Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

18 juillet 2017

5 conseils financiers pour les nouveaux parents

Si vous fêtez votre première fête des Pères, félicitations! Voici 5 conseils financiers utiles pour éviter que vos enfants ne drainent votre compte bancaire.

Que cette année marque votre 1e ou votre 17fête des Pères, personne ne vous apprendra qu’élever des enfants n’est pas bon marché.

Élever un enfant au Canada, combien cela coûte-t-il?

Le gouvernement canadien n’a pas publié d’estimation officielle, mais le ministère de l'Agriculture des États-Unis a calculé en 2015 qu’il en coûtait au total 233 610 $ US par enfant pour un ménage à revenu moyen comptant un couple marié et deux enfants.

C’est un chiffre renversant, mais ne vous laissez pas décourager. Au Canada, l'Institut Fraser est d’un autre avis et a estimé dans un rapport de 2013 que ce coût représentait entre 3 000 $ et 4 500 $ par année par enfant – ce qui totaliserait 81 000 $ à l’âge de la majorité, pour le haut de la fourchette.

Que vous reteniez la première estimation ou la seconde (ou un tout autre chiffre), il y a moyen d’éviter que vos enfants ne vident votre compte bancaire. Voici 5 conseils pour la vie de tous les jours.

1. Faites votre budget

Au cours de la première année, les parents font face à une double pression financière : les coûts bondissent, et le revenu diminue alors qu’un parent (ou les deux) prend congé pour prendre soin du nouveau-né.

Heureusement, en planifiant et en tenant compte des prestations versées aux nouveaux parents, il est possible de réduire la pression. Deux types de prestations sont versées aux nouveaux parents au titre de l’assurance-emploi (AE). Il y a d’abord les prestations de maternité qui sont payables pendant un maximum de 15 semaines et représentent 55 % du salaire hebdomadaire moyen de la mère, à concurrence d’un salaire annuel de 51 300 $ (au 1er janvier 2017). La prestation maximale se chiffre à 543 $ par semaine.

Il y a ensuite les prestations parentales, établies d’après le même pourcentage, qui peuvent être versées pendant un total de 35 semaines. Celles-ci peuvent être utilisées par un seul parent ou partagées entre les deux.

Le budget fédéral de 2017 a ouvert la voie à un congé parental pouvant s’étirer sur 18 mois – mais les prestations seront ramenées de 55 % à 33 % du salaire hebdomadaire moyen dans ce cas. Cette option pourrait être offerte en 2018.

Vous pouvez également avoir droit à l'allocation canadienne pour enfants, un paiement mensuel non imposable. La prestation maximale s’établit à 533 $ par mois (6 400 $ par année) pour un enfant de moins de 6 ans, et est réduite à 450 $ par mois (5 400 $ par année) pour un enfant ayant entre 6 et 17 ans.

La prestation varie toutefois en fonction du revenu de votre ménage et du nombre d’enfants qui vivent avec vous. Par exemple, si vous avez un enfant admissible, vous recevrez le plein montant si le revenu de votre ménage est inférieur à 30 000 $. Dans le cas où votre revenu serait supérieur à ce chiffre, votre prestation sera réduite de 7 % du montant du revenu situé entre 30 000 $ et 65 000 $, plus 3,2 % du montant du revenu qui dépasse 65 000 $.

En savoir plus sur les prestations parentales au Québec :

2. Des couches qui rapportent

Le nouveau-né moyen utilise autour de 2 700 couches au cours de sa première année. En réduisant vos frais de couches, vous pourriez économiser gros au fil du temps, et les couches en tissu sont votre option de choix.

Voici un scénario réaliste : un paquet de 128 couches jetables d’une marque populaire se vend autour de 35 $, et un bébé en utilisera en moyenne 22 paquets au cours de sa première année d’existence. Cela représente 770 $ plus les taxes.

Si l’on tient compte du fait qu’une petite fille utilise des couches pendant 35 mois en moyenne et un petit garçon pendant 39 mois, on arrive à des frais de couches pouvant potentiellement atteindre entre 2 000 $ et 2 500 $ et même davantage.

Et les couches en tissu? Un paquet de 12 couches coûte autour de 320 $. Il est vrai que vous devrez utiliser plus d’électricité, d’eau et de détergent, mais il est évident que cette solution vous permettra d’économiser.

3. Des économies de seconde main

Vous pourriez être tenté de doter votre rejeton des meilleurs équipements, mais ne courez pas tout de suite au centre commercial.

Lit d’enfant, table à langer, poussette, interphone de surveillance, le nombre d'articles dont un bébé a besoin la première année est étourdissant et se chiffrera dans les milliers de dollars si vous les achetez neufs. Bien sûr, ce chandail à 80 $ irait fort bien à fiston, mais, comme un enfant grandit en moyenne de 6 centimètres par année jusqu’à l’âge de 10 ans, il le portera à peine.

C’est ici qu’entrent en jeu les amis et la famille : plus vous pourrez emprunter et échanger, plus vous économiserez. Existe-t-il d’autres solutions? Les sites de petites annonces comme Kijiji.ca, les groupes Facebook d’achat et de vente à proximité et les boutiques de vente en consignation.

4. Recherchez les articles à double vocation

«Je recommande de rechercher du matériel polyvalent ou adaptable à mesure que l’enfant grandit, indique Karen Mills, une maman de Parry Sound, comme, par exemple, un siège d’auto de bébé qui se transforme en siège rehausseur, ou un parc portatif avec berceau intégré de type Pack ’n’ Play

5. Les bibliothèques, meilleures amies des parents

Emmenez votre enfant à la bibliothèque locale dès que possible. Cela nourrit le plaisir d’apprendre, tout en vous permettant d’économiser.

«Plutôt que de lui achèter toujours des nouveaux livres, j’emmène régulièrement mon fils à la bibliothèque où il a sa carte», indique Miriam Claerhout. «Lorsque j’entends parler d’un livre qui pourrait plaire à mon fils, je me le procure à la bibliothèque, surtout s’il s’agit du premier d’une série. Si le livre lui plaît, je pourrais envisager d’acheter les suivants.»

Les bibliothèques proposent aussi des activités gratuites, comme les programmes d’animation de la Bibliothèque de Montréal, qui font découvrir le goût de la lecture aux enfants de tous âges. Renseignez-vous auprès de votre bibliothèque locale pour connaître ses activités.

À VENIR : Dans la Partie 2 de notre série, nous examinerons des stratégies financières à long terme pour les parents, notamment les régimes enregistrés d'épargne-études (REEE), et des façons d’enseigner aux enfants comment prendre de bonnes décisions financières.

Articles Connexes