Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

21 septembre 2016

4 façons brillantes d’utiliser la réduction d’impôt pour la classe moyenne

Accumuler toutes les petites réductions d'impôt pour la classe moyenne vous permettra d’économiser gros.

Le gouvernement Trudeau a tenu une de ses promesses électorales quand il a adopté en décembre une loi réduisant de 22 % à 20,5 % le taux d'imposition fédéral sur la tranche de revenu moyen. Ainsi, près du tiers des Canadiens paieront moins d'impôt cette année – environ 679 $ de moins par année pour quelqu'un dont le revenu se situe au sommet de la tranche (environ 26 $ par paie aux deux semaines), ou 1 358 $ de moins par couple.

Ce serait très facile de laisser cet argent frais vous glisser entre les doigts, mais même si ce n'est pas une aubaine exceptionnelle, cette réduction est suffisamment intéressante pour être bénéfique pour vos finances. Comment? En utilisant cette augmentation de revenu pour réduire vos dettes, épargner en vue de l'avenir ou vous protéger, vous-même et votre famille.

Voici quatre façons d'y arriver :

1. Payez le solde de vos cartes de crédit

Puisque, aujourd’hui, bon nombre de cartes de crédit facturent quelque 20 % en intérêt annuel, il pourrait falloir près de 21 ans pour rembourser une dette d'à peine plus de 2 600 $ si vous ne remboursez que le minimum tous les mois – sans compter les dettes additionnelles que vous pourriez contracter.

«La première recommandation que je fais à tout le monde est de rembourser les dettes, tout particulièrement celles provenant des cartes de crédit, affirme Heather Freed, CFP®, AVA, CHS, planificatrice financière agréée indépendante de Toronto. Si vous payez 679 $ par année pour rembourser vos soldes de cartes de crédit, vous pouvez retrancher des années à ces remboursements.»

2. Protégez-vous et protégez votre famille avec l'assurance maladies graves

Les recherches montrent qu’il y a 79 % de risque qu’au moins un des membres d’un couple canadien de 50 ans sera un jour victime d’une maladie grave.  Et, selon l’Indice de mieux-être des Canadiens Sun Life 2014, la plupart des Canadiens ayant souffert d'une maladie grave ont aussi souffert, par conséquent, de problèmes financiers.

Si vous bénéficiez d'avantages sociaux au travail, vous avez peut-être une assurance-invalidité collective, mais vous pourriez ne pas avoir d'assurance maladies graves. Une assurance-invalidité ne couvre qu'une partie de votre revenu pendant votre convalescence. L'assurance maladies graves peut protéger votre épargne et couvrir les coûts associés au rétablissement par suite de diverses maladies graves, y compris un cancer, une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. Si vous souffrez d'une des maladies couvertes par votre contrat et survivez pendant le délai d’attente prévu, vous recevrez un paiement comptant.

C'est vous qui décidez comment utiliser ce montant. Vous pouvez : 

  • Remplacer le revenu que vous perdez ou celui de votre conjoint (s'il ne travaille pas pour prendre soin de vous)
  • Engager une personne qui vous aidera, vous et votre famille
  • Envisager des traitements médicaux et des médicaments qui ne sont pas couverts par votre assurance-maladie provinciale
  • Réduire vos dettes et assumer d'autres obligations financières pendant que vous combattez votre maladie

Ainsi, plutôt que de vous soucier de vos finances ou des plans que vous aviez établis pour votre famille, vous pouvez vous concentrer sur votre guérison.

Lynn Liu Guo, conseillère Financière Sun Life, affirme que 679 $ par année peuvent permettre de souscrire un contrat d'assurance maladies graves de 150 000 $ pour un homme ou une femme de 38 ans*.

3. Souscrivez une assurance-vie

Votre employeur peut vous offrir une assurance-vie collective, mais celle-ci pourrait ne pas être suffisante pour couvrir les besoins advenant votre décès, tels que soutenir votre famille pendant des années, envoyer vos enfants à l'université ou rembourser votre prêt hypothécaire.

En fonction de votre âge et de votre état de santé, cette réduction d'impôt peut payer toutes les primes ou une partie des primes d’un contrat d'assurance-vie, qui prévoira le versement d'un montant libre d'impôt à vos bénéficiaires après votre décès.

4. Investissez dans l'avenir

Selon votre fourchette d'imposition et votre âge, vous pourriez envisager de placer cet argent dans un compte d'épargne libre d'impôt (CELI) ou un régime enregistré d'épargne-retraite (REER). Placer de l'argent dans un REER peut vous permettre de réduire l'impôt que vous devez payer aujourd’hui, mais dès que vous le retirez – même à la retraite – vous devrez payer l’impôt. Si vous prévoyez que votre fourchette d'imposition sera inférieure à la retraite comparativement à votre fourchette actuelle, il pourrait être avantageux de placer de l'argent dans un REER. Si vous êtes au début de votre carrière et bénéficiez de droits de cotisation, un CELI pourrait cependant représenter un meilleur choix.

«Avec un CELI, bien que vous ne bénéficiiez pas d'un allègement fiscal dès maintenant, tout l'argent qui y est placé fructifie à l'abri de l’impôt et vous ne payez pas non plus d'impôt quand vous le retirez, remarque Mme Freed.  Au contraire, chaque cent placé dans un REER sera éventuellement imposé. Je recommande donc, dans la plupart des cas, de placer cet argent "additionnel" dans votre CELI, si vous avez encore des droits de cotisation.»

Décider que faire de cet argent provenant de la réduction d'impôt est important, mais il ne s'agit que d'une partie d'un plus grand tableau. En vue de créer un plan pour votre avenir financier qui fonctionnera pour vous, adressez-vous à un conseiller.

* Homme, 38 ans, non fumeur, Temporaire 10 ans de 150 000 $    676,50 $

Femme, 38 ans, non fumeuse, Temporaire 10 ans de 150 000 $   670,50 $

Taux en vigueur en avril 2016 pour l’assurance maladies graves de la Financière Sun Life. Aucune garantie optionnelle n’a été incluse.

Articles Connexes