Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

23 mars 2017

Budget fédéral : accent sur l'innovation, report des modifications fiscales

Ottawa veut augmenter les dépenses visant à créer des emplois dans les industries innovatrices et à former les Canadiens de façon à ce qu'ils puissent exercer ces emplois. Les modifications fiscales viendront plus tard.

Pour son budget, le gouvernement fédéral du Canada adopte une politique d'attentisme et remet à plus tard toute modification fiscale d'envergure tant qu'il n'aura pas une meilleure idée de ce que le gouvernement des États-Unis fera dans les mois à venir. Entre-temps, Ottawa continue de jeter les bases de «l'économie de demain».

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a intitulé le livre du budget 2017 «Bâtir une classe moyenne forte» et nombre des initiatives annoncées visent les Canadiens qui font ou désirent faire partie de ce segment de la société. En général, on prévoit que ce renforcement de la classe moyenne s'effectuera par l'entremise d'investissement et de formation dans les secteurs axés sur l'innovation, ainsi que de nombreuses mesures ayant pour but d'aider les femmes au travail et d'augmenter la représentation de celles-ci sur le marché du travail.

M. Morneau a promis des modifications fiscales dans son discours du 22 mars à la Chambre des communes: «Nous allons éliminer les échappatoires fiscales qui donnent lieu à des avantages fiscaux injustes pour certains aux dépens des autres. Nous éliminerons des mesures fiscales inefficientes, surtout celles qui profitent aux plus riches de façon disproportionnée. Et nous collaborerons avec les provinces et les territoires pour sévir contre ceux qui cachent leur identité afin d'éviter de payer des impôts ou des taxes.»

Accroître l'avantage technologique du Canada

Le budget propose des dépenses pour accroître l'avantage technologique du pays dans 6 secteurs : la fabrication de pointe, les ressources propres, les sciences biologiques et de la santé, l'agroalimentaire, les industries numériques et les technologies propres. «Lorsqu'il est question du domaine de la technologie numérique, je sais que deux choses sont particulièrement vraies», a déclaré M. Morneau. «Premièrement : Que le Canada peut être un leader mondial en matière d'innovation numérique. Et deuxièmement : Que nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas l'être.»

Dans son discours, M. Morneau a brièvement parlé de la relation du Canada avec les États-Unis :

«Le Canada et les États-Unis entretiennent la relation économique la plus fructueuse au monde – une relation qui soutient des millions d'emplois pour la classe moyenne des deux côtés de la frontière. Nous en sommes fiers. Et alors que nous nous préparons pour l'économie mondiale de demain, nous donnerons le meilleur de nous-mêmes, cherchant toujours à former des partenariats stratégiques pour attirer les talents et les investissements.»

«Nous vivons sans l'ombre d'un doute un moment charnière dans les relations entre le Canada et les États-Unis», souligne Sadiq S. Adatia, premier directeur des placements, Placements mondiaux Sun Life. «La pression exercée sur nos leaders pour maintenir et renforcer nos liens économiques avec les États-Unis sous la présidence de Donald Trump ne fera que s'accentuer. Notre avantage concurrentiel est essentiel pour la croissance économique.»

Le ministre des Finances prévoit un déficit de 28,5 milliards de dollars pour 2017-2018 (dont un coussin de sécurité de 3 milliards de dollars pour parer aux imprévus), lequel baissera à 18,8 milliards de dollars d'ici 2021-2022. Selon les projections, le ratio de la dette nette au PIB, considéré par certains économistes comme une mesure plus exacte de la santé économique d'un pays, devrait diminuer et passer de 31,5 % cette année à 30,9 % en 2021-2022.

Faits saillants du budget

  • Le programme de prestations parentales sera assoupli : période de versement des prestations prolongée pouvant atteindre 18 mois (la somme allouée actuellement sera étalée sur la nouvelle période) et possibilité pour les femmes de demander des prestations de maternité jusqu'à 12 semaines avant la date prévue d'accouchement.
  • Les entreprises sous réglementation fédérale (par ex. : les services bancaires, les transports et les communications) seront désormais dans l'obligation d'offrir des modalités de travail flexibles à leurs employés.
  • 7 milliards de dollars sur 10 ans pour les services de garde d'enfants et offre visant à collaborer avec les provinces et les territoires pour créer jusqu'à 40 000 nouvelles places subventionnées en garderie au cours des 3 prochaines années.
  • Nouveau crédit pour aidant naturel jusqu'à 6 883 $ pour aider les familles à prendre soin d'un parent à charge (2 150 $ pour un conjoint à charge).
  • Meilleur accès aux programmes canadiens de prêts et de bourses pour les étudiants à temps partiel et aux bourses canadiennes pour les étudiants qui ont des enfants à leur charge.

Des changements potentiels à l'impôt des particuliers et des sociétés aux États-Unis influeront beaucoup sur la stratégie du gouvernement du Canada. «Il est impossible de prévoir les répercussions pour le Canada tant que la politique américaine n'aura pas pris totalement forme», signale M. Adatia. «Nous devons évidemment tenir compte du facteur Trump; en toute honnêteté, tout peut arriver.»

Pour les investisseurs surtout, cela souligne l'importance de garder le sens des proportions.

Articles Connexes