Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

26 février 2014

Bien économiser pour voyager en famille

Vous projetez un voyage en famille dans un an ou deux? C’est l'occasion d’enseigner aux enfants l’importance de bien planifier financièrement ce projet. Conseils d’experts et de globe-trotteurs.

Les voyages en famille, c’est une occasion de vivre des moments inoubliables et de resserrer les liens familiaux. Mais il faut planifier ce genre de projets, et l'on peut en profiter pour enseigner aux enfants l’importance de bien se préparer financièrement.

Selon une enquête PMB 2010, 940 000 Québécois avaient fait un voyage en famille au Canada et 604 000 à l’étranger au cours des 12 mois précédents (source : Réseau de veille en tourisme). Deux bourlingueurs aguerris et parents avertis ont d'ailleurs créé un site Web sur ce sujet, Voyage en famille.com. « Il faut savoir combien ça va coûter et si on peut se le permettre, dit Vincent, l'un des deux auteurs du site. Par exemple, avant de partir en aventure pendant un an autour du monde, on avait épargné pendant cinq ans. »

Faire un budget vacances

Que l'on décide d'aller en Thaïlande ou simplement à Disney World, l’important, c'est de s'y prendre assez longtemps à l'avance. « On prend le temps de trouver la destination qui nous convient et on choisit le meilleur moment pour acheter les billets d’avion à un prix moins élevé », recommande Michel Houde, conseiller en organisation de voyages, en particulier pour la famille, et auteur du Guide du voyage en famille (avec Marie-Chantal Labelle) et du site voyages-enfants.ca.

Et il faut prévoir tous les coûts. « Les guides, les sites et les forums de voyage permettent d'évaluer combien il faudra pour vivre une journée dans le pays choisi -- transports, hébergement, repas et activités compris --, selon, bien sûr, le niveau de confort souhaité, explique Vincent. Nous, on privilégie toujours les voyages à petit budget, mais de plus longue durée. Notre budget quotidien pour deux adultes et deux enfants de moins de 10 ans est donc d’environ 100 $ en Asie, 120 $ en Amérique latine, et 200 $ en Afrique et au Moyen-Orient. Il ne reste ensuite qu’à magasiner le meilleur billet d’avion, et à prévoir un budget pour les souvenirs et pour les imprévus, et le tour est joué! »

Petites économies vont loin

Chaque membre de la famille peut trouver une façon d'épargner pour un voyage. Selon l’Agence de la consommation en matière financière du Canada, les enfants peuvent avoir leurs premières leçons d’économie dès qu’ils savent compter. On peut par exemple leur demander de décorer un bocal dans lequel ils ramasseront de la monnaie. S’ils reçoivent déjà une allocation (à partir de six ou sept ans), on la leur donne en billets… et en pièces pour leur bocal! On peut leur créer un budget et placer sur le frigo une affichette qui indique l'évolution de la somme épargnée.

Bien sûr, cela implique de faire des choix, selon les valeurs familiales. « Comme on aime beaucoup voyager, explique Vincent, nous, on économise chaque année. On a un budget très précis pour les frais liés à la maison, et on le suit de près, ce qui nous permet de prendre des décisions sans nuire à nos projets de voyage. C'est impressionnant à quel point on peut dépenser si on ne fait pas trop attention. Et limiter les sorties au resto ou ne pas acheter la plus grosse télé, c'est des choix assez faciles à faire quand on sait que ça nous permettra d'aller passer un mois en Colombie! »

À ce sujet, on peut lire l’anecdote suivante sur Voyage en famille.com. Le petit Alexandre ayant exprimé ledésir de découvrir l’Afrique, la famille a commencé à planifier le voyage. Alors, quand Alexandre a voulu assister à un énième spectacle de théâtre, ses parents lui ont expliqué que les spectacles coûtaient cher et qu’il ne pouvait pas tous les voir… Les enfants aussi doivent établir leurs priorités!

Un bon outil d’épargne

Selon Julie Carrier*, le CELI est tout indiqué pour un projet de voyage. Ses principaux avantages : les retraits (que l’on peut faire en tout temps) et les revenus gagnés sont à l’abri de l'impôt. « Par exemple, le CELI d'un client qui y a investi 5 000 $ en 2009 a aujourd'hui une valeur marchande de 8541, 64 $. En supposant qu’il y ait eu des dépôts subséquents, ce client a récemment retiré 937,68 $ pour s’offrir des vacances; il lui reste la coquette somme de 7 603, 96 $... et zéro impôt à payer. » Pour bien cibler nos besoins, Mme Carrier recommande donc de consulter un conseiller en sécurité financière.

*Conseillère en sécurité financière et conseillère en régimes d’assurance collective, Solutions financières Julie Carrier inc., cabinet de services financiers, distributeur autorisé par la Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie, et cabinet partenaire de Distribution Financière Sun Life (Canada) inc. Représentante en épargne collective, Placements Financière Sun Life (Canada) inc., cabinet de courtage en épargne collective Filiales de la Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie

Articles Connexes