Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

23 mai 2013

Comment choisir un liquidateur testamentaire

Qui, à votre décès, s’occupera de vos actifs et s’acquittera des dispositions de votre testament? Nommer un liquidateur ou accepter le rôle de liquidateur exige de sérieuses réflexions.

Vous avez travaillé d’arrache-pied et économisé; peut-être avez-vous acheté une maison et élevé des enfants. Si ce n’est déjà fait, il est maintenant temps de planifier votre succession, ce qui exige l’établissement d’un testament adéquat et la nomination d’un bon liquidateur.

Le choix d’un liquidateur constitue un élément important de la planification successorale puisque cette ou ces personnes auront la responsabilité de faire en sorte que vos dernières volontés, exprimées dans votre testament, soient exécutées.

Mais qui choisir? Votre conjoint? Vos enfants adultes? Un ami proche ou votre avocat peut-être?

Selon le planificateur financier agréé Mark Halpern, les trois principales qualités que vous devriez rechercher chez un liquidateur sont les suivantes :

  • Confiance. «D’abord et avant tout, cette personne doit être fiable, doit être quelqu’un en qui vous avez confiance et qui respectera intégralement vos volontés», affirme M. Halpern, qui est aussi spécialiste des fiducies et du droit successoral. Ne nommez des enfants adultes coliquidateurs que s’ils s’entendent bien, conseille M. Halpern: «S’ils ne s’entendent pas aujourd’hui, il y aura des risques d’aggravation de leurs conflits autour du testament.» Si vous craignez que vos enfants puissent se disputer à propos de tout, vous devriez alors nommer une tierce partie neutre, comme un autre membre de la famille ou votre comptable.
  • Disponibilité. Le liquidateur doit avoir du temps à consacrer à l’exécution de votre testament. Un liquidateur respecte les volontés exprimées dans un testament en rassemblant les éléments d’actif de la succession, en payant les dettes du défunt et en divisant le reste entre les bénéficiaires. Ces tâches peuvent prendre des mois, tout particulièrement s’il y a plusieurs bénéficiaires, de multiples mariages ou si le testament est complexe.
  • Prêt à demander de l’aide. Alors que certains liquidateurs pourraient essayer d’abattre tout le travail, le vôtre devrait être suffisamment averti et mûr pour consulter des professionnels, comme un avocat spécialisé en droit successoral ou un comptable fiscaliste, souligne M. Halpern, si une tâche lui pose problème.

Si on vous demande d’agir à titre de liquidateur, vous devriez soupeser un certain nombre de choses avant d’accepter :

  • Relations avec la famille. Évaluez de façon réaliste tout conflit de personnalités que vous pourriez avoir avec l’un ou l’autre membre de la famille. «Aujourd’hui, vous pouvez même souscrire une assurance à titre de liquidateur puisque les bénéficiaires pourraient vous poursuivre s’ils croient que vous n’agissez pas correctement ou que vous êtes partial», explique M. Halpern.
  • Proximité. Si vous vivez à l’étranger ou encore dans une autre province, ce pourrait être difficile sur le plan logistique de faire des recherches au nom du défunt.
  • Désirez-vous vraiment agir à titre de liquidateur? Jouer le rôle de liquidateur peut être stressant. Vous devrez remplir des formulaires et payer des impôts, rechercher des créditeurs potentiels et annuler les paiements du Régime de pensions du Canada ou du Régime de rentes du Québec ainsi que de la Sécurité de la vieillesse. Êtes-vous prêt à remplir ces tâches?

Vous pouvez renoncer à votre rôle de liquidateur.  Pour être relevé de ses tâches un liquidateur doit obtenir une ordonnance judiciaire. C’est pourquoi le testateur devrait nommer un liquidateur remplaçant dans son testament.

Puisque les services de professionnels comme un avocat ou une fiducie pour s’occuper de votre succession peuvent être coûteux, il est important de connaître leurs honoraires, rappelle M. Halpern.

Le liquidateur a de nombreuses responsabilités, mais il peut trouver de l’aide de plusieurs sources, comme sur cette page Web du Réseau juridique du Québec, intitulée «Les étapes à suivre pour un liquidateur averti».

Articles Connexes