Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

22 janvier 2016

Apprendre à gérer son argent : le meilleur des investissements

Et si le meilleur investissement était d'augmenter son niveau de connaissance du domaine financier? Ce n'est pas aussi compliqué que ça en a l'air...

«On devrait considérer les connaissances financières comme des actifs, au même titre que les investissements, parce que connaître les principes de base de la finance aide à prendre de meilleures décisions, ce qui aura un impact positif sur le rendement d'un portefeuille», soutient Paul Bourget, formateur spécialisé en éducation financière. «C'est simple, ajoute-t-il. Si, grâce à de meilleures connaissances financières, on réussit à augmenter le rendement de notre portefeuille de 1 % par an, on pourra, à la retraite, avoir accumulé de 20 % à 25 % plus d'argent qu'en y allant à l'aveuglette : c'est une énorme différence!» Surtout qu'acquérir quelques notions de base dans ce domaine n'est pas aussi compliqué qu'on le pense...

Les notions de base

M. Bourget classe en six catégories les éléments de base que nous devrions saisir pour gérer nos placements. Il faut :

1. Se fixer un objectif

«Si l'on n'établit pas clairement le but à atteindre, on risque de choisir les mauvais produits», prévient M. Bourget. Les certificats de placement garantis (CPG), par exemple, permettent de protéger le capital, mais leur rendement est inférieur au taux d'inflation, en raison des bas taux d'intérêt actuels. Si l'on épargne durant une courte période, par exemple en prévision de l'achat d'une maison dans trois ans, ce peut être un véhicule intéressant; mais si l'on place tout son argent de cette façon pendant 25 ans, notre épargne ne prendra pas de valeur.

2. Comprendre ses produits

Ils sont nombreux : fonds communs de placement, fonds négociés en bourse, CPG et autres… Il faut s'y retrouver pour pouvoir se constituer un portefeuille solide. Bien sûr, l'idée n'est pas de devenir un spécialiste, mais il est important de savoir ce que l'on met dans notre REER (ou notre CELI). Ainsi, s'il s'agit, par exemple, d'un fonds commun de placement, il faut savoir combien il contient d'actions, d'obligations ou d'autres produits.

3. Étudier quelques concepts

Comprendre l'inflation, les taux d'intérêt composé ou les taux de change, par exemple, aide grandement à poser les bonnes questions à son conseiller et à prendre ainsi de meilleures décisions.

4. Évaluer sa tolérance au risque

Chaque produit présente un risque différent. Si les actions peuvent rapidement gagner de la valeur, par exemple, elles risquent également d'en perdre aussi vite. Et tous les types d'obligations n'offrent pas le même degré de sécurité : les obligations de sociétés en offrent un peu moins que les obligations du Canada. Il est donc important de connaître notre degré de tolérance au risque pour choisir le produit avec lequel on sera le plus à l'aise.

5. Adopter une stratégie

Quand on connaît les divers produits offerts sur le marché, avec leurs avantages et les risques qu'ils présentent, il est plus facile d'établir une stratégie fondée à la fois sur nos objectifs et sur notre tolérance au risque.

6. Poser des questions

«C'est utile de comprendre qui fait quoi, indique M. Bourget. Si je souhaite acheter un produit financier donné, qui pourrait me le vendre? Comment fonctionnent les commissions? Quelle garantie puis-je avoir dans une situation donnée?»

Des ressources facilement accessibles

À première vue, tout cela ressemble à un jargon d'experts, mais il n'en est rien : il est possible de se familiariser avec toutes ces notions et d'y voir clair grâce à de nombreuses ressources. De plus, comme l'indique Jean R. Soublière, président de la Fédération ACTIF, une coopérative d'éducation financière, l'objectif n'est pas d'en arriver à gérer nos finances de A à Z, puisque des conseillers peuvent s'en charger. «Plus on a de connaissances, plus on pose les bonnes questions, et, surtout, mieux on explique nos attentes», dit-il. «Si, très souvent, on sous-estime l'importance de ces connaissances, on surestime aussi la difficulté d'apprentissage!»

Des ressources pour en savoir plus :

Dans tous les cas, vous pouvez toujours faire appel à un conseiller qui vous aidera à choisir les investissements qui favoriseront l'atteinte de vos objectifs financiers et de retraite.

Articles Connexes