dernières données sur l’inflation (mai 2017) situaient l’indice des prix à la consommation à 1,3 %. Dans un communiqué de presse sur la décision de la BdC, cette dernière indique que le relèvement des taux découle de la modestie de l’inflation et de l’amélioration de l’activité économique canadienne.

M. Adatia a constaté que l’économie canadienne s’est renforcée en 2017 et semble se remettre du plongeon des prix du pétrole survenu en 2015-2016. Toutefois, il est préoccupé à l’idée que cette hausse puisse freiner la croissance et augmenter la dette des ménages au moment où de nombreux Canadiens sont aux prises avec un niveau d’endettement important. «Pourquoi ne pas prendre une pause et laisser l’économie évoluer par elle-même?», propose M. Adatia. «En cas de signes de surchauffe, un relèvement des taux pourrait être envisagé.»

Impact de la hausse sur les propriétaires de maisons

Généralement, lorsqu’une hausse des taux d’intérêt survient après une longue période de stabilité, cela laisse présager des hausses subséquentes. Si vous envisagez de renouveler votre prêt hypothécaire, d’acheter une maison ou de contracter un prêt, vous devriez vous poser la question suivante : «Serais-je en mesure de rembourser cette dette ou ce nouveau prêt à un taux d’intérêt plus élevé que celui qu’on m’offre actuellement?», indique M. Adatia.

Si vous avez un prêt hypothécaire à taux fixe qui sera renouvelé sous peu, les nouveaux taux d’intérêt pourraient entraîner une augmentation de vos versements mensuels, en particulier si votre nouvelle période d’amortissement est courte et que le solde du prêt au moment du renouvellement est élevé. Afin de déterminer l’impact potentiel sur vos versements hypothécaires, communiquez avec votre courtier ou votre prêteur.

Si vous avez un prêt hypothécaire à taux variable, la hausse récente des taux aura une incidence différente sur vous. Vos paiements hypothécaires augmenteront probablement au cours du prochain mois, afin de refléter les nouveaux taux préférentiels.

Simulation de crise : un défi de taille pour certains acheteurs

En vertu des lois fédérales, si vous achetez une nouvelle maison et que votre mise de fonds est inférieure à 20 %, vous devez faire l’objet d’une simulation de crise des taux hypothécaires. Dans le cadre de cette simulation, les emprunteurs doivent prouver qu’ils seraient en mesure de rembourser leur prêt hypothécaire au plus élevé des taux suivants : taux offert par leur prêteur ou taux fixe à 5 ans établi par la BdC. En raison de la hausse des taux d’intérêt, la simulation de crise représentera un plus grand défi pour certains acheteurs de maisons.

Impact de la hausse sur les épargnants

Lorsque les taux d’intérêt augmentent, il en est de même pour les attentes des consommateurs à l’égard des taux d’intérêt applicables à leurs comptes d’épargne. Une hausse des taux d’intérêt pourrait entraîner une légère augmentation des taux pour les comptes d’épargne et les certificats de placement garanti (CPG). Toutefois, les banques ne sont pas tenues d’augmenter les taux des comptes d’épargne proportionnellement aux taux d’emprunt, mais les pressions concurrentielles pourraient entraîner une augmentation.

Conclusion

Bien que la récente hausse marque une étape importante, nous devons garder à l’esprit que les taux d’intérêt demeurent à des niveaux historiquement faibles. Au début des années 2000, avant la récession, le taux à un jour s’établissait à 2,75 %, soit deux points de pourcentage de plus que le taux actuel. Cela dit, M. Adatia estime qu’il est très probable que la BdC continue de relever les taux d’intérêt dans un avenir proche. «Je serais déconcerté d’observer plusieurs hausses de taux d’intérêt en 2017. Toutefois, pourquoi amorcer le processus maintenant si l’objectif n’est pas d’augmenter les taux de nouveau dans un proche avenir?», indique-t-il.

Alors que la Banque du Canada continue d’ajuster les taux d’intérêt, dépensez de façon responsable et réduisez vos dettes, afin que les hausses de taux aient le moins d’impact possible sur vos finances.

Articles Connexes